du 05 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Windows 10 : nouvelle préversion et renforcement des Sets

Si la build 17133 semble bien être la « RTM » de la Spring Creators Update, Microsoft travaille déjà sur la branche suivante (RS5). La préversion 17639 renforce ainsi les Sets, pour l'instant la principale nouveauté de cette version.

Les Sets sont pour rappels des fenêtres dans lesquelles les applications sont rassemblées sous forme d'onglets. Ils sont poussés comme une solution pratique à la réalisation de projets complets, toutes les fenêtres liées étant regroupées.

La nouvelle build améliore la fonctionnalité : des onglets librement déplaçables, une option permettant de choisir entre applications séparées et Sets dans la vue Alt+Tab, de nouveaux réglages spécifiques dans Paramètres, une ouverture plus simple de plusieurs Explorateur dans un même Set, un raccourci Ctrl+T pour ouvrir un nouvel onglet ou encore un menu contextuel pour les gérer (comme dans un navigateur).

La build 17639 introduit également l'affichage du niveau de batterie pour les périphériques Bluetooth reliés à l'ordinateur. L'indication est donnée dans les Paramètres du système, dans la section Périphériques. Enfin, une mise à jour de la calculatrice permet de retrouver des racines carrées exactes. Elles apparaissaient comme tel avant, mais une simple soustraction permettait de faire apparaître la valeur arrondie.

Même si les nouveautés sont significatives, il reste encore plusieurs mois de développement pour cette future mise à jour 1809, qui devrait être finalisée en septembre. En attendant, les utilisateurs commenceront à recevoir la Spring Update à partir du 10 avril.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C'est exactement le même score que les iPhone Xs (Max) lancés en septembre de l'année dernière. Le démontage permet de découvrir les entrailles de la bête, mais aussi d'en apprendre davantage sur la réparabilité du smartphone.

Nos confrères expliquent que le changement de l'écran et de la batterie « sont prioritaires dans la conception de l'iPhone ». Dans le second cas, la procédure a été simplifiée et « il est possible d'accéder individuellement à beaucoup de composants ».

Parmi les critiques, l'usage de vis spécifiques à Apple et l'étanchéité qui complique forcément un peu les réparations. Point rouge par contre : « Les vitres avant et arrière doublent le risque de casse. De plus, si la coque arrière se casse, vous devrez retirer chaque composant et remplacer tout le châssis ».

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par Sundar Pichai en personne, lors d'un déplacement à Helsinki en Finlande. Cette somme sera dépensée sur les deux prochaines années. « Cela portera notre investissement total dans l'infrastructure Internet européenne à 15 milliards d'euros depuis 2007 », ajoute-t-il. 

Sur les 3 milliards, 600 millions seront dédiés aux datacenters de Hamina (Finlande), portant le total à 2 milliards de dollars. 

Sundar Pichai est ensuite revenu sur les 18 contrats pour 1 600 MW d'énergie renouvelable supplémentaires : « près de la moitié des mégawatts produits seront ici en Europe [...] Ces accords soutiendront la construction de nouvelles infrastructures énergétiques dans l'UE pour plus de 1 milliard d'euros ». 

Copié dans le presse-papier !

Cette fonctionnalité a été lancée dans le grand bain en décembre 2018. Elle tirera sa révérence le 26 septembre prochain. Les stories sur les profils personnels restent évidemment en place.

Un porte-parole de Facebook confirme la fermeture à Cnet.com. Il ajoute que la plateforme souhaite « s'assurer que les fonctionnalités des groupes permettent aux gens de se connecter de manière amusante et utile, et cherche toujours des moyens d'améliorer l'expérience globale des communautés ».

Le réseau social confirme ainsi une information de Matt Navarra.

Copié dans le presse-papier !

Avec Chrome 77 disponible depuis presque deux semaines, le canal bêta du navigateur passe à la branche suivante. Les ajouts sont nombreux, surtout pour les développeurs.

Les variables CSS peuvent ainsi être enregistrées en tant que propriétés personnalisées, ce qui permet notamment de s’assurer qu’elles sont toujours d’un type spécifique. 

L’API Native File System, disponible dans les essais Origin, appelle la fenêtre d’ouverture/sauvegarde des dossiers de la plateforme. Elle permettra aux applications web de se comporter encore davantage comme des applications natives.

Chrome progresse également dans la personnalisation. En plus du choix de l’arrière-plan dans la page Nouvel onglet depuis la dernière version, les utilisateurs peuvent maintenir s’ils souhaitent afficher des raccourcis personnalisés, les sites les plus consultés ou aucun. Une section Couleur et « thème » s’ouvre sur une sélection de couleurs pour la barre de titre, les onglets, la barre d’adresse et celle des favoris. Outre les choix proposés, l’utilisateur peut sélectionner des couleurs personnalisées.

Tous ces changements peuvent se faire depuis la page Nouvel onglet, en cliquant sur Personnaliser en bas à droite. Si vous ne voyez pas ces nouveautés, il suffira d’activer les deux flags suivants :

  • chrome://flags/#ntp-customization-menu-v2
  • chrome://flags/#chrome-colors-custom-color-picker

Google commence d’ailleurs un gros ménage dans la page des flags. La plupart des réglages concernant les entreprises sont supprimés et confiés à des règles globales d’administration. Le grand public n’est pas censé être impacté par ces changements.

Chrome 78 introduit également une fonction d’appel pour les utilisateurs munis d’un smartphone Android. Le navigateur peut maintenant identifier les numéros de téléphone puis, à l’aide d’un clic droit, proposer au smartphone lié au compte Google de l’appeler. De quoi gagner un peu de temps.

Notez enfin que l’extension Password Checkup, introduite en février dernier, est désormais intégrée dans Chrome 78. Elle alerte l’utilisateur quand il se connecte à un site avec un identifiant et un mot passe « associés à une violation des données ». En clair, un concurrent de Firefox Monitor. Pour rappel, la fonction ne transmet pas les identifiants en texte clair à Google.

Copié dans le presse-papier !

Selon le Financial Times repris par l'AFP, des chercheurs du géant du Net auraient brièvement publié un article sur un des sites de la NASA. Pour l'instant, aucune explication concernant son retrait n'a été donnée.

Leur ordinateur quantique de 53 qubits (des bits quantiques) aurait ainsi réussi à boucler en un peu plus de trois minutes un calcul qui aurait nécessité 10 000 ans sur le supercalculateur le plus puissant du monde.

On parle de suprématie quantique car la capacité de calcul dépasse largement celle d'un ordinateur traditionnel. Google a pour rappel l'ambition de franchir ce cap depuis longtemps ; c'était d'ailleurs l'un des objectifs de son CPU Bristlecone (72 qubits). Mais le géant du Net pensait alors que 49 qubits pouvaient suffire. 

Ce résultat resterait pour le moment cantonné à un calcul précis, mais il s'agirait  d'une « étape essentielle vers l'informatique quantique à grande échelle », affirmeraient les chercheurs dans la publication supprimée.

Pour Andrew Yang, entrepreneur et candidat à la Maison Blanche en 2020, ce n'est pas tout : « Cela signifie, entre autres choses, qu'aucun code n'est indéchiffrable »… en oubliant le chiffre de Vernam au passage.

Dans tous les cas, nous savions déjà depuis longtemps que l'ordinateur quantique mettrait à mal une partie des systèmes de chiffrement (surtout les asymétriques), mais la relève est déjà en place avec des algorithmes post-quantique en préparation chez de nombreux spécialistes… dont Google depuis plus de trois ans