du 22 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Le navigateur, qui se positionne toujours autant pour les utilisateurs avancés, améliore sa gestion des onglets en lui dédiant un panneau muni de nombreuses fonctions.

La vidéo de présentation montre bien les capacités de ce Window Panel : liste verticale de tous les onglets ouverts, réarrangement de leurs positions, groupage par thématiques, comparaison de sites, mise en hibernation ou encore épinglage. Des fonctions existantes, mais réunies pour l'occasion.

Vivaldi glisse également plusieurs apports importants pour les téléchargements, largement réclamés de l'aveu même de l'éditeur : avertissement qu'un téléchargement est en cours à la fermeture du navigateur, mise en pause et reprise, ainsi que la vitesse dans la barre de progression.

La version 1.13 fournit en outre quelques améliorations de performances, davantage visibles sur du matériel un peu ancien.

Vivaldi 1.13 introduit un panneau dédié à la gestion des onglets
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nous indiquions hier que le réseau social n'allait plus rémunérer directement les médias qui produisent des vidéos, mais leur proposer plutôt d'utiliser son offre publicitaire. C'est désormais officiel.

Dans un billet de blog, Facebook indique que les vidéos appréciées par les utilisateurs seront désormais mieux mises en avant dans leur flux principal, notamment lorsqu'un utilisateur va régulièrement voir celles de tel ou tel compte. Il en sera de même pour le service Watch. L'annonce de la publication d'un nouveau contenu par un créateur à ses fans est aussi facilitée.

Bref, Facebook recrée YouTube, ses tendances et ses abonnements. Espérons que la société fera attention à ne pas tomber dans les mêmes écueils sous peine de voir aussi le monde de la publicité lui tomber dessus.

Car ces annonces sont bien entendu intéressées. Facebook profite de l'occasion pour évoquer ses solutions en matière de monétisation avec de nouvelles règles pour les coupures publicitaires et le pre-roll (six secondes) qui arrive au début de l'année prochaine. Le contenu sponsorisé par une marque est également ouvert à l'ensemble des pages désormais.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant continue de déployer sa série « x18 ». Dans l'entrée de gamme, nous retrouvons le DS218 avec deux emplacements et un SoC Realtek RTD1296 (64 bits) avec quatre cœurs à 1,4 GHz et 2 Go de mémoire vive (non extensible). Il s'agit donc d'une belle montée en gamme par rapport au DS216.

De son côté, la FS1018 est la première FlashStation au format NAS de bureau (les deux autres sont des racks). Elle propose 12 emplacements de 2,5 pouces pour SSD. Un processeur Intel Pentium D1508 est aux commandes, avec 8 Go de mémoire vive (extensible jusqu'à 32 Go).

Quatre ports réseau Gigabit sont de la partie, mais il faudra acheter une carte d'extension en plus pour profiter du 10 Gb/s. Des fonctionnalités dédiées sont proposées, comme le RAID F1 qui distribue des charges de travail inégales afin d'éviter une usure simultanée des SSD. Tous les détails se trouvent par ici.

Pour le moment, le tarif de ces deux nouveaux NAS n'a pas été annoncé, pas plus que la disponibilité. Ils devraient néanmoins arriver rapidement chez les revendeurs.

Copié dans le presse-papier !

Avec l'arrivée d'Android 8.1, la mouture Go, pensée pour les modèles d'entrée de gamme, a été officialisée. Conçue pour être légère en mémoire vive, elle est accompagnée par une révision des applications maison.

Google Maps Go est ainsi disponible depuis peu sur le Play Store, mais seuls ceux ayant un smartphone Android Go peuvent l'installer. Pour tous les autres, le Store annonce simplement que l'appareil n'est pas compatible.

Comme signalé par Android Police, cette application est en fait une Progressive Web App, donc accessible depuis un navigateur. Il suffit de copier ce lien et de le coller dans un nouvel onglet. Toutes les fonctions principales sont présentes, à l'exception du guidage étape par étape.

On attend désormais les autres applications Go de Google. Il y a de bonnes chances qu'il s'agisse dans la plupart des cas de PWA, mais toutes doivent normalement bénéficier de ce travail d'allègement, y compris des « stars » comme Gmail et YouTube, et jusqu'au Store lui-même.

Copié dans le presse-papier !

Dans sa dernière version bêta, le client Steam dispose d'une nouvelle option plutôt surprenante : la « pré-mise en cache de shaders ». L'idée est de laisser Steam observer quels shaders sont utilisés par votre ordinateur lors du lancement des jeux (ce qui se traduit par l'envoi de nombreuses données à la plateforme).

Le client rapatrie ensuite des shaders pré-compilés adaptés à votre matériel. Ceci permet aux jeux exploitant Vulkan et OpenGL de profiter de temps de chargement plus courts, et d'un framerate plus stable, en théorie.

Le tout au prix d'une utilisation de bande passante qui explose, le client Steam envoyant les shaders à sa maison mère pour les faire analyser et compiler. De quoi faire hurler les utilisateurs à l'enveloppe data ou au débit limité.

Copié dans le presse-papier !

Alors que Chrome 63 a apporté de nombreuses nouveautés, certaines relativement discrètes, la version 64 va introduire une fonctionnalité attendue : le bloqueur de pop-up renforcé.

Nous avons déjà évoqué les nouvelles règles en la matière, avec de nombreuses pratiques qui seront désormais interdites par le navigateur et feront l'objet d'une alerte, voir de mesures bien plus drastiques en cas de récidive.

Au passage, l'équipe indique que l'API Resize Observer est supportée, tout comme la propriété import.meta. Le HDR est également de la partie sous Windows 10 en mode HDR, pour les contenus utilisant VP9 Profile 2 10-bits, ce qui est notamment le cas de YouTube.