du 04 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Une motion de défiance a été adoptée contre la direction de SFR

La semaine dernière a été plutôt agitée pour Altice en bourse. La société a en effet perdu pas moins de 10,9 %, pour finir à un cours de 6,66 euros et une capitalisation de 10,7 milliards. La suite d'une période difficile de près d'un mois qui ne semble pas vouloir s'arrêter, même si Patrick Drahi est lui-même monté au créneau auprès des investisseurs et des salariés, et que le groupe a annoncé une première cession d'actifs.

C'est dans ce cadre que le Comité central d’entreprise (CCE) a décidé d'adopter une motion de défiance vis-à-vis de la direction, qui vient d'être réorganisée, rapporte l'AFP. Mettant en cause la gestion de l'entreprise, et notamment l'accord New Deal qui a créé « un véritable mal-être chez les salariés et causé une hémorragie de départs, [...] des réorganisations d’ampleur ont lieu en interne sans aucune consultation préalable des instances ».

Les élus se disent attentifs à la stratégie qui va être mise en œuvre pour remettre en marche SFR, qui est le grain de sable de la mécanique d'Altice, l'opérateur continuant de perdre des clients malgré l'arrivée de nouvelles offres et de larges promotions, notamment à travers la marque RED.  

Patrick Drahi s'est à nouveau adressé à ses équipes vendredi, mais uniquement à travers les 1 000 managers de SFR cette fois. Il a été à nouveau dans l'invocation plutôt que dans le concret, appelant à « concentrer nos efforts sur ce qui fera la différence, les actions les plus concrètes jusqu'au moindre détail, pour améliorer la vie de nos clients », le tout notamment grâce à un « dialogue sans filtre, sans tabou ».

chargement Chargement des commentaires...