du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

La situation des Radeon RX Vega personnalisées est toujours aussi étrange. AMD continue d'indiquer que tout va bien, et que les partenaires vont mettre des produits sur le marché. Mais dans la pratique, les choses bougent… assez lentement.

Plusieurs partenaires de la société avaient en effet manifesté une volonté de ne pas proposer de tels produits. Et alors que nous sommes à la mi-novembre, force est de constater qu'aucune référence n'est disponible à la vente. On voit quand même depuis quelques semaines des exemplaires apparaître et être testés ici ou là.

Dernier exemple en date : une Radeon RX Vega signée Sapphire. Il s'agit d'un modèle overclocké de la gamme Nitro, avec trois ventilateurs. Un « pre-sample » testé sur HWBattle qui semble depuis retiré les informations publiées. Mais il reste une vidéo et des images récupérées par nos confrères de TechPowerUp!.

Du côté de Sapphire, il nous a été confirmé qu'un tel produit n'est pas prévu pour le moment en version RX 64. Ce sera peut-être le cas pour une déclinaison Vega 56, mais rien n'est encore assuré.

Une Radeon RX Vega de Sapphire testée, pas de modèle Vega 64 prévu
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Présenté lors de l'IFA 2017 de Berlin, le HDR10+ est une évolution du HDR10 venant concurrencer Dolby Vision. Il ne propose qu'une profondeur de couleurs sur 10 bits (12 bits pour Dolby Vision), mais a l'avantage d'être utilisable gratuitement (hors frais administratifs).

Au CES de Las Vegas, il se dotait d'un nouveau logo, et Warner Bros rejoignait l'aventure aux côtés de 20th Century Fox, Panasonic et Samsung.

Désormais, le HDR10+ revendique plus de 40 partenaires et se lance dans le grand bain avec le début du programme de certification. Les télévisions, lecteurs et autres produits peuvent donc commencer à passer les tests.

Copié dans le presse-papier !

Google fête l’été avec une nouvelle préversion de son Android Studio. La mouture 3.2 en approche officialise l’Android App Bundle, un nouveau format de distribution pour les applications Android

App Bundle se sert de la Dynamic Delivery, amenant un changement de taille (dans tous les sens du terme). Le fichier APK en sortie sera en effet davantage optimisé, plus petit et ne contiendra que les ressources nécessaires à un appareil en particulier. Un fonctionnement qui rappelle l’App Slicing chez Apple. Google assure qu’aucun changement de code n’est nécessaire.

La nouvelle bêta permet également de créer des instantanés (snapshots) depuis n’importe quel émulateur. Google promet une restauration de ces états en moins de 2 secondes. Les développeurs pourront par ailleurs préconfigurer un snapshot Android Virtual Device avec les applications et données qu’ils souhaitent.

L’Energy Profiler doit pour sa part faire la chasse aux pics de consommation d’énergie dans les applications. Les développeurs sont donc invités à surveiller l’impact sur les batteries de leurs créations, le Profiler relevant automatiquement les évènements en arrière-plan potentiellement liés aux pics.

Comme toujours, la bêta permettra de se faire une bonne idées des améliorations en approche, au prix d’éventuels bugs pouvant gâcher la fête.

Copié dans le presse-papier !

Au début du mois, nous apprenions que les trois fabricants de puces avaient reçu la visite d'enquêteurs chinois, après avoir constaté que les prix de la DRAM avaient « considérablement augmenté ».

« Selon la loi antitrust chinoise, Samsung, SK Hynix et Micron pourraient être condamnés à une amende entre 800 millions et 8 milliards de dollars » s'ils sont reconnus coupables d'entente sur les prix rapporte Digitimes, citant des sources proches du dossier.

L'enjeu est important : « La Chine essaie de protéger son marché des PC et des smartphones contre la hausse du prix de la DRAM » expliquait récemment une analyste à Reuters.

Rappelons enfin que Samsung, SK Hynix, Elpida Memory (racheté par Micron) ont déjà été condamnés pour entente sur les prix de la DRAM.

Copié dans le presse-papier !

Depuis son introduction il y a quelques années, la gestion des comptes n’avait pas réellement été rénovée. Qu’à cela ne tienne, Google s’y colle.

En cours de déploiement sur Android, elle sera ensuite diffusée sur le web et iOS plus tard dans l’année. Elle veut rendre l’ensemble plus clair, en donnant accès en priorité aux éléments les plus importants : sécurité, vie privée, informations de paiement, liste des appareils, achats, abonnements, réservations et contacts.

Un nouvel outil de recherche permet – enfin – de chercher un paramètre en particulier, comme le changement de mot de passe. Google ajoute dans la foulée une section dédiée à l’aide, avec des réponses aux opérations courantes comme la mise à jour d’un espace de stockage.

Côté sécurité et vie privée, Google pousse en avant les types de données sauvegardés par le compte pendant l’utilisation des services. Un bilan de sécurité remanié est également proposé, pour revoir rapidement les principales options dans ce domaine.

La société ajoute que des conseils et notifications peuvent apparaître selon le contexte. Par exemple, si Google détecte que le compte est utilisé sur un vieil appareil, mettant en danger les données de l’utilisateur. Dans notre cas, il était recommandé de supprimer le compte d’un Galaxy S6.

Comme indiqué, cette nouvelle gestion n’est disponible que pour Android. Elle n’ajoute pas de nouvelles sections ou fonctionnalités, mais rénove les existantes pour les rendre plus simples à trouver.

Copié dans le presse-papier !

L'application fournit un retour audio (commentaires, vibrations, sons) à toute interaction, pour utiliser son smartphone ou tablette sans forcément voir l'écran.

La version 6.2 signe donc son changement de nom, avec TalkBack, Switch Access (pour contrôler l'appareil via un commutateur) et Sélectionner pour prononcer, qui décrit un élément choisi.