du 09 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Windows 10 October 2018 : le retard affecte aussi les constructeurs

La mise à jour a été lancée le 2 octobre (voir notre analyse). Elle n’est resté que quelques jours sur Windows Update, Microsoft la bloquant suite à des remontées croissantes de problèmes, dont le plus important : des données personnelles supprimées. D’autres sont apparus depuis.

Plus d’un mois après, la mise à jour n’est toujours pas de retour. Son nom pourrait même être changé, puisque nous ne sommes plus en octobre.

Au-delà des utilisateurs, cette situation déjà délicate devient burlesque quand on aborde les OEM. Chaque mise à jour majeure de Windows 10 fait en effet l’objet d’une intense préparation avec les constructeurs, qui peuvent alors lancer des offres basées sur la dernière révision.

Mais ils ne le peuvent pas. Il faut donc adapter rapidement le marketing prévu et modifier les informations sur les machines. Et encore ne s’agit-il là « que » d’un souci de communication.

Comme le souligne Brad Sams de Petri, la version 1809 de Windows 10 apporte un support officiel de certains Soc et processeurs, dont le Snapdragon 850 de Qualcomm et les Core de 9e génération d’Intel.

Or, des appareils basés sur ces composants sont déjà commercialisées, dont le Galaxy Book2 de Samsung et le Yoga C630 de Samsung. Des produits fournis avec un système pas vraiment adapté. L’October Update est donc attendue de pied ferme, puisqu’elle signifiera forcément une meilleure fiabilité et probablement une (petite) hausse de performances.

Actuellement, les rumeurs pointent vers un retour de la mise à jour pour le mardi 13, soit le jour du prochain Patch Tuesday. En espérant que Microsoft ait cette fois fait le tour des problèmes et amélioré son processus de contrôle qualité.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C'est l'épilogue d'un feuilleton démarré cet été lorsqu'Intel et Micron ont annoncé leur divorce autour de la 3D Xpoint. Après avoir développé ensemble cette technologie, ils font chambre à part « afin d'optimiser la technologie pour leurs produits et besoins commerciaux respectifs ».

En octobre, Micron faisait part de son intention de prendre entièrement le contrôle de la co-entreprise IM Flash Technologies (IMFT). Elle avait jusqu'au 1er janvier pour confirmer son intention et, sans grande surprise, c'est désormais fait.

Micron précise que cette transaction sera clôturée dans les six à douze prochains mois, à une date qui sera choisie par Intel. Le montant est de 1,5 milliard de dollars environ, mais Micron estime que cela « n’aura pas d’incidence significative sur ses résultats financiers ».

Ensuite, « IMFT deviendra une filiale à 100 % de Micron et tous ses employés feront partie de l’équipe ».

Copié dans le presse-papier !

Le roaming n'est proposé que pour la data, pas les appels ou les messages. La nouvelle destination est incluse dès aujourd'hui pour les nouveaux clients, comme les anciens.

Attention, une fois les 25 Go par mois consommés (toutes destinations confondues), l'itinérance en Tunisie vous coûtera 9,70 euros par Mo, soit 9 700 euros par Go tout de même.

Copié dans le presse-papier !

En décembre 2011, le département américain de la justice avait rendu un avis sur l'interprétation d'une loi de 1961 interdisant de transférer entre deux États ou à l'étranger des informations sur des paris.

Il estimait alors que la section du texte prohibant ceci (« the transmission in interstate or foreign commerce of bets or wagers or information assisting in the placing of bets or wagers on any sporting event or contest, or for the transmission of a wire communication which entitles the recipient to receive money or credit as a result of bets or wagers, or for information assisting in the placing of bets or wagers » en VO) ne portait que sur les paris sportifs, pavant ainsi la voie aux casinos en ligne, salles de poker sur internet et autres loteries.

C'était sans compter sur un nouvel avis daté du 2 novembre et rendu public cette semaine, publié par le même département de la justice. Celui-ci estime que grammaticalement parlant, l'ensemble des interdictions ne concerne pas uniquement les paris sportifs, mais l'ensemble des jeux d'argent. Ceci en raison du placement de deux virgules dans le texte.

Une ponctuation qui tombe à pic pour l'administration Trump qui avait fait de la révision de l'avis de 2011 un de ses objectifs, ce afin de favoriser les casinos physiques. Et peut-être aussi pour remercier Sheldon Adelson, propriétaire d'un casino à Las Vegas qui a injecté plusieurs millions de dollars dans la campagne de Trump.

Copié dans le presse-papier !

Dans la journée du 16 janvier, la blockchain Ethereum va profiter d'une importante mise à jour, baptisée Constantinople. Ses contours sont dessinés depuis plus d'un an, mais elle apparaîtra malgré tout sans certaines des fonctionnalités qui lui étaient promises.

Cinq « EIP » (Ethereum Improvement Proposals) seront implémentées à cette date : 145, 1014, 1052, 1234, et 1283. La plus attendue est la numéro 1234, qui doit repousser d'encore douze mois l'augmentation progressive de la difficulté du minage mise en place, prévue pour faciliter l'abandon de la preuve de travail (PoW) pour la preuve de possession (PoS).

Seulement, cette transition réclame davantage de temps qu'initialement prévu. L'abandon de la preuve de travail est pour l'instant planifié pour la prochaine mise à jour majeure, Casper qui n'a pas encore de date officielle.

Il est à noter que les modifications apportées le 16 janvier ne devraient pas donner lieu à une division (fork) de la blockchain Ethereum.

Copié dans le presse-papier !

Une autre mouture importante pour Android Studio, qui est pour rappel l’environnement de développement intégré de Google pour la création des applications Android.

Parmi les nouveautés, on trouve le Navigation Editor, qui permet de construire visuellement des interactions prévisibles entre les écrans et zones de contenus. Il produit des ressources XML supportant le nouveau Jetpack Navigation Component.

On continue avec le passage à Kotlin 1.3.11 et Intellij 2018.2.2, le support de Clang-Tidy pour les analyses de code statique C++, un nouvel assistant de création de projet, une suppression simplifiée des anciens dossiers de cache et paramètres de Studio, le support des Instant Apps par les App Bundles ou encore diverses optimisations de performances.

Comme toujours, Android Studio peut être installé sur Linux, macOS et Windows. Plusieurs nouveautés réclameront l’installation de l’Android Emulator v28.0.22, que l’on peut récupérer depuis le SDK Manager de Studio.