du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Alors que de nombreux services de vidéo en ligne se font la guerre, Vimeo a décidé de miser sur la complémentarité pour se démarquer.

La société vient en effet d'indiquer qu'elle propose désormais un dispositif d'upload simultané sur Facebook ou YouTube, réservé à ses clients  d'une offre payante (dès 60 euros par an). Les publications apparaîtront sous la forme d'une vidéo native à chaque plateforme.

On pourra également disposer d'une fonctionnalité équivalente pour les contenus en direct, pour les diffuser à la fois sur Vimeo, Facebook, Periscope, Twitch ou encore YouTube. Ici, ce sont les abonnés de l'offre Live (dès 720 euros par an) qui sont concernés.

Upload et diffusion en direct sur plusieurs plateformes chez Vimeo
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le 25 janvier 2004 (il y a donc plus de 14 ans), le rover Opportunity se posait sur la planète rouge. Sa mission ne devait alors durer que 90 jours martiens (ou sols), mais elle s'est éternisée bien plus que prévue.

En effet, le rover a fêté récemment ses 5 000 sols, c'est-à-dire 5 000 jours sur Mars. Pour rappel, une journée martienne dure près de 40 minutes de plus qu'une journée terrestre.

Durant ce temps, Opportunity a roulé pendant plus de 45 km et a envoyé près de 225 000 images. La NASA propose un site dédié avec de nombreuses informations sur le rover et son jumeau Spirit. Ce dernier n'est plus en activité depuis 2010.

Copié dans le presse-papier !

Android Police rapporte que la version 64 de Chrome pour Android a tendance à faire le ménage dans les URL lors d'un partage. Une pratique bienvenue, de nombreux paramètres étant parfois inutiles, mais pas forcément sans conséquences.

En effet, nos confrères précisent que certains éléments nécessaires ont parfois tendance à « sauter », comme une ancre permettant d'atteindre une partie précise de la page par exemple.

On aurait aussi aimé que l'utilisateur soit un minimum notifié de cette modification, ou puisse avoir la possibilité d'activer ou non une telle fonction. Espérons que cela sera amélioré à l'avenir.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir annoncé son modem 4G à 1 Gb/s il y a tout juste deux ans et à 1,2 Gb/s l'année dernière, le fabricant double la mise avec son Snapdragon X24 (4G catégorie 20) à 2 Gb/s maximum.

Cette puce gravée en 7 nm est capable de gérer l'agrégation de sept flux au maximum. Elle prend en charge le 4x4 MIMO, le FD-MIMO (Full Dimension Multi-Input Multi-Output), 256 QAM, etc.

Les premiers exemplaires du Snapdragon X24 sont en cours d'expédition auprès de partenaires triés sur le volet. Le fabricant attend l'arrivée sur le marché des premiers smartphones au cours du premier semestre 2019.

Qualcomm en profite pour revenir sur la 5G, une technologie qui tiendra à n'en point douter une place importante au MWC de Barcelone. La société y effectuera d'ailleurs plusieurs démonstrations.

Il est notamment question du partage des fréquences entre bandes licenciées et non licenciées (déjà possible en 4G, mais pas utilisé en France), des réseaux privés 5G et du V2X pour les voitures connectées autonomes.

Copié dans le presse-papier !

Des chercheurs de chez Google et Verily Life Sciences (une filiale d'Alphabet), ont publié un article intitulé « Prédiction des facteurs de risques cardiovasculaires à partir des photographies du fond d'œil par l'apprentissage profond » dans la prestigieuse revue Nature.

Les scientifiques expliquent que leur algorithme est capable d'identifier des données du patient comme son âge (erreur de 3,26 ans en moyenne), son sexe, s'il est ou non-fumeur, sa pression artérielle systolique et des « événements cardiaques majeurs indésirables ».

L'intelligence artificielle a été entraînée sur des données provenant de 284 335 patients et les résultats ont été validés sur deux jeux de personnes différentes (12 026 dans le premier et 999 dans le second).

Copié dans le presse-papier !

Après avoir mis 148 milliards de dollars (dette incluse) sur la table, Broadcom s'était vu opposer un refus unanime du conseil d'administration de Qualcomm, mais ce dernier avait laissé la porte ouverte à des négociations.

Une rencontre entre les deux sociétés s'est déroulée le 14 février, mais Cupidon n'était pas au rendez-vous. Selon Qualcomm, Broadcom a précisé que son offre de 148 milliards de dollars était « sa meilleure et dernière proposition », tandis que son conseil d'administration reste unanime sur la sous-évaluation de Qualcomm, avec « un niveau de risque inacceptablement élevé » quant à l'approbation par les autorités compétentes.

« Notre conseil a jugé la réunion constructive en ce sens que les représentants de Broadcom ont exprimé leur volonté d'accepter certaines cessions potentielles liées à des ententes antitrust autres que celles contenues dans la convention de fusion déposée publiquement » ajoute tout de même Qualcomm.

Mais ce dernier précise que son concurrent refuse d'accepter d'autres engagements qui pourraient être imposés par la FTC, la Commission européenne, etc.  De plus, « Broadcom a également refusé de répondre à toute question sur ses intentions concernant l'avenir de l'activité de licence de Qualcomm » et « insiste sur le contrôle de toutes les décisions importantes concernant nos activités de licence » entre la signature de l'accord et la finalisation de l'achat.

Si Qualcomm envoie de nouveau une fin de non-recevoir à Broadcom, la société laisse une nouvelle fois la porte ouverte aux négociations... la suite au prochain épisode.