du 04 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Windows 10 April Update : des soucis avec Chrome et certains Alienware

Comme toujours avec les mises à jour majeures de Windows, certaines incompatibilités peuvent apparaître. C’est notamment le cas avec Chrome, qui peut « provoquer » des blocages intermittents du système, rendant l’utilisation pénible.

Microsoft est conscient du problème, qui vient donc bien de Windows 10. Curieusement, ni l’éditeur ni les testeurs du programme Insider ne semblent avoir détecté le souci pendant la phase bêta. Un résultat peut-être dû à la nature aléatoire du souci, loin de survenir chez tout le monde. Il touche également « Hey Cortana ».

En attendant qu’une mise à jour soit distribuée via Windows Update, la seule solution semblant efficace est la combinaison Windows + Ctrl + Maj + B, forçant un réveil de l’écran. Certains ont évoqué la désactivation de l’accélération matérielle dans Chrome, mais la manipulation ne fonctionne pas chez tout le monde.

Un souci plus sérieux touche cependant certains ordinateurs portables Alienware. Les modèles 13 R3, 15 R3, 15 R4, 17 R4 et 17 R5 sont ainsi concernés par un problème d’écran noir en sortant de veille pendant l’installation de l’April Update.

La mise à jour a donc été mise en pause sur ces machines, le temps de trouver une solution. Là encore, Microsoft est au courant du problème et une mise à jour semble en développement, même si aucune date n’est donnée.

Du côté d’Alienware, dans un fil Reddit, un employé de l’entreprise indique que le patch devrait arriver à la fin du mois. Il fournit une solution impliquant une longue série d’étapes, bien que Microsoft ne recommande pas ce type de manipulation.

En attendant, ceux cherchant avant tout à préserver la fiabilité de leur machine devraient attendre que l’April Update se signale d’elle-même dans Windows Update. Microsoft procède par vagues successives et propose normalement la mise à jour quand la machine semble sans souci apparent d’incompatibilité, même si les ratés existent.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nouvelle version pour Telegram sur Android et iOS, avec un lot d’apports bienvenus.

L’ajout de contacts est ainsi simplifié, particulièrement si l’utilisateur est contacté par une personne avec qui il n’a jamais échangé (l’ajout peut se faire par numéro ou pseudo). Comme sur WhatsApp ou même Twitter, la conversation peut être acceptée ou rejetée. Un bouton permet en outre d’ajouter le contact, même si son numéro n’est pas affiché.

On peut également ajouter des contacts proches géographiquement. Après avoir reçu l’autorisation d’accès, Telegram affiche les personnes dans une liste. Pratique si au cours d’une soirée par exemple on souhaite ajouter une ou plusieurs personnes sans avoir besoin d’échanger les numéros de téléphone.

La géolocalisation peut également servir à créer des groupes locaux. La fonction se destine à tous ceux qui aimeraient discuter en commun d’un évènement ou dans un lieu particulier, par exemple une université.

Dans les groupes justement, il devient enfin possible de transférer l’administration. Cas classique : un utilisateur a créé un groupe dont il ne peut plus s’occuper par manque de temps. Un bouton permet donc le transfert à une autre personne, qui devra bien sûr accepter ce nouveau rôle.

On note enfin quelques petits ajouts dans iOS, comme la prévisualisation du thème avant validation, ou encore différents choix pour l’icône. La fin de Telegram X avait en effet provoqué la colère de ceux qui en appréciaient l’icône noire. Elle fait donc maintenant partie du lot, en plus d’un logo légèrement rafraichi.

Copié dans le presse-papier !

Cette année, la période commerciale s'étendra du  mercredi 26 juin au mardi 6 août. C'est la dernière fois qu'elle durera six semaines. En effet, les soldes d'hiver 2020 seront ramenés à quatre semaines en application de la loi Pacte. 

Comme le rappelle la DGCCRF, « la revente à perte est autorisée pendant ces opérations commerciales », mais « les limitations de garanties sur les soldes sont illégales ». De plus amples informations sont disponibles par ici.

La date nationale du 26 juin (8h) est aussi valable pour les boutiques en ligne, mais quelques départements font exceptions : les soldes débuteront le 3 juillet dans les Alpes-Maritimes et le 10 juillet en Corse. 

Copié dans le presse-papier !

Dévoilée en novembre dernier, cette fonctionnalité permet « d'afficher et gérer de manière centralisée les alertes de sécurité et automatiser les contrôles de conformité ». Après la préversion, c'est au tour de la mouture finale d'être disponible.

Le premier mois est gratuit, mais il faudra ensuite passer à la caisse. Les tarifs varient en fonction du nombre de contrôles de conformité et des événements remontés.

Au passage, AWS Control Tower passe aussi en version finale.

Copié dans le presse-papier !

WeTransfer est un service permettant d'envoyer des fichiers volumineux à des contacts. Ils sont hébergés sur les serveurs de la société et on peut y accéder via un lien. 

Problème, WeTransfer a découvert « un incident de sécurité le lundi 17 juin » : des emails ont été envoyés à d'autres personnes. Les clients concernés et les autorités sont informés de ce « bug ».

Cet « incident » s'est déroulé les 16 et 17 juin. Dès lundi, WeTransfer a pris des mesures pour essayer de limiter les dégâts : « Les utilisateurs peuvent avoir été déconnectés de leur compte ou invités à réinitialiser leur mot de passe. De plus, nous avons bloqué les liens de transfert pour assurer la sécurité des transferts de nos utilisateurs ».

La société enquête toujours sur la portée de cette faille de sécurité, ainsi que sur ses causes. Elle promet de plus amples informations prochainement.

Copié dans le presse-papier !

Spotify est en guerre ouverte contre Apple depuis plusieurs mois. La plateforme de streaming a porté plainte devant la Commission européenne pour concurrence déloyale. S'en est ensuite suivi un échange d'arguments par communiqués de presse interposés. 

L'histoire s'était plus ou moins tassée, jusqu'à une nouvelle déclaration d'Apple à l'AFP affirmant ne « percevoir en tout et pour tout que 15 % de frais sur 680 000 usagers qui se sont abonnés en 2014 et 2016 via l'App Store et son système de paiement direct ».

Depuis 2016 en effet, Spotify ne propose plus d'abonnement via l'App Store. Pour rappel, la marque à la Pomme ponctionne 30 % sur la première année, puis 15 % les années suivantes.  

Nos confrères rappellent que Spotify revendique 200 millions d'usagers actifs, dont la moitié sont des clients Premium.