du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Selon The Seattle Times,  Amazon procède en ce moment à une importante vague de licenciements. Un fait plutôt rare dans cette entreprise plutôt connue pour avoir recruté à tour de bras ces dernières années. À Seattle, on compte aujourd'hui 40 000 employés de l'entreprise, contre 5 000 en 2010. Au total, Amazon rassemble 566 000 employés, soit 66 % de plus que l'an dernier.

Plusieurs centaines de licenciement sont à prévoir à Seattle, notamment dans des équipes ayant grossi trop vite dernièrement. Les syndicats dénoncent quant à eux une ambiance « où tous les services se serrent la ceinture » accompagnée « de beaucoup de stress ». Un stress d'autant plus présent qu'Amazon procède en ce moment à des passages en revue des performances de ses employés.

L'entreprise assure que les données récoltées ne serviront pas à choisir qui mettre à la porte, mais qu'au contraire, les salariés les moins performants seront aidés à devenir plus productifs…

Vague de licenciements en vue chez Amazon
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué commun avec Coinbase et Worldpay, Visa déclare que la plateforme d'échange de crypto-monnaies n'est pas en cause dans les facturations abusives constatées depuis fin janvier, lors de l'achat via une carte bancaire.

C'est ce qu'avait déjà annoncé Coinbase sur Twitter, pour qui il s'agit d'un couac lors du changement du code identifiant l'activité (MCC) des plateformes de crypto-monnaies. La société avait promis de rembourser l'ensemble des utilisateurs surfacturés.

Copié dans le presse-papier !

Le Project Zero prévoit de révéler publiquement les détails d'une faille si, une fois signalée à son éditeur, elle n'est pas corrigée dans les 90 jours. Une brèche a ainsi été communiquée à Microsoft vers la mi-novembre, mais il y a trois jours, veille de la date limite, l'entreprise a répondu que le correctif était plus complexe à développer qu'anticipé.

Il était donc impossible de respecter le délai imparti, entrainant la diffusion des détails par Google il y a deux jours. La faille réside dans un choix fait par Microsoft pour protéger son navigateur contre les exploitations arbitraires de code. Arbitrary Code Guard déporte ainsi dans un processus isolé (sandbox) le compilateur JavaScript Just-In-Time du navigateur.

Problème, si le processus de contenu peut deviner à l'avance l'adresse que le compilateur compte allouer via la fonction VirtualAllocEx(), il y a danger qu'un malware puisse profiter d'une zone mémoire où s'ébattre joyeusement. Selon Google, trouver l'adresse n'est pas si compliqué, d'où la faille.

Le correctif devrait être prêt pour le prochain Patch Tuesday, le 13 mars.

Copié dans le presse-papier !

Le 19 février 2017, Eugen Roschko publiait une réponse au manifeste de Mark Zuckerberg. De quoi donner un coup de projecteur au projet  sur lequel il travaillait depuis plus d'un an : Mastodon (voir notre dossier).

Le réseau social décentralisé avait alors fait grand bruit, un peu partout dans le monde. Même la DINSIC avait ouvert une instance. Depuis, la « folie » est très largement retombée et ceux qui ont lancé des instances pour la « hype » ont rapidement abandonné.

Mais une communauté, bien plus forte, s'est construite. Aujourd'hui, plus d'un million de comptes ont été créés sur près de 1500 instances, la croissance continue donc tranquillement. Car Mastodon évolue encore.

Il en est actuellement à la version 2.2.0, publiée fin janvier. Elle apportait notamment des améliorations sur les emails envoyés. Le service est globalement resté inchangé sur le fond, et compte toujours un maximum de 500 caractères par « pouet » mais avec de nouvelles options et paramètres.

Envie de vous y remettre ? Vous pouvez vous inscrire sur Mastodon.social, l'instance de la quadrature du net ou de Framasoft. L'association republie d'ailleurs pour l'occasion la version traduite de la lettre d'Eugen Roschko.

Copié dans le presse-papier !

Le 16 février, le tribunal de première instance de Bruxelles a donné raison à la Commission de protection de la vie privée (CPVP) belge, l'équivalent de la CNIL. Elle avait attaqué le réseau social, qui ne respecte pas la législation belge sur la vie privée.

Il lui est spécifiquement reproché son utilisation large des cookies, boutons de partage ou de pixels de suivi sur 10 000 autres sites que le sien, sans avertir l'internaute que son activité est enregistrée. Son accord n'est pas non plus demandé pour cette collecte d'informations.

Comme l'indique le CPVP, le tribunal ordonne à Facebook l'arrêt du suivi des Belges, tant qu'il n'est pas conforme au droit local. Toute information obtenue illégalement doit être détruite et le jugement publié sur son site. Facebook doit se conformer au jugement, sous astreinte de 250 000 euros par jour, pour un montant maximal de 100 millions d'euros.

Dans un communiqué, Richard Allan, le vice-président aux affaires publiques EMEA de Facebook, se dit déçu du jugement et assure que le groupe fera appel. Il déclare que l'utilisation des cookies est standard dans l'industrie et qu'il prépare l'application du Règlement général sur la protection des données (RGPD) le 25 mai pour s'y conformer.

Copié dans le presse-papier !

Le président du Sénat a annoncé vendredi 16 février qu’il avait décidé de nommer Louis de Broissia au sein du collège de l’autorité publique indépendante. Le choix de Gérard Larcher s’est porté sur cet ancien sénateur UMP, âgé de 74 ans, « en raison de sa grande connaissance du secteur de la communication audiovisuelle et du numérique ».

La Haute Assemblée souligne que l’intéressé fut « membre du comité d'éthique du groupe M6, ancien président du Groupement d'intérêt public France Télé Numérique, ancien ambassadeur chargé de l'audiovisuel extérieur ». Il remplacera l’ancien député PS Didier Mathus. Son mandat s’achèvera en 2022 ou en 2025, la mise en place du renouvellement par tiers des membres de la Hadopi ayant conduit les pouvoirs publics à prévoir une désignation par tirage au sort.

Deux autres membres de la Haute autorité restent à nommer (sur les neuf que compte le collège au total). Ils seront issus de la Cour des comptes et du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique. Au travers d’un décret paru samedi 17 février au Journal officiel, le gouvernement a d’autre part entériné la nomination de Tanneguy Larzul, conseiller d’État, au sein de la commission de protection des droits de la Hadopi.