du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Amazon Prime Video est un service sans publicité par abonnement, mais la situation pourrait changer. En effet, AdAge indique que le géant de la vente en ligne travaille sur une version financée par des annonceurs.

Un changement de paradigme important puisque l'un des intérêts de ces offres de SVOD proposées à des tarifs raisonnables, est justement de couper avec le marché publicitaire qui mise sur le tracking des utilisateurs en ligne.

De telles offres sont ainsi l'apanage des chaînes de TV pour leurs services de replay, avec tous les problèmes techniques que l'on connaît.

Amazon pourrait au passage proposer à des créateurs de contenu de diffuser leurs productions et leurs chaînes au sein de son interface, et partager les revenus publicitaires, à la manière de ce que font des plateformes comme Facebook ou YouTube par exemple.

Reste maintenant à voir la forme que prendraient de tels accords. Le retour de la publicité dans de tels services n'est après tout pas forcément perçu par les utilisateurs comme une avancée.


Mise à jour : Amazon a démenti vouloir proposer une telle solution.

 

Vers une version gratuite mais financée par la publicité d'Amazon Prime Video ?
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nous avons pu rencontrer des soucis de paiement dans les supermarchés de l'enseigne ces derniers temps. Selon iGen, cela viendrait d'un souci entre le géant américain et les acteurs de la grande distribution.

Une vérification systématique du solde ne serait ainsi pas toujours effectuée sur des comptes sans autorisation de découvert, comme ceux des néo-banques. Même si la façon de gérer les cartes bancaires par Apple Pay est en partie en cause, c'est le vendeur qui ne procéderait pas systématiquement à cette vérification.

La transaction peut donc lui être refusée, et l'argent ne pas lui être versé. Pour régler le problème, E.Leclerc a pour le moment bloqué les paiements mobiles selon nos confrères, d'autres prenant des décisions plus ou moins drastiques.

Une solution pourrait être trouvée d'ici l'été, pour une mise en place dans la foulée.

Copié dans le presse-papier !

SFR Sport changera de nom le 3 juillet. L'opérateur revient sur le sujet auprès de ses abonnés, avec quelques détails. Ainsi, les chaînes 1 à 3 deviennent RMC Sport Access 1, 2 et 3. SFR Sport 5 devient RMC Sport 4 alors que BFM Sport deviendra RMC Sport News en août. Elles occuperont les canaux 106 à 110.

Selon les cas, les clients auront accès à une option RMC Sport ou RMC Sport Access. Cette distinction cache une astuce. D'après nos informations, les clients SFR Sport seront considérés comme « Access » et n'auront pas droit à l'application RMC Sport, ainsi qu'à la chaîne 4K (RMC Sport UHD 1) et à certaines compétitions (Champions League, Europa League). L'option SFR Sport Europe devient RMC Sport et donnera accès à tous ces services et contenus.

Dans son email, SFR se veut rassurant : « N'ayez aucune inquiétude, vous retrouverez tous vos programmes habituels et le tarif de votre forfait mobile ne change pas ». Pour rappel, RMC Sport sera proposé en option aux nouveaux clients à 9 ou 19 euros par mois, contre 5 ou 15 euros actuellement pour SFR Sport Europe.

Dans le même temps, l'opérateur offre son option à tous ses clients qui prennent un abonnement BeIN Sports. Le pack est ainsi proposé à 15 euros par mois.

Copié dans le presse-papier !

Présentée lors de la Google I/O (lire notre compte rendu), la poursuite de conversation sans avoir besoin de dire « OK Google » à chaque fois est en cours de déploiement sur les enceintes connectées Home.

Pour en profiter, il faut vous rendre dans les paramètres, puis préférences et activer l'option conversation continue. L'échange avec l'Assistant s'arrête lorsque vous dites « merci », « arrêter » ou bien lorsque vous ne parlez plus.

Copié dans le presse-papier !

Présenté lors de l'IFA 2017 de Berlin, le HDR10+ est une évolution du HDR10 venant concurrencer Dolby Vision. Il ne propose qu'une profondeur de couleurs sur 10 bits (12 bits pour Dolby Vision), mais a l'avantage d'être utilisable gratuitement (hors frais administratifs).

Au CES de Las Vegas, il se dotait d'un nouveau logo, et Warner Bros rejoignait l'aventure aux côtés de 20th Century Fox, Panasonic et Samsung.

Désormais, le HDR10+ revendique plus de 40 partenaires et se lance dans le grand bain avec le début du programme de certification. Les télévisions, lecteurs et autres produits peuvent donc commencer à passer les tests.

Copié dans le presse-papier !

Google fête l’été avec une nouvelle préversion de son Android Studio. La mouture 3.2 en approche officialise l’Android App Bundle, un nouveau format de distribution pour les applications Android

App Bundle se sert de la Dynamic Delivery, amenant un changement de taille (dans tous les sens du terme). Le fichier APK en sortie sera en effet davantage optimisé, plus petit et ne contiendra que les ressources nécessaires à un appareil en particulier. Un fonctionnement qui rappelle l’App Slicing chez Apple. Google assure qu’aucun changement de code n’est nécessaire.

La nouvelle bêta permet également de créer des instantanés (snapshots) depuis n’importe quel émulateur. Google promet une restauration de ces états en moins de 2 secondes. Les développeurs pourront par ailleurs préconfigurer un snapshot Android Virtual Device avec les applications et données qu’ils souhaitent.

L’Energy Profiler doit pour sa part faire la chasse aux pics de consommation d’énergie dans les applications. Les développeurs sont donc invités à surveiller l’impact sur les batteries de leurs créations, le Profiler relevant automatiquement les évènements en arrière-plan potentiellement liés aux pics.

Comme toujours, la bêta permettra de se faire une bonne idées des améliorations en approche, au prix d’éventuels bugs pouvant gâcher la fête.