du 10 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Votre nom peut désormais être composé de 50 caractères sur Twitter

Depuis quelques jours, il est possible publier des tweets allant jusqu'à 280 caractères. Dans la foulée, Twitter annonce qu'une autre valeur a été revue à la hausse : le nombre de caractères du Display name.

Pour rappel, sur Twitter vous disposez d'un pseudo, ou nom d'utilisateur, que vous retrouvez après la lettre « @ » et dans l'URL de votre profil. Il ne peut dépasser les 15 caractères. On peut le changer, mais cela modifie de nombreux éléments, il n'est donc pas conseillé de le faire à moins que vous y soyez obligé.

Le Display name, ou Nom dans la version française, passe donc de 20 à 50 caractères. Il est affiché en tête de vos tweets et sur votre profil, et peut facilement être modifié sans conséquences particulières.

Cet allongement « vous permettra d'indiquer votre second prénom ou d'ajouter quelques emojis » précise avec humour le compte du support de Twtter. Pour changer le nom, il  suffit d'éditer le profil, la procédure étant détaillée par ici.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La société de production anglaise a mis en ligne pas moins de 16 013 fichiers WAV. Ils peuvent être téléchargés et utilisés sous la licence RemArc pour « des fins personnelles, éducatives ou de recherche ».

Vous pouvez naviguer facilement dans ces fichiers via un moteur de recherche, tandis qu'un lecteur permet de les écouter avant de les télécharger.

Pour le moment, le service est indiqué comme étant en bêta.

Copié dans le presse-papier !

Elle porte le numéro 2425, propose une vue sur la mer et deux lits « king size ». Mais elle dispose surtout d'un équipement haut de gamme pour les amateurs de jeux vidéo et de performances.

Voici un rapide tour d'horizon : TV OLED de 65 pouces (même pas un Big Format Display de NVIDIA ?), PC Alienware (Core i7-7800 et GTX 1080 Ti), deux manettes Xbox Elite, un casque de réalité virtuelle Oculus Rift, un ordinateur portable connecté à un écran de 34 pouces, des fauteuils ergonomiques, etc.

Comptez entre 349 et 359 dollars la nuit pour profiter de la vue et de l'équipement. Quelques photos et une vidéo de présentation ont été mises en ligne par Alienware.

Copié dans le presse-papier !

Le télescope spatial fêtera demain l'anniversaire de son décollage (lire notre analyse). Comme chaque année, l'agence spatiale américaine profite de cet événement pour mettre en ligne de nouvelles prises de vue.

Cette fois-ci, la nébuleuse du lagon est à l'honneur. Il s'agit d'une « vaste nurserie stellaire située à 4 000 années-lumière » explique la NASA. Au cœur de l'image se trouve une jeune étoile 200 000 fois plus brillante que notre soleil.

Initialement prévu pour cette année, le James Webb Telescope (remplaçant d'Hubble) est finalement repoussé à 2020 pour le moment. « Tout le matériel de vol du télescope est maintenant prêt, cependant les problèmes mis en lumière avec l'élément spatial nous incitent à prendre les mesures nécessaires » expliquait récemment la NASA.

Copié dans le presse-papier !

Ces bornes, apparues à New York en 2016, proposent du Wi-Fi, une recharge rapide ou encore la possibilité de passer des appels, gratuitement. Ou plutôt, en échange de publicités diffusées sur l'écran. Google est l'un des soutiens du projet.

Ces bornes de trois mètres de haut ont posé problème outre-Atlantique, à cause de craintes liées à la vie privée. Le bilan des données récupérées via le Wi-Fi n'était pas clair, et les trois caméras, toujours actives, n'inspirent guère confiance.

Des craintes qui ont traversé l'océan. Londres et Leeds ont installé pour l'instant 135 de ces bornes. Elles sont déployées par British Telecom, parfois en remplacement d'anciennes cabines rouges, posant d'ailleurs un autre problème, culturel.

Les voix s'élèvent donc à nouveau, tant sur le manque de supervision du projet (la population n'a pas son mot à dire), que sur la question des données collectées.

Sur ce point, InLink se défend : « Nous n'avons pas le moindre intérêt à suivre les individus, que ce soit par Wi-Fi ou d'autres moyens ». L'entreprise précise avoir appris des premiers couacs depuis le lancement à New York. D'ailleurs, les caméras des premières bornes sont désactivées sur celles installées au Royaume-Uni.

Dans un document publié par Adrian Short sur Twitter toutefois, on peut lire que BT prévoit d'utiliser ces bornes comme détecteurs de qualité de l'air, de mouvements piétons, de vélos, de voiture et d'autres facteurs comme la lumière ou le son. Une affaire à suivre, donc.

Copié dans le presse-papier !

Selon Apple, un petit nombre de machines fabriquées entre octobre 2016 et octobre 2017 seraient touchées par un souci de batterie.

Une page officielle a donc été ouverte afin que les utilisateurs testent le numéro de série de la machine. Si le test répond que le MacBook Pro (sans Touch Bar) est concerné, il faudra contacter un Apple Store ou n'importe quelle boutique APR (Apple Premium Reseller).

Le remplacement de la batterie est gratuit. On ne connaît pas l'origine du problème, Apple précisant simplement qu'il n'est pas lié à la sécurité. Probablement un défaut provoquant une décharge plus rapide ou une charge plus lente.