du 24 février 2020
Date

Choisir une autre édition

Comme l’explique Médiacités, c’est la conséquence d’une « erreur de sécurité imputée à la société [française Gedivote, filiale de Gedicom, ndlr] mandatée par l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées pour organiser le vote électronique du représentant étudiant de son conseil d’administration ».

« À l’occasion d’une vérification, [le délégué à la protection des données de l’Institut National Universitaire Champollion ] s’est rendu compte qu’il y avait eu un accès à ces données. Nous avons eu l’information à 13h08, et à 14h, notre prestataire a tout coupé pour empêcher l’accès à ces données. Nous avions pris toutes les précautions d’usage. L’erreur vient clairement de ce prestataire », explique à nos confrères Philippe Raimbault, président de l’Université.

Selon Médiacités, les données (nom, prénom, date de naissance, email, établissement de rattachement et INE) auraient été récupérées par des serveurs en Europe de l’Est. La CNIL a été notifiée de l’incident.

Université de Toulouse : fuite de données pour 117 000 étudiants et personnels
chargement Chargement des commentaires...