du 10 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Netgear : une version plus accessible d'Orbi, Google Assistant et modèle Outdoor en France

Lors d'une rencontre avec Netgear, nous avons pu apprendre une bonne et une mauvaise nouvelle concernant sa gamme Orbi. La mauvaise, c'est que le modèle Outdoor évoqué avant l'ouverture du salon ne pourra pas être disponible en France du fait des limites imposées par la législation sur le Wi-Fi en extérieur.

La bonne, c'est qu'un modèle Orbi Micro (RBR20+RBS20) est prévu. Plus petit, il se limite à deux ports RJ45 (Gigabit) par module seulement. Mais il s'agit toujours d'un modèle AC2200 tri-band (866 + 866 + 400 Mb/s) doté de quatre antennes. Il sera ainsi légèrement moins coûteux que son grand frère de la série 40 : 249 euros pour un couple routeur/satellite. Un modèle avec trois modules (RBK23) est prévu pour arriver dans un second temps.

Notez enfin qu'outre le support d'Alexa, celui de Google Assistant devrait bientôt arriver sur Orbi afin d'effectuer quelques tâches en vocal. Nous n'avons par contre pas encore de détails sur la date d'arrivée du firmware activant cette nouveauté.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La préversion 17134 semble bien être la dernière pour la nouvelle mise à jour majeure du système. Sortie la semaine dernière en canal rapide, elle a depuis rejoint les canaux lent et Release Preview.

Selon Neowin, l'écran d'accueil du navigateur Edge, après installation de la préversion, évoque par ailleurs une « April Update ». Ce serait ainsi le nom de la mise à jour, que nous avons observé également.

Avec une préversion en canal Release Preview, la diffusion serait donc proche. Microsoft a déjà deux semaines de retard sur le calendrier de départ (avec le Patch Tuesday du 10 avril) et a sûrement hâte d'en finir pour passer à la suite.

Une suite déjà en préparation puisque les builds s'enchaînent sur la branche Redstone 5, avec pour l'instant en nouveauté principale les Sets, fenêtres rassemblant diverses applications sous formes d'onglets.

En attendant, la liste des nouveautés de l'April Update n'a pas changé d'un iota. Vous les retrouverez détaillées dans notre dossier.

Copié dans le presse-papier !

La marque était déjà une filiale du groupe Carrefour, il ne s'agit donc que d'un changement de nom, probablement pour unifier les services autour sa marque phare.

« Un nouveau nom, des nouvelles promotions et des nouveaux frais de livraison vous attendent » explique le site : ils sont gratuits à partir de 100 euros d'achat.

Pour le moment, Carrefour livré chez vous est disponible dans les régions/agglomérations suivantes : île de France, Bordeaux, Grenoble, Lyon, Marseille, Metz Montpellier, Nancy, Nice, Toulon, Toulouse, Strasbourg, Angers, Caen, Le Havre, Nantes, Rennes.

Les applications mobiles (Android et iOS) ont évidemment été mises à jour en conséquence.

Copié dans le presse-papier !

Dans les deux cas, les mobiles sont déclinés en version play et plus, en plus du modèle de base. Le g6 reprend le même design que son prédécesseur, avec un écran de 5,7 pouces au format 18:9 (2 160 x 1 080 pixels). Il est animé par un Snapdragon 450 avec 3 ou 4 Go de mémoire vive, 32 ou 64 Go de stockage, extensibles via un lecteur de cartes micro-SD.

Il dispose d'un lecteur d'empreintes digitales, de la technologie Face unlock, de deux capteurs à l'arrière (12 et 5 Mpixels), d'un à l'avant (8 Mpixels) et d'une batterie de 3 000 mAh. Il est annoncé à 249 dollars.

De son côté, la version play est plus accessible avec un Snapdragon 427, un écran de 1 440 x 720 pixels (toujours 18:9), une seule caméra à l'arrière, un lecteur d'empreintes, mais pas de Face Unlock. La batterie est revue à la hausse avec 4 000 mAh et une autonomie annoncée de 36 heures. Il sera vendu à partir de 199 dollars.

Comme son nom l'indique, le g6 plus est plus grand avec un écran de 5,9 pouces (2 160 x 1 080 pixels), un Snapdragon  630, 4 ou 6 Go de mémoire vive, etc. Tous les détails se trouvent par ici. Comptez 299 euros cette fois-ci.

Côté entrée de gamme, la série e5 est également disponible en trois versions, toutes avec un lecteur d'empreintes digitales. Le modèle de base intègre un écran de 5,7 pouces (1 440 x 720 pixels), contre 5,2 pouces (1 280 x 720 pixels) pour le play et 6 pouces pour le plus (1 440 x 720 pixels).

Les batteries affichent respectivement 2 800, 4 000 et 5 000 mAh. Le tarif du e5 play n'est pas précisé, tandis que celui du e5 est de 149 euros, contre 169 euros pour l'e5 plus.

Ces nouveaux smartphones seront disponibles au cours des prochaines semaines, avec Android 8.0 Oreo aux commandes.

Copié dans le presse-papier !

Amazon veut permettre à tout un chacun de créer des « skills » pour son assistant numérique, sans avoir besoin de savoir coder. Plus d'une vingtaine de modèles sont d'ores et déjà disponibles pour créer des quiz, des blagues personnalisées, une histoire, etc.

Pour le moment, Blueprints n'est disponible qu'aux États-Unis et en anglais. Rappelons que le lancement d'Alexa en France est pour bientôt, mais aucune date n'a été annoncée par Amazon.

Copié dans le presse-papier !

C'est sur Twitter (ici, et ) que Scott Herkelman, en charge des Radeon, a fait connaître son opposition aux pratiques de son concurrent. Une approche plus directe que son communiqué publié à l'occasion de l'annonce de la gamme AREZ d'ASUS.

Néanmoins, ni NVIDIA ni le programme GPP ne sont cités, sans doute pour éviter des poursuites. AMD n'indique d'ailleurs toujours pas attaquer le père des GeForce pour pratiques anti-concurrentielles, ce qui permettrait d'en savoir plus.

Dans ses tweets, Herkelman remercie donc simplement ses partenaires rencontrés à l'occasion d'un évènement à Londres. Il évoque leurs préoccupations : un concurrent utilise l'allocation de puces et des soutiens financiers « pour limiter ou bloquer la possibilité de faire la promotion et vendre des Radeon, de la manière dont les clients et les constructeurs le désirent ».

Il invite les concernés à le contacter plus directement, sans détailler la manière dont AMD compte contre-attaquer dans les mois à venir, autrement qu'à travers les médias.