du 29 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

En septembre, Apple créait un petit évènement en annonçant que sa nouvelle Watch Series 4 serait capable de produire un véritable ECG (électrocardiogramme). Avec un maniement simple : poser un doigt sur la couronne pendant 30s, tout en gardant la montre au poignet.

Apple avait prévenu que cette fonction n’arriverait que plus tard. Selon un document interne obtenu par MacRumors, elle débarquera dans la mise à jour 5.1.2 de watchOS. Actuellement en bêta, elle ne contient pas encore l’ECG.

En outre, la fonction ne sera disponible qu’aux États-Unis dans un premier temps. Pour être reconnu comme tel, l’électrocardiogramme de la Series 4 doit être approuvé par les autorités sanitaires de chaque marché. Outre-Atlantique, la FDA (Food and Drug Administration) a déjà donné son accord.

Tout aussi intéressant, le document est spécifique aux Apple Store avec des consignes claires pour les employés. Ceux-ci doivent par exemple indiquer que la fonction ECG de la montre n’est pas un diagnostic en soi et ne doit pas être employée pour une fonction médicale sans l’avis préalable d’un médecin.

La montre ne pouvant pas fonctionner sans un appairage à un iPhone, ce dernier devra être – toujours selon MacRumors – équipé d’iOS 12.1.1, lui aussi actuellement en bêta. Plusieurs préversions étant déjà sorties, il y a fort à parier que la confirmation ne tardera plus.

watchOS 5.1.2 débloquerait la fonction ECG des Apple Watch Series 4
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La majorité vient de déposer à l’Assemblée nationale une proposition de loi destinée à « préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l’exploitation des réseaux radioélectriques mobiles ». Un air de déjà-vu. Et pour cause, la « PPL » reprend docilement un amendement gouvernemental au projet de loi PACTE, qui fut cependant rejeté au Sénat.

Le régime est identique : une autorisation préalable imposée dans le déploiement des équipements 5G. Ce texte dit « anti-Huawei » veut tenir compte des risques pesant sur ces futurs réseaux, s’agissant en particulier des obligations légales « qui pourraient contraindre leurs fournisseurs à coopérer avec des autorités étrangères dans la collecte de renseignement ».

Comme dans l’amendement, la proposition exigera le feu vert du Premier ministre – et derrière lui l’ANSSI – dès lors qu’existe « un risque pour l’intégrité, la sécurité et la continuité de l’exploitation ».

Le texte autorisera notamment Matignon à imposer ce véto si l’équipement ne garantit pas la possibilité de réaliser des interceptions de sécurité aux fins de défense nationale ou de sécurité publique. En somme, en s’attaquant d’une main aux portes dérobées chinoises, les députés LREM, comme l’exécutif, profitent de l’autre pour offrir au renseignement français un œilleton sur les flux.

Le véhicule choisi étant une proposition, non un projet de loi, il est démuni d’étude d’impact et d’avis du Conseil d’État.

Copié dans le presse-papier !

Hier, la société américaine a envoyé dans l'espace une fusée Falcon 9 avec un premier étage recyclé (éprouvé dans le discours commercial de SpaceX) déjà deux fois.

Il a en effet déjà été utilisé pour la mission Iridium-7 en juillet 2017 et SAOCOM 1A en octobre 2018. Les charges utiles ont été larguées sans encombre et le premier étage est revenu se poser sur la barge Of Course I Still Love You. Bref un sans faute avec trois lancements et trois récupérations.

Parmi les engins envoyés dans l'espace se trouve l'atterrisseur lunaire Beresheet de la société israélienne SpaceIL. La NASA félicite la société dont l'engin est « en passe de devenir le premier modèle commercial à atteindre la surface de la Lune ».

Copié dans le presse-papier !

Après 15 ans dans la société et près de 13 ans  en tant que Président et directeur de l'exploitation, il quittera la société le 15 avril pour prendre sa retraite.

Doug Bowser, qui n'est pas de la famille du célèbre personnage mais vice-président des ventes et du marketing, le remplacera.

« J'apprécie vraiment tout ce que Reggie a fait pour Nintendo », lâche Shuntaro Furukawa, PDG de Nintendo. « Il laisse la société en bonne santé et avec une forte dynamique », ajoute-t-il.

Copié dans le presse-papier !

La start-up, qui a obtenu sa licence bancaire en décembre, continue sur sa lancée et affiche une belle croissance. Après trois millions d'utilisateurs en mi-novembre, elle passe à quatre millions en un peu plus de trois mois. Pour rappel, il lui avait fallu cinq mois pour passer de deux à trois millions.

Pour le moment, la banque en ligne n'est disponible que dans les pays de l'espace économique européen, mais elle prévoit de se lancer dans le reste du monde, sans plus de détails pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

La députée Bérengère Poletti, suivie par une trentaine d’élus LR, vient de déposer une proposition de loi encourageant le gouvernement à « étudier la dématérialisation du livret de famille », dont l’actuel support papier est jugé « désuet et peu pratique à utiliser ».

La parlementaire explique surtout qu’il s’avère parfois compliqué de mettre à jour ce document administratif (ce qui est obligatoire en cas de naissance, de mariage...), notamment pour les familles recomposées.

Face aux progrès de « la transition numérique et de la digitalisation de nombreux documents administratifs », Bérengère Poletti estime que le livret de famille pourrait évoluer « sur un format voisin de la carte national d’identité ».