du 08 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Windows 10 : la préversion 18277 renforce le mode concentration

Les testeurs Insider dans le canal rapide ont reçu hier soir une nouvelle build de la branche 19H1, désignant l’évolution majeure du premier semestre 2019. Estampillée 18277, elle apporte plusieurs améliorations bienvenues.

Outre une compatibilité pour Emoji 12 (lui-même toujours en cours d’élaboration), la préversion introduit une nouveauté sympathique pour l’assistant de concentration : son activation automatique dès qu’une application passe en plein écran. Pratique si on travaille souvent sur de grands tableaux Excel, que l’on regarde un film ou n’importe quelle activité nécessitant de ne pas être interrompu. Seules les alarmes fonctionnent alors.

D’autres apports sont présents, comme la présence d’une réglette de luminosité de l’écrans dans le centre d’action, plutôt qu’un simple bouton pour y accéder. Une demande récurrente des utilisateurs selon Microsoft. En outre, les boutons du centre peuvent être réarrangés sans passer par une interface dédiée.

La build renforce également la gestion du HiDPI pour les anciens logiciels Win32. Un réglage permettait ainsi de calculer la mise à échelle pour éviter les situations de flous. Il est désormais actif par défaut.

Enfin, le centre de sécurité intègre un nouveau paramètre pour Windows Defender Application Guard. Ce dernier permet pour rappel à Edge de fonctionner en mode isolé, avec sa propre machine virtuelle. Le réglage permet quant à lui de gérer indépendamment l’accès à la caméra au micro.

Pour rappel, l’actuelle branche de développement 19H1 doit déboucher sur la future évolution majeure de Windows 10, d’ordinaire finalisée en mars et déployée en avril. Les builds ne sont pour l’instant sorties que dans le canal rapide, beaucoup attendant souvent la première dans le canal lent pour s’y mettre.

On espère également que Microsoft aura tiré la leçon d’une année 2018 bien complexe pour ses mises à jour, l’April et l’October Update ayant provoqué leur lot de catastrophes. La seconde n’est d’ailleurs toujours pas remise en diffusion dans Windows Update.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le 18 décembre, l’autorité des télécoms a mis en demeure l’opérateur historique sur son offre de gros généralistes et pour entreprises sur le réseau téléphonique (xDSL).

La décision, publiée le 16 janvier, marque le constat d’une dégradation de la qualité de service de la boucle locale (le dernier kilomètre jusqu’au client). Orange avait donc jusqu’au 1er janvier pour respecter ses obligations et fournir des indicateurs trimestriels à l’Arcep, déjà réclamés par ailleurs.

L’Arcep a attaqué Orange sur ces manquements en octobre, déclenchant la colère de l’opérateur, qui y voyait une tentative d’influer sur le cours de son action.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, le géant du Net explique que sa suite d'outils s'est développée avec de nouvelles fonctionnalités au cours des dernières années, une manière de justifier l'augmentation qui sera effective le 2 avril 2019.

Le palier Basic passera de 5 à 6 dollars, tandis que Business augmentera de 2 dollars pour arriver à 12 dollars. Pour rappel, en France il est actuellement question de 4 et 8 euros respectivement, la hausse devrait donc être de 1 et 2 euros sauf surprise.

Google précise que son offre G Suite Enterprise ne bouge pas et reste donc à 25 dollars/23 euros.

Copié dans le presse-papier !

Nouvelle étape de la conquête des réseaux d'initiative publique (RIP), montés par les départements et régions en zones rurales, par les fournisseurs d'accès nationaux.

Le 17 janvier, Free et Covage ont signé un accord pour connecter les Freebox sur près de 1,4 million de lignes prévues d'ici 2023. Free compte débarquer dans les prochains mois.

Les réseaux concernent plusieurs départements (Calvados, l’Hérault, la Haute-Savoie, la Seine-et-Marne et la Somme) et agglomérations (Dunkerque, Essonne Numérique, la Métropole Européenne de Lille, Paris-Saclay et Sénart), selon le communiqué.

Ces réseaux, situés dans des zones jugées trop peu rentables par les quatre grands FAI du pays pour les construire à leurs frais, les intéressent depuis un peu plus d'un an. Ils exploitent la concentration des projets entre les mains de quelques opérateurs, avec lesquels ils peuvent passer des accords nationaux.

Copié dans le presse-papier !

Hier, la société annonçait de nouvelles règles pour les vendeurs proposant un essai gratuit avant facturation.

Il était ainsi question d'« obtenir l'approbation du titulaire de la carte à la fin de l'essai avant de commencer à le facturer » et d'envoyer, « par courrier électronique ou texto, le montant de la transaction, la date de paiement, le nom du commerçant ainsi que des instructions explicites sur la procédure à suivre pour annuler son essai ».

Dans une mise à jour de son communiqué, la société précise désormais « que le changement des règles est applicable aux produits physiques », pas aux ventes dématérialisées. Un soin ou un produit de santé est concerné, pas un abonnement à un service Internet.

Cette mention n'était pas présente dans la première version du billet, toujours consultable dans le cache de Google. Mastercard n'explique pas cet oubli crucial.

Copié dans le presse-papier !

Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, fera partie des cinq « garants » du « grand débat national » voulu par Emmanuel Macron. Matignon a confirmé ce choix hier à l’AFP.

Isabelle Falque-Pierrotin rejoindra notamment le politologue Pascal Perrineau, ou bien encore Guy Canivet (ancien membre du Conseil constitutionnel). Cette désignation pourrait être bien vue par ceux qui s’inquiétaient des premiers « bugs » entourant le site « granddebat.fr », qui fera office de plateforme de consultation en ligne à partir du 21 janvier.