du 15 février 2019
Date

Choisir une autre édition

Windows 10 : une première build pour… la mise à jour du premier semestre 2020

Voilà un mouvement que l’on n’attendait pas : plutôt que de publier une première build de la branche 19H2 (pour la seconde mise à jour semestrielle de 2019), Microsoft a fourni hier soir une préversion pour la branche 20H1. Soit celle qui devrait aboutir à l’April 2020 Update, si l'éditeur garde la nomenclature actuelle.

Cette build 18836 est réservée aux testeurs qui se sont inscrits dans le canal Skip Ahead, qui permet de sauter la branche de développement en cours pour se concentrer sur la suivante.

Microsoft n’explique pas son choix. Il pourrait exprimer un prochain recentrage des canaux de distribution avec des builds 19H1 dans le canal lent et des 19H2 dans le canal rapide. Mais il reste encore au moins un bon mois de test avant la version finale de la 19H1, soit l’April 2019 Update.

Quant à cette préversion 18836, elle n’apporte en elle-même aucune nouveauté, uniquement des corrections de bugs. Une situation habituelle, les premières builds d’une nouvelle branche n’ayant jamais d’apports significatifs.

Mais quelles que soient les explications, on reste bien sur un comportement nouveau. Après tout, l’April 2019 Update n’est pas terminée, on ne sait rien de la branche 19H2 mais une build 20H1 est disponible.

La conférence Build en mai serait une bonne occasion d’éclaircir la situation. À tout le moins, on peut tabler sur des prévisions à long terme : peut-être la version 20H1 doit-elle accueillir d’importantes nouveautés qui nécessiteront des tests poussés sur une plus longue période.

Notez que Microsoft publie habituellement les nouvelles préversions du canal rapide le vendredi soir. Il se pourrait donc que les testeurs en aient une nouvelle ce soir, qui embarquerait alors les mêmes correctifs que la 18836.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Thibault Bazin, député LR de Moselle, vient d’interroger Cédric O, secrétaire d'État au Numérique, « sur la nécessité de la mise en place d'un contrôle de l'âge sur les sites pornographiques ».

Un système sera activé outre-Manche dès le 15 juillet 2019. À cette date, les sites X devront mettre en place un mécanisme robuste de vérification, sous peine d’être bloqués et leurs moyens de payement désactivés.  

Cette législation inspire à plein nez le député LR de Moselle : « Alors que les contenus pour adultes en ligne sont accessibles beaucoup trop facilement actuellement en France, avec tous les effets secondaires que cela peut provoquer », il demande « si le gouvernement a l'intention de mettre en place rapidement un système similaire afin de protéger les enfants de ces contenus inappropriés ».

La réponse du secrétaire d’État n’est pas encore publiée, mais rappelons qu’en mars 2017, Laurence Rossignol, alors ministre des Familles, avait imaginé un blocage par défaut de l’ensemble des sites pornos. Elle se disait également favorable à un contrôle d’accès par numéro de carte bancaire.

En 2011, le député Christian Vanneste (LR) avait envisagé un autre dispositif dans une proposition de loi : un blocage administratif là encore par défaut des sites X identifiés par une autorité. Les FAI auraient levé ce blocus mais « uniquement à ceux de leurs abonnés qui en font expressément la demande ».

Copié dans le presse-papier !

Le studio annonce la suite des aventures du tueur en série par un message envoyé à ses fans, comme l'indiquent plusieurs de nos confrères, dont Variety.

Le message est court : « Vous avez servi. Vous serez de service. John Wick: Chapter 4 arrive – May 21, 2021 ». Aucun détail supplémentaire n'a filtré pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

Après l'annonce de son studio, le PDG de Sony Pictures Entertainment, Tony Vinciquerra, annonce avoir conclu un contrat pour adapter Twisted Metal en série, sans donner plus de détails. De nombreux titres de cette saga de combats motorisés sont sortis entre 1995 et 2012.

Il en profite pour revenir sur le film Uncharted qui serait en « développement avancé ». Pour rappel, ce serpent de mer revient régulièrement à la surface, lors de l'annonce d'un nouveau réalisateur après le départ du précédent.

Fin 2018, Allociné proposait une rétrospective des annonces et rebondissements en tout genre après le départ de Shawn Levy, depuis remplacé par Dan Trachtenberg (10 Cloverfield Lane).

Copié dans le presse-papier !

La société de Mountain View explique qu'elle proposait un outil permettant « aux administrateurs d'uploader ou définir manuellement des mots de passe pour les utilisateurs de leur entreprise ». Cette fonction n'existe plus, mais elle est la cause du problème du jour.

Google avait en effet commis une erreur lors de son implémentation en 2005 : « la console d’administration stockait une copie du mot de passe non haché ». Depuis 14 ans, ils étaient donc enregistrés dans une partie chiffrée de l'infrastructure de Google.

Le géant du Net précise que les comptes G Suite payants sont les seuls concernés : « aucun compte client gratuit Google n'a été affecté ». Il ne donne par contre pas d'indication sur l'étendue des dégâts.

Ce n'est pas tout : « nous avons découvert qu’à partir de janvier 2019, nous avions stocké par inadvertance un sous-ensemble de mots de passe non hachés ». Ils ont pu y rester pendant 14 jours maximum, mais aucun détail supplémentaire n'est donné.

Dans les deux cas, aucune trace d'une utilisation malveillante n'a été trouvée. Les administrateurs des sociétés concernées sont prévenus afin de réinitialiser leurs mots de passe. Par précaution, Google les réinitialisera lui-même pour ceux qui ne l'auraient pas fait.

Pour rappel, Facebook a enregistré en clair des mots de passe de centaines de millions d'utilisateurs. D'autres sociétés sont également concernées par ce genre de « bugs » : GitHub, Twitter, etc.

Copié dans le presse-papier !

Apple vient de mettre à jour certains de ses ordinateurs portables, avec un changement plus ou moins important au niveau du processeur.

Les MacBook Pro avec Touch Bar de 13" gagnent ainsi quelques centaines de MHz de plus, mais restent sur des Core de 8ème génération. Les autres (sans TouchBar) sont toujours à la 7ème génération. Pas de changement sur les tarifs.

Le plus gros changement concerne les versions de 15" qui profitent des Core de 9ème génération. Le modèle le plus « accessible », 2 799 euros tout de même, reste à six cœurs, mais avec une fréquence revue à la hausse. Celui à partir de 3 299 euros passe par contre à huit cœurs au lieu de six.  

Des changements ont également été apportés au clavier. Comme l'avait déjà repéré iFixit, les touches du clavier des MacBook disposent depuis plusieurs mois d'une membrane. Mais cela n'était pas suffisant, comme le confirme le constructeur à TechCrunch. Il a donc décidé d'apporter de nouvelles modifications, sans préciser lesquelles.

Malgré tout, le fabricant a élargi son programme de réparation pour les claviers des MacBook (Pro) lancé en juin dernier. Il prend désormais en charge les MacBook Pro 2018 et 2019, y compris ceux qui viennent d'être annoncés.