Amazon Prime Video est un service sans publicité par abonnement, mais la situation pourrait changer. En effet, AdAge indique que le géant de la vente en ligne travaille sur une version financée par des annonceurs.

Un changement de paradigme important puisque l'un des intérêts de ces offres de SVOD proposées à des tarifs raisonnables, est justement de couper avec le marché publicitaire qui mise sur le tracking des utilisateurs en ligne.

De telles offres sont ainsi l'apanage des chaînes de TV pour leurs services de replay, avec tous les problèmes techniques que l'on connaît.

Amazon pourrait au passage proposer à des créateurs de contenu de diffuser leurs productions et leurs chaînes au sein de son interface, et partager les revenus publicitaires, à la manière de ce que font des plateformes comme Facebook ou YouTube par exemple.

Reste maintenant à voir la forme que prendraient de tels accords. Le retour de la publicité dans de tels services n'est après tout pas forcément perçu par les utilisateurs comme une avancée.


Mise à jour : Amazon a démenti vouloir proposer une telle solution.

 

Vers une version gratuite mais financée par la publicité d'Amazon Prime Video ?
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Il y a un peu moins d'un mois, Google a retiré son application du terminal domotique d'Amazon car il aurait violé ses conditions d'utilisation, quand le vendeur affirmait qu'il n'y avait aucune raison technique. Une guerre entre les deux géants où les clients trinquent.

Un accord semble avoir été trouvé, puisque la plateforme de streaming est de retour sur l'Echo Show, comme le confirme Amazon à The Verge : « Nous sommes ravis d'offrir aux clients la possibilité de regarder encore plus de contenu vidéo provenant de sources telles que Vimeo, YouTube et Dailymotion sur Echo Show. Plus de sources seront ajoutées au fil du temps ».

Voicebot a mis en ligne une vidéo de présentation de YouTube sur Amazon Echo Show, avec une interface qui ne surprendra personne, se situant dans la lignée de ce que l'on trouve déjà sur les ordinateurs/mobiles.

Copié dans le presse-papier !

Certains ont eu une surprise ces derniers jours en se rendant sur le site de E.Leclerc. Ce dernier proposait en effet une PlayStation 4 Pro à un peu moins de 70 euros avec une remise de 40 euros, contre près de 370 euros en général.

L'offre était tout sauf crédible, il s'agissait manifestement d'une erreur et il n'y avait à peu près aucune chance que les produits soient livrés... mais de nombreux sites s'en sont fait l'écho, et certains ont tenté leur chance.

Depuis, E.Leclerc a bien entendu confirmé qu'il s'agissait d'une faute de frappe et que les commandes passées ne seront pas expédiées. Les clients auront néanmoins droit à un geste commercial.

Copié dans le presse-papier !

L'application n'est désormais plus présente sur plusieurs boutiques, dont l'App Store d'iOS. Apple a confirmé au New York Times que ce retrait fait suite à une demande du ministère chinois de la Sécurité publique.

Selon nos confrères, le service est toujours opérationnel en Chine. Microsoft assure travailler avec les autorités pour débloquer la situation, le retrait des boutiques étant « temporaire ». Il pourrait s'agir par exemple de stocker localement les données des utilisateurs chinois, comme la loi du pays y oblige les entreprises proposant des services en ligne.

Skype semble pour l'instant sur la sellette et n'est que le dernier en date d'une liste croissante de solutions de communication n'ayant plus cours en Chine. Après tout, des services comme Facebook, Gmail et Twitter n'y fonctionnent déjà plus, pas plus que des messageries comme Telegram et WhatsApp.

Copié dans le presse-papier !

ECM, l'un des derniers grands labels qui n'avaient pas cédé aux sirènes du streaming musical, a finalement déposé les armes et rendu son catalogue disponible sur Apple Music, Spotify et d'autres services, à travers un accord passé avec Universal Music.

Jusqu'ici le label était réfractaire à cette méthode, au regard de son attachement à la qualité sonore, rapportent Les Échos. Finalement, ce serait le piratage de ses œuvres qui aurait donné le coup de grâce et poussé l'entreprise à opter pour ce nouveau mode de diffusion.

« Bien que nos médiums préférés restent les CD et les LP, notre priorité absolue est que la musique soit entendue », signale ECM.