du 17 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

Visual Studio 2019 16.5 disponible, première préversion pour .NET 5

Nouvelle mise à jour pour l’environnement de développement pour Windows, avec diverses améliorations dans presque tous les domaines.

Les notes de versions font état d’un renforcement de XAML Hot Reload avec le rechargement instantané sur plusieurs cibles, la conversion des déclarations if en switch, le support par IntelliSense de la complétion des méthodes d’extensions non importées, une simplification de l’interpolation, de nouveaux profils de tests, des propriétés épinglables pendant le débogage ou encore des améliorations pour le C++.

Parallèlement, Microsoft a lancé la première préversion du très attendu .NET 5, qui unira sous une même bannière l’ensemble des développements .NET, soit ceux liés aux anciens frameworks, les nouveaux basés sur .NET Core ainsi que Xamarin.

Parmi les points à retenir, une unique Base Class Library pour l’ensemble des nouveaux développements en .NET 5. Les applications Xamarin se servent toujours de la Mono BCL mais utiliseront bien à terme la nouvelle bibliothèque. Xamarin est intégré à .NET 5, dont l’installation permet le développement d’applications mobiles sans ajout.

.NET 5 ambitionne également d’attirer les développeurs en quête d’un environnement capable de générer du code natif pour de nombreuses plateformes à la fois, y compris Android et iOS. 

Même chose pour le web via Razor, avec la possibilité d’en faire également des applications mobiles ou desktop. Et bien sûr ce que savait déjà faire .NET Core : le développement de microservices (fichier unique de moins de 50 Mo) pour les environnements hybrides (cloud et sur site).

La première Preview ne permet pas encore tous les objectifs. Elle se concentre sur certaines améliorations : les performances des expressions régulières, la qualité du code dans RyuJIT, la capacité pour les profilers d’écrire des évènements dans le pipe associé ou encore, pour ce dernier, des données de diagnostic assembleur. 

Seront ajoutés dans les prochains d’autres apports, comme un meilleur support des conteneurs logiciels et la prise en charge de HTTP3. La version finale de .NET 5 est attendue pour novembre, si tout se passe bien.

Microsoft insiste sur l’idée d’unification, en précisant qu’il s’agira à l’avenir de sa seule plateforme de développement. Elle finira naturellement par être intégrée à Windows et aura donc le même support technique que le système. 

chargement Chargement des commentaires...