du 13 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Vie privée : Brave attaque Google sur les enchères publicitaires en temps réel

Le marketing passe aussi par les régulateurs. La société derrière le navigateur « respectueux de la vie privée » Brave a attaqué Google devant les autorités de protection des données britannique et irlandaise, annonce-t-elle.

« La plainte notifie les régulateurs européens d'une fuite de données massive et en cours, affectant virtuellement tout utilisateur du web » lance l'entreprise.

Elle attaque une des bases du ciblage publicitaire en ligne, fondé sur le comportement. Autrement dit, le partage d'informations personnelles avec des dizaines (« ou centaines ») de tiers, sollicités pour des offres. Parmi ces données : le contenu consulté, la localisation, une identification de l'appareil, l'adresse IP et des données démographiques si un data broker en dispose.

« Une fuite de données intervient car la diffusion, connue comme un bid request dans l'industrie, ne protège pas ces données contre un accès interdit. C'est illégal sous le RGPD » prétend encore Brave. Elle s'appuie sur l'article 6 (1) du règlement, qui réclame que les traitements soient autorisés et proportionnés.

Les enchères publicitaires en temps réel (« RTB » dans le jargon), populaires notamment chez les médias, sont visées. Brave s'appuie sur l'offre propriétaire de Google pour dénoncer plus largement la pratique. Citée par Reuters, Google assure avoir intégré des protections en accord avec les régulateurs, et déclare vouloir respecter le RGPD.

Rappelons que Brave fonde son propre modèle économique sur le remplacement des publicités des sites web par les siennes. La société s'est récemment associée au moteur de recherche français Qwant.

chargement Chargement des commentaires...