du 10 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Probablement très échaudée par le cas XP, Microsoft prévient à nouveau pour Windows 7 : son support technique sera définitivement arrêté le 14 janvier 2020.

Le système aura alors plus de dix ans d’entretien derrière lui, avec la classique séparation en deux : cinq ans de support classique avec améliorations et fonctionnalités supplémentaires, puis cinq de support étendu, uniquement pour les bugs et failles.

L’entreprise rassemble ces informations dans une page, avec pour principal message un risque évident de sécurité après la date fatidique. Les utilisateurs ont encore plus d’un an pour préparer une migration vers Windows 10 ou n’importe quel autre système.

Mais Microsoft le sait, l'avertissement n’a aucune chance d’arriver jusqu’à l’intégralité des utilisateurs. Beaucoup achètent un ordinateur sans connaissance particulière dans ce domaine, ni proche capable de leur transmettre ce type d’information.  

Par ailleurs, les entreprises vont devoir elles aussi composer avec cette date. C’est pour elles que Microsoft avait repoussé plusieurs fois l’échéance de Windows XP. Même si la société paraît ferme pour l’instant, l’histoire pourrait se répéter.

Dans tous les cas, Microsoft aura fort à faire. Si l’on en croit StatCounter, plus de 38 % des machines Windows dans le monde sont encore sous 7, Windows 10 n’ayant pris le pas qu’en décembre 2017.

Windows 7 n'aura plus de support technique au-delà du 14 janvier 2020
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Mozilla vient de mettre à jour toutes les versions supportées de Firefox pour corriger une faille critique 0-day.

Rapportée à l’éditeur par le chercheur Samuel Groß pour le compte du Google Project Zero, la brèche peut permettre à un pirate d’exécuter à distance un code arbitraire, pouvant mener à une prise totale de contrôle. Soit le pire des scénarios.

Estampillée CVE-2019-11707, la vulnérabilité peut affecter tout utilisateur de Firefox sur ordinateur, donc sous Linux, macOS ou Windows. Elle réside dans la manière dont Firefox manipule des objets JavaScript à cause d’un problème dans Array.pop, le navigateur souffrant d’une « confusion de types ». Aucun détail supplémentaire ni prototype d’exploitation n’a encore été révélé.

Les utilisateurs de l’actuelle branche principale peuvent récupérer depuis l’À propos la mouture 67.0.3. La branche ESR elle aussi est mise à jour avec la 60.7.1. L’installation des correctifs est d’autant plus urgente que la faille est déjà exploitée.

Copié dans le presse-papier !

Annoncé en 2017 et promis pour 2018, le jeu en réalité augmentée de Niantic avait finalement été repoussé à 2019, sans la moindre explication.

L'attente touche à sa fin pour les joueurs aux États-Unis et au Royaume-Uni qui pourront en profiter dès le 21 juin sur Android (les préinscriptions sont ouvertes) et iOS. Rien n'est précisé concernant le calendrier de déploiement dans d'autres pays.

De plus amples informations sont disponibles (y compris en français) sur le site officiel du jeu.

Copié dans le presse-papier !

L'ESA (Entertainment Software Association) a publié un premier bilan de l'E3 qui se déroulait la semaine dernière : environ 66 100 visiteurs et 200 exposants.

L'année dernière, ils étaient 69 200 à faire le déplacement. C'est également moins qu'en 2017 où 68 400 visiteurs étaient venus. Impossible de comparer avec les années précédentes puisqu'en 2017 le salon était pour la première fois ouvert au public.

Copié dans le presse-papier !

C'est en effet le 19 juin 1999 qu'est sortie la première version bêta du célèbre jeu. Il s'agissait alors d'un mod de Half Life. Il faudra attendre un peu plus d'un an pour que la mouture finale arrive.

Pour l'occasion, une version rétro de la carte Dust II est disponible dans Counter-Strike: Global Offensive. D'autres petits ajustements sont apportés dans la mise à jour d'hier (voir les notes de version).

Copié dans le presse-papier !

Comme pour fêter le premier anniversaire du rachat de GitHub, Microsoft vient de faire une nouvelle acquisition : Pull Panda. La petite entreprise développe des outils pour aider à la révision du code sur GitHub et proposait jusqu’ici ses produits sous forme de pack via un abonnement.

Tous les outils sont maintenant présents gratuitement dans la Marketplace de GitHub. Pull Reminder passe par Slack pour rappeler aux développeurs que des pull requests restent à traiter et Pull Analytics fournit des statistiques.

Quant à Pull Assigner, il fait ce que son nom indique : il aide à distribuer automatiquement les examens de code à faire à l’équipe en fonction de critères définis à l’avance.

Les outils finiront par être pleinement intégrés dans GitHub, mais Microsoft n’a donné aucune date. Les détails financiers du rachat n’ont pas non plus été révélés.