du 20 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Au travers d’une question écrite parue ce matin au Journal officiel, Didier Le Gac (LREM) invite expressément le ministre de l’Intérieur à « lever le moratoire » qui empêche depuis 2007 toute nouvelle commune de s’équiper en machines à voter. Suite à différents incidents survenus en cette année d’élections législatives et présidentielles (écarts entre le nombre d’émargements et de votes, notamment), l’exécutif avait décidé de geler les autorisations de recourir à cette technique de vote.

Le député Le Gac, bien conscient que la Place Beauvau a annoncé en septembre dernier vouloir interdire totalement les machines à voter, se lance ainsi dans un long plaidoyer. Il vante notamment la « fiabilité » de ces appareils, dans la mesure où les opérations de dépouillement seraient « entièrement automatisées et sécurisées puisqu'elles ne sont possibles qu'après la mise en œuvre d'un double dispositif d'authentification électronique, constitué de deux clés actionnées par le président du bureau de vote et un assesseur ».

Le gouvernement dispose théoriquement de deux mois pour apporter une réponse à l’élu.

Un député demande au gouvernement de lever le moratoire sur les machines à voter
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Mojave est disponible depuis hier soir 19h pour l’ensemble des possesseurs de Mac compatibles. Si votre modèle date d’au minimum mi-2012, il est pris en charge.

Les principales nouveautés sont un Mac App Store entièrement revu, un thème sombre, des actions rapides dans le Finder, les Piles sur le bureau, un outil capture remanié, de nouvelles applications (Bourse, Dictaphone et Maison) ou encore une sécurité qui se veut renforcée.

Le téléchargement fait environ 6 Go et peut donc prendre du temps, tout comme l’installation, selon la puissance de la configuration et surtout la présence d’un SSD. Comme toujours, une sauvegarde des données est chaudement recommandée. Mojave se récupère depuis le Mac App Store.

Nous reviendrons plus en détails prochainement sur les nouveautés de Mojave.

En marge de ce lancement, Apple diffuse aussi depuis hier soir une mise à jour 12.0.1 pour tvOS. On ne sait cependant pas ce qu’elle corrige, mais ce devrait être suffisamment important pour être géré une semaine à peine après l’arrivée de tvOS 12.

Copié dans le presse-papier !

Android Studio vient de paraître en version 3.2, avec bon nombre de nouvelles fonctionnalités à la clé.

Le support des Slices d’Android 9.0 Pie est ainsi pleinement intégré. Il s’agit pour rappel du pendant Google des raccourcis Siri dans iOS. Les développeurs déclarent les fonctionnalités qui seront ensuite affichées dans les suggestions de recherche et Assistant.

Sample Date est également un apport important. Il est en quelque sorte l’équivalent d’un lorem ipsum pour les données. Il permet ainsi de remplir tout ou partie d’une application avec des données test, pour visualiser un résultat qui dépendrait autrement de calculs.

Android Studio 3.2 introduit également l’AAB (Android App Bundle), un nouveau format de publication pour obtenir des APK plus petits. Côté serveurs, Dynamic Delivery peut optimiser l’APK pour servir une version adaptée à chaque appareil. Google encourage évidemment au passage à l’AAB.

Outre ces fonctions, Android Studio inclut plusieurs améliorations et mises à jour. Par exemple, un assistant « Quoi de neuf » liste les apports d’une mise à jour après son installation. Le support de CMake est renforcé, la plateforme IntelliJ passe en version 2018.1.6, Kotlin peut-être utilisé avec le SDK Android Pie et des Snapshots sont enfin disponibles dans l’émulateur.

Android Studio est disponible au téléchargement pour Linux, macOS et Windows. Les développeurs ayant déjà la mouture 3.1 peuvent installer la mise à jour depuis le menu correspondant. Les autres pourront récupérer l’environnement depuis son site officiel.

Copié dans le presse-papier !

Le studio de jeux vidéo, qui a connu le succès en 2012 avec sa série épisodique The Walking Dead, ne conserve que 25 employés sur 250.

Telltale a pâti de sa recette usée d'un jeu à choix, dont il n'a pas su se détacher, et dans laquelle les ficelles apparaissent rapidement.

Elle a aussi maintenu un moteur de jeu jugé vieillissant, Telltale Tool. En l'absence de moteur physique, notamment, les développeurs devaient animer à la main certains événements aujourd'hui banals. Une cause de ce qu'on appellerait « la fatigue Telltale », qui amenait aussi par nombreux ralentissements et bugs pour les joueurs.

Le personnel a rapidement crû pour accumuler les projets mais les performances commerciales ont chuté à compter de 2014, souligne Gamekult. Le studio aurait tenu grâce au jeu de survie 7 Days To Die, qu'il éditait.

Selon l'entreprise, les améliorations de l'an passé ne se sont pas traduites en ventes suffisantes pour tenir. À en croire deux employés, les problèmes de fond étaient compensés par de nombreuses heures supplémentaires, sans grande récompense.

Les 25 employés restants devraient honorer le contrat sur Minecraft Story Mode. La saison finale de The Walking Dead, à moitié publiée, pourrait être bouclée à l'aide de partenaires dont Telltale ne dit rien.

La série Stranger Things convenue avec Netflix et la seconde saison de Wolf Among Us passeraient bien à la trappe. Dans le cadre de son contrat avec Netflix, Telltale devait abandonner son vieux moteur pour Unity, référence actuelle pour les indépendants, rapportait Variety.

Copié dans le presse-papier !

La députée Véronique Louwagie a déposé avec ses collègues LR une proposition de loi visant à faire de l’année 2020, « une année dédiée au numérique et au digital ». Sa PPL est courte. Deux petits articles : le premier consacre ce symbole. Le second invite les pouvoirs publics à s’engager « à promouvoir par tous les moyens cette disposition ».

Si elle est votée, 2020 sera « une année consacrée à la diffusion de la culture numérique et digitale, à son apprentissage, à sa sensibilisation par le biais de diverses actions telles que des campagnes, des ateliers, des mobilisations ».

L’élue met en avant différentes problématiques telles la fracture numérique, les difficultés nées de l’usage de ces outils en particulier dans le cadre des démarches administratives, l’essor du télétravail…

« En 2014, l’Organisation des Nations unies reconnaissait le droit d’accès à l’internet comme droit fondamental de l’Homme. Quatre ans plus tard, la France a, à son tour, reconnu le droit au maintien de la connexion internet (...) » se souvient la parlementaire. Or, « à quoi bon disposer d’une connexion internet si celle-ci est peu efficace ? À quoi bon disposer d’une connexion internet si nous ne savons pas utiliser l’outil numérique et informatique ? ».

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming explique qu'un « accord définitif » a été signé entre les deux parties. Les 3,5 milliards de dollars s'échangeront sous forme d'actions. L'année dernière, SiruisXM avait déjà injecté 480 millions de dollars.

Selon Pandora, « ce regroupement crée la plus grande société de divertissement audio au monde, avec plus de 7 milliards de dollars de revenus pro forma attendus en 2018 ». La transaction devrait être finalisée au premier trimestre 2019.

En bourse, l'action de SiriusXM a perdu près de 10 % depuis le début de la semaine. Pour expliquer cette sanction, plusieurs analystes avancent le fait que la société aurait surpayé la plateforme de streaming.