du 21 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Vivendi revend ses 27 % d'Ubisoft, qui signe un partenariat avec Tencent pour s'étendre en Chine

L'année 2016 avait été marquée par une forte progression de Vivendi au capital d'Ubisoft, montant jusqu'à 25,15 % fin 2016. Sur le premier semestre 2017, le groupe poussait sa participation à 27 % et manifestait son impatience face à la famille Guillemot, qui avait « de la difficulté à accepter les règles du jeu liées au fait d’être en Bourse », selon Stéphane Roussel, chef des opérations de Vivendi.

Finalement, cette histoire touche à sa fin : « Vivendi a annoncé aujourd’hui la conclusion d’accords en vue de la cession de sa participation dans Ubisoft, représentant 30 489 300 actions, soit 27,27 % du capital, pour un montant de 2 milliards d’euros », soit 66 euros par action. Une opération très rentable pour Vivendi puisque le groupe avait acquis cette participation durant les « trois dernières années pour un montant de 794 millions d’euros ».

Plus de 18 millions d'actions iront à des investisseurs, dont la moitié « déjà identifiés par Ubisoft », les autres à la famille Guillemot et à Ubisoft. « Une fois toutes ces opérations réalisées, Vivendi ne sera plus actionnaire d’Ubisoft et s’est engagé à ne plus acquérir d’actions Ubisoft pendant une période de 5 ans » précise le communiqué. Le détail de la répartition est précisé ici

Deux nouveaux investisseurs sont de la partie : Ontario Teachers’ et Tencent, avec respectivement 3,4 et 5 % du capital d'Ubisoft, mais sans attribution d'un siège au conseil d'administration. De plus, Tencent s’est « engagé à ne pas transférer ses actions ni à augmenter sa détention d’actions ou de droits de vote dans Ubisoft ».

Avec le Chinois, Ubisoft annonce « la signature d’un partenariat stratégique qui permettra d’étendre fortement la portée des franchises d’Ubisoft en Chine dans les années à venir ». Dans tous les cas, les objectifs financiers pour les exercices 2017-18 et 2018-19 sont confirmés par Ubisoft.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Apple est finalement en avance : toutes les bêtas publiques des nouvelles versions majeures sont disponibles pour le grand public.

Les nouveautés sont particulièrement nombreuses dans tous les domaines, comme nous l’avons vu dans nos articles, qu’il s’agisse des appareils mobiles ou des Mac. Le positionnement de l’iPad va ainsi largement évoluer.

Pour rappel, même si tout un chacun peut installer ces bêtas dès lors que l’appareil est compatible, il ne s’agit que des premières. Elle sont basées sur les Developer Preview 2, dont le développement est assez avancé pour tester presque toutes les nouveautés, mais avec des bugs et des incompatibilités.

Selon les applications que vous avez notamment sur votre iPhone ou iPad, vous serez plus ou moins embêté. Le client MEGA (stockage dans le cloud) ne peut par exemple plus se lancer. Si vous utilisez souvent la version web de WhatsApp, le fonctionnement en sera également très perturbé.

Pour les utilisateurs n’ayant pas trop le sens de l’aventure, mieux vaut donc encore attendre quelques semaines. Après tout, Apple avait parlé de « courant juillet » pour ces bêtas.

Nous publierons prochainement un article dédié à ces bêtas, de comment les installer au moyen de revenir aux versions stables.

Copié dans le presse-papier !

Inutile de tourner autour du pot, cette mise à jour pour de la partie multimédia ne comporte aucune nouveauté.

Dans les corrections de bug, « le mode Malentendant est maintenant sauvegardé et conservé au redémarrage », « les télévisions s’allument et s’éteignent de manière plus consistante (sic) via HDMI CEC » et « le rendu visuel sur la télévision pouvait être trop sombre dans certaines conditions, cela devrait maintenant être corrigé ».

Enfin, une amélioration est présente : « Vous pouvez maintenant contrôler votre musique avec la télécommande lorsque le Freebox Player est en veille ». Rien de plus.

Comme toujours, il suffit de redémarrer la box pour installer cette mise à jour.

Copié dans le presse-papier !

Les deux sociétés annoncent « avoir conclu un accord de négociations exclusives en vue de l’acquisition par Capgemini d’Altran dans le cadre d’une OPA amicale à 14 euros par action Altran, payables en numéraire ».

Le montant de la transaction est de 3,6 milliards d'euros, auxquels il faut ajouter 1,4 milliard de dette financière, soit un total de 5 milliards. « Il est prévu que celui-ci soit refinancé au moyen de la trésorerie disponible pour 1 milliard d’euros, et le solde par endettement principalement sous forme d’émissions obligataires ».

Le nouveau groupe revendique un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros avec plus de 250 000 employés. Les ambitions de Capgemini suite à ce rachat sont détaillées par ici. La finalisation de ce rachat est envisagée d’ici la fin de l’exercice 2019.

Les deux conseils d'administration ont déjà approuvé à l'unanimité cette OPA.

Copié dans le presse-papier !

Ce matin, le lanceur lourd a décollé prévu du Complex 39A (LC-39A) depuis le Kennedy Space Center de la NASA (Floride).

Les deux boosters latéraux avaient déjà été « éprouvés » en vol, c'est-à-dire recyclés du lancement d'Arabsat-6A en avril dernier. Ils sont venus se poser sans encombre sur la terre ferme, un peu plus de huit minutes après le décollage.

Le premier étage n'a par contre pas eu la même chance : il a loupé son atterrissage sur une barge. On peut le voir s'abîmer en mer (pas loin de la barge) un peu plus de 11 minutes après le lancement.

Le lanceur doit maintenant déployer 24 satellites sur trois orbites différentes. L'avancement des travaux peut être suivi sur le compte Twitter de la société.

Copié dans le presse-papier !

Cette année, la période commerciale s'étendra du  mercredi 26 juin au mardi 6 août. C'est la dernière fois qu'elle durera six semaines. En effet, les soldes d'hiver 2020 seront ramenés à quatre semaines en application de la loi Pacte. 

Comme le rappelle la DGCCRF, « la revente à perte est autorisée pendant ces opérations commerciales », mais « les limitations de garanties sur les soldes sont illégales ». De plus amples informations sont disponibles par ici.

La date nationale du 26 juin (8h) est aussi valable pour les boutiques en ligne, mais quelques départements font exceptions : les soldes débuteront le 3 juillet dans les Alpes-Maritimes et le 10 juillet en Corse.