du 10 septembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Une députée s’inquiète de l’impact environnemental des emails

Afin d'interpeller le gouvernement quant à la « charge carbone » des emails, la députée Laurence Vanceunebrock-Mialon vient de transmettre une question écrite à Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’État en charge de la Transition écologique et solidaire. L’élue LREM soutient ainsi que 300 milliards de courriers électroniques « sont reçus et envoyés chaque jour dans le monde, générant pour chacun une émission de 20g de CO2 ».

« Après leur envoi ces courriels sont stockés dans des data centers, qui représentent 10 % de la consommation d'électricité française », déplore Laurence Vanceunebrock-Mialon.

Les recherches Internet sont également pointées du doigt, puisque qualifiées de « grands fléaux pour l'environnement » : « Si cela peut paraître minime à l'échelle individuelle, en France, tous les ans, chacun des 47,5 millions d'internautes effectue environ 1 000 recherches sur le web, ce qui équivaut à environ 287 600 tonnes de CO2 émis dans l'atmosphère, soit 1,5 millions de kilomètres parcourus en voiture. »

L’exécutif est ainsi invité à présenter des solutions, « que ce soit en termes de mesures prises directement dans les administrations ou de sensibilisation de l'ensemble de la population ». La députée Vanceunebrock-Mialon explique à toutes fins utiles qu’il « existe des alternatives, permettant notamment de transférer des fichiers en limitant leur durée de stockage à seulement quelques jours ».

Concernant l’administration, Manuel Valls, alors Premier ministre, avait déjà invité les fonctionnaires à lever le pied sur les emails, mais aussi à limiter le volume de pièces jointes (voir notre article).

chargement Chargement des commentaires...