du 11 mars 2019
Date

Choisir une autre édition

Une sénatrice américaine veut démanteler les GAFAM pour restaurer la concurrence

Les GAFAM sont dans l’œil de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, qui sera candidate aux prochaines élections présidentielles américaines. Elle estime que ces entreprises ont « trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie ».

Selon la sénatrice, « elles ont détruit la compétition, utilisé nos informations privées pour leur profit », utilisant leurs vastes moyens pour « écraser les petites entreprises et l’innovation » et substituant au passage « leurs intérêts économiques aux intérêts plus larges des Américains ».

Ce qu’elle propose ? Tout simplement de les casser en plusieurs morceaux. Serait visée toute structure engrangeant un chiffre d’affaires d’au moins 25 milliards de dollars et proposant une place de marché, d’échange ou une plateforme pour connecter de tierces parties. Tout ce qui s’apparente selon elle à un service public.

Si elle devait être présidente, son programme imposerait une séparation obligatoire entre contenu et contenant. Chaque entreprise serait tenue de respecter un nouveau standard d’interactions « justes, raisonnables et non-discriminatoires » avec les utilisateurs, avec interdiction de transfert de leurs données vers d’autres structures.

Pas question non plus de laisser ces mastodontes engloutir certaines entreprises, pour éviter des rachats qu’elle juge anticoncurrentiels.  Deux cas emblématiques sont présentés : Facebook pour Instagram et WhatsApp, Google pour Waze et DoubleClick. Elle reproche aux autorités compétentes de ne pas avoir pensé aux effets délétères à long terme.

Elle ne veut pas non plus que les sociétés fournissant des services de place de marché les utilisent pour leurs propres besoins. Amazon tient une place prépondérante dans son argumentaire, braquent les projecteurs sur le conflit d’intérêt avec sa propre marque Amazon Basics. Les tactiques de Google sont également fustigées.

Elle veut rendre à ces services la neutralité qu’ils n’ont plus selon elle, afin que cesse une dépendance toujours plus croissante. Là encore, Amazon et Google sont cités en exemples flagrants.

Ses objectifs – accroître la concurrence et protéger les données personnelles – se heurteraient toutefois à certains obstacles majeurs.

Outre l’élection présidentielle elle-même et les vastes campagnes de lobbying qui ne manqueront pas de l’accompagner, la sénatrice aura nécessairement besoin du Congrès américain, puisque le programme sera réalisé à travers la loi. Les nominations des chefs antitrust doivent également être confirmées par le Sénat.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nouvelle mouture pour Kali Linux, distribution GNU/Linux spécialisée dans la sécurité, plus particulièrement les activités de « hacking éthique », dont les tests d’intrusion.

La version 2019.2, disponible depuis hier soir, inclut notamment la mouture 2019.2 de NetHunter, qui supporte désormais plus de 50 appareils mobiles, avec des versions d’Android allant de 4.4 à 8.0.

Pour le reste, il s’agit essentiellement de corrections de bugs, de nouvelles versions mineures d’outils (seclists, msfpc, exe2hex…) ou encore d’un nouveau noyau Linux (4.19.28), la distribution restant sur la branche LTS.

Notez que les utilisateurs actuels de la distribution n’ont pas besoin de télécharger la nouvelle image ISO. Kali Linux est en « rolling release » et ne nécessite donc qu’une mise à jour des paquets pour récupérer les mêmes nouveautés.

Pour lancer la mise à jour, la commande est normalement connue des habitués :

apt update && apt -y full-upgrade

Les intéressés par une réinstallation complète ou neuve sur une autre machine pourront récupérer l’image ISO depuis le site officiel.

Copié dans le presse-papier !

Motherboard affirme que « plusieurs départements du géant des médias sociaux Snap ont des outils dédiés pour accéder aux données des utilisateurs, et des employés ont abusé de leur privilège pour espionner les utilisateurs »

Nos confrères expliquent avoir eu confirmation de la part de plusieurs employés, dont un encore en poste, via des copies d'emails internes. Des employés auraient ainsi eu accès à la localisation d'utilisateurs, leurs Snaps et des informations personnelles (numéro de téléphone, email).

Un des outils utilisés a été baptisé SnapLion et, selon un des anciens employés, il fournit « les clés du royaume ». Son utilisation initiale devait être de fournir des informations en cas de demandes des forces de l'ordre. Toujours selon les sources de Motherboard, des accès abusifs aux données ont été commis « plusieurs fois » chez Snap.

Problème, SnapLion serait désormais utilisé plus généralement dans les équipes, notamment pour réinitialiser les mots de passe des comptes piratés.

Copié dans le presse-papier !

C'est Marianne qui la diffuse dans son numéro 1158 de son magazine et sur son site.

« Le géant américain choisit avec soin les communes françaises dans lesquelles il s’installe. Et exige une grande discrétion de la part des élus, jusqu’à leur faire signer des clauses de confidentialité », expliquent nos confrères.

Marianne explique notamment que le revendeur choisit ses « cibles avec soin » : des régions touchées par des licenciements et « abandonnées par l’industrie ». Les responsables se plient en quatre pour attirer le géant américain et sa promesse de milliers d'emplois dans son sillage.

Copié dans le presse-papier !

À l’index, DoubleClick/Authorized Buyers, le cœur des enchères publicitaires de l’entreprise américaine. Une plainte avait été initiée en septembre 2018 par Johnny Ryan, l’un des responsables de Brave, le navigateur qui se veut respectueux de la vie privée.

Celui-ci considère que le système publicitaire en cause engendre une violation massive et permanente de données personnelles. « Chaque fois qu'une personne visite un site utilisant le système d'achats DoubleClick/Authorized de Google, des données personnelles intimes et sur ce qu'elle consulte sont communiquées via une « demande d'enchères » adressée à des dizaines ou des centaines d'entreprises, pour solliciter des offres d'annonceurs potentiels ».

« Nous devons réformer la publicité en ligne pour protéger la vie privée, mais aussi les annonceurs et les éditeurs des risques juridiques inhérents au RGPD » ajoute Johnny Brave, dans ce billet de blog.

Copié dans le presse-papier !

« Internet ou la révolution du partage » est un autre documentaire consultable en replay sur la plateforme web d'Arte jusqu'au 4 août.

« Logiciels libres, semences libres, médicaments libres, connaissances libres… Les pratiques collectives et contributives du « Libre » essaiment dans bien d'autres domaines que l'informatique. En mettant l'accent sur la liberté, la coopération et le partage, elles redonnent par là même occasion de l'autonomie et du pouvoir aux utilisateurs », nous explique son réalisateur.

On y retrouve Richard Stallman, fondateur du projet GNU, Pierre-Yves Gosset (délégué général de Framasoft), Lionel Maurel (Quadrature du Net), mais aussi Xavier Niel, parmi les nombreux intervenants.

« Le film est conçu comme le journal de bord d'un voyage en immersion à la rencontre de figures anonymes ou de personnalités hors-normes de ce monde encore marginal du « Libre », et de ses opposants, en Inde, en France, en Suisse et aux États-Unis. Filmés sans langue de bois ni jargon technique, des lanceurs d'alerte et des observateurs éclairés ponctuent l'avancée du propos du film par leurs témoignages ou leurs analyses ».