du 11 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Suite au rachat du service par Microsoft, les deux entités continuent leur rapprochement. Avec cette fois une modification très attendue.

Les développeurs peuvent désormais profiter d'une extension (en préversion) pour connecter Visual Studio Code à GitHub, voir la liste des pull requests d'un dépôt, y répondre, les valider, etc.

De quoi améliorer grandement la collaboration entre développeurs, les pull requests permettant de proposer des modifications à un code partagé avec la communauté.

Microsoft précise que cette fonctionnalité est rendue possible par l'intégration de nouvelles API diffusées récemment au sein de son éditeur. De quoi peut être ouvrir la voie à d'autres services que GitHub pour la gestion des pull requests.

Visual Studio Code gère les pull requests de GitHub
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Eyeo, éditeur d’Adblock Plus, a indiqué récemment avoir mis en place une équipe interdisciplinaire pour mieux s’attaquer aux mesures de contournement des bloqueurs de publicités.

Un jeu constant du chat et de la souris qui rappelle le combat sans fin entre malwares et antivirus. L’un des responsables, Ben Williams, explique à TechCrunch qu’Adblock Plus peut par exemple bloquer les publicités sur Facebook, mais que le réseau social ne tardera pas à déployer « un correctif contre le correctif ».

Le groupe de travail réunit des développeurs d’Eyeo et d’autres extérieurs, indépendants de l’univers open source, gestionnaires de listes de blocage, développeurs d’autres extensions de blocage, etc. Il aura pour mission de centraliser les efforts et les compétences, ainsi que de répondre aux requêtes des utilisateurs.

Le travail sur les mesures anti-contournement porte déjà ses fruits depuis plusieurs mois selon Williams.

Rappelons tout de même que le modèle économique d’Adblock Plus dépend de l’efficacité de son blocage puisqu’il commercialise une liste blanche, dans laquelle les publicités s’ébattent en toute liberté.

Cette liste impose des conditions, développées par le Acceptable Ads Committee (derrière lequel se tient Eyeo). Seules sont censées passer les publicités y répondant, et devant aboutir à des contenus non intrusifs.

Or, l’inscription à cette liste est payante. L’éditeur a donc tout intérêt à s’assurer que son blocage est efficace, même si cela signifie une alliance avec d’autres bloqueurs, moins consensuels. Adblock Plus a tout intérêt à rester une « référence » s’il ne veut pas être remplacé (voir notre analyse).

La publicité reste un marché très juteux, tant dans son édition que dans son blocage. Eyeo n'est d'ailleurs pas le seul acteur à vouloir faire autrement. Le navigateur Brave par exemple souhaite mieux répartir les gains générés. Mais ils restent finalement des acteurs privés cherchant à imposer leurs propres règles.

Copié dans le presse-papier !

Cette offre était proposée en partenariat avec Lydia. Si vous achetiez votre Samsung Galaxy S9 ou S9+ sur le site de Samsung avec un code promotionnel, une pluie de promotions vous était promise :

  • 60 euros de remise immédiate
  • 150 euros crédités sur votre compte Lydia
  • 100 euros remboursés par Samsung après le renvoi de l'offre de remboursement
  • 150 euros de bonus sur la reprise d'un autre téléphone, en plus de son prix estimé
  • Un accessoire offert au moment de la commande (valeur jusqu'à 149.90€)
  • Un an de Lydia Premium offert

60 millions de consommateurs a décidé de monter au créneau après que de nombreux clients ont signalé des problèmes avec la reprise de leur ancien téléphone par Evollis, partenaire de Samsung et Lydia dans cette affaire.

Les motifs sont variables (écran cassé, dalle pas d'origine, haut-parleur qui grésille, carte SIM non détectée, etc.), mais de nombreux clients affirment qu'ils sont sans fondement. Un refus signifie dire au revoir aux 150 euros de bonus de reprise.

« Nous traitons en moyenne entre 50 et 70 reprises par semaine. Or, là, nous avons dû faire face à une vague de 3 000 contrats » se défend Jérôme Beillevaire (directeur commercial d'Evollis) interrogé par nos confrères.

Il ajoute ne pas avoir été prévenu en amont et avoir découvert l'offre le jour de sa mise en place, le 23 juillet « alors que tout le monde était en vacances ». « Le standard explose, et chez son sous-traitant chargé de diagnostiquer l’état des portables, la machine de traitement est vite submergée » expliquent nos confrères.

Le directeur commercial juge cette opération « mal montée, mal préparée ». De son côté, Samsung France renvoie les mécontents vers Evollis et ajoute qu'elle était « à seule destination des clients Lydia », refusant ainsi d'en prendre la responsabilité ajoute 60 millions de consommateurs.

Copié dans le presse-papier !

Selon Axios, Marco Rubio (candidat déçu à la primaire de 2015) a envoyé une lettre au patron d'Apple, Tim Cook. Il demande pourquoi la société n'a pas immédiatement réagi aux alertes sur une application, accusée de transmettre des données à un serveur en Chine.

Il y a quelques jours, la société supprimait le logiciel Adware Doctor de son Mac App Store, environ un mois après le signalement. Rubio demande s'il s'agit d'un oubli volontaire ou d'une erreur. Il réclame aussi des détails sur la détection de tels comportements de la part d'une application.

La situation est doublement tendue. D'un côté, les Républicains américains saisissent tous les angles d'attaque contre les géants du Net, accusés de biais politique et d'atteintes à la vie privée. De l'autre, les États-Unis accusent des sociétés chinoises d'espionnage, et viennent d'instituer une taxe sur les importations… que la Chine a répliquée en représailles.

Copié dans le presse-papier !

C'est en tout cas ce qu'affirment deux sources proches du dossier à Bloomberg. Interrogé par nos confrères, le géant du Net a refusé de commenter.

Actuellement, il y a quatre Amazon Go aux États-Unis : trois à Seattle et un à Chicago. San Francisco fait partie des prochaines destinations, mais aucun détail n'a été dévoilé concernant la suite. Rien non plus sur une ouverture en dehors du pays de l'oncle Sam.

Copié dans le presse-papier !

Attendue d'ici quelques semaines, la nouvelle mouture de l'OS de Microsoft est désormais gérée par cet outil qui vous permet de tout savoir de votre machine.

Au passage, les GeForce RTX sont supportées, tout comme Vulkan 1.1, WDDM 2.4 ou les Radeon RX 560X, 570X et 580X. Quelques améliorations sont également au programme, notamment pour la gestion des systèmes avec un processeur ARM64.