du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Ubuntu 18.04 proposera un mode « Installation minimale »

L’installeur d’Ubuntu, nommé Ubiquity, proposera avec la prochaine révision du système une nouvelle option : l’installation minimale. La case à cocher sera disponible dans la même fenêtre demandant à l’utilisateur s’il souhaite des codecs supplémentaires.

La fonction fait exactement ce qu’elle dit : elle installe une configuration minimale. Plus précisément, la base du système, l’environnement graphique, un navigateur et quelques outils. Et c’est tout. Environ 80 paquets sont alors supprimés, parmi lesquels Thunderbird, Transmission, Rythmbox, LibreOffice, Cheese ou encore Shotwell.

Pour Canonical, il est clair que la plupart des utilisateurs n’auront pas envie de ce mode. Il est proposé pour ceux qui souhaitent contrôler finement ce qu’ils installent ensuite, ou encore quand l'espace disque est limité. Mais l’éditeur prévient que le gain reste relatif : 3,5 Go, à comparer aux 4 Go en moyenne d’une installation classique.

Cette solution est donc de type opt-in et ne sera d’ailleurs présente que dans Ubuntu 18.04. L’idée est ensuite de se débarrasser d’Ubiquity au profit de Subiquity, qui doit proposer le même type de fonctionnalité.

Pour rappel, Ubuntu 18.04 est prévu pour avril.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L’onglet Pour vous était prévu depuis quelques mois et fait maintenant son apparition, progressivement selon les marchés. Le déploiement ne fait que commencer et les utilisateurs ne l’auront pas tous immédiatement (comme toujours).

Le fonctionnement est connu : l’onglet regroupe des conseils, guides et informations sur ce qui entoure l’utilisateur, selon ses goûts et habitudes. Une « expérience personnalisée » de Google Maps avec, par exemple, le signalement d’un nouveau plat dans un restaurant que l’on apprécie.

La fonction est en déploiement dans 40 pays sur iOS, et 130 sur Android. Dans les deux cas, la France fait partie du lot.

Google voit son onglet comme un excellent moyen de planifier des activités pour un voyage, selon ses goûts. L’onglet se concentre en effet pour l’instant sur la seule restauration, mais il est évident que Google ne va pas se contenter d’un seul domaine.

Copié dans le presse-papier !

Cette norme Wi-Fi est une évolution du 802.11ac (Wi-Fi 5), permettant d'atteindre des débits bien plus élevés, tout en assurant une rétrocompatibilité. Même si elle n'est pas encore ratifiée, des fabricants comme D-Link et Netgear ont déjà annoncé des routeurs au cours des derniers mois.

TP-Link entre dans la danse avec ses Archer AX6000 et AX11000. Le premier est capable d'atteindre 5,952 Gb/s sur deux bandes (4,804 Gb/s sur les 5 GHz et 1,148 Gb/s sur les 2,4 GHz), tandis que le second double la mise sur les 5 GHz pour atteindre 10,756 Gb/s (2x 4,804 Gb/s sur les 5 GHz et toujours 1,148 Gb/s sur les 2,4 GHz).

Les deux routeurs disposent de la technologie MU-MIMO, d'un port Ethernet jusqu'à 2,5 Gb/s, de huit ports à 1 Gb/s et de deux USB 3.0 (Type-A et Type-C). Les caractéristiques techniques détaillées du Archer AX6000 sont disponibles par ici, alors qu'il faut se contenter d'une présentation générale pour l'Archer AX11000.

L'Archer AX6000 est disponible en précommande sur Amazon.com pour 350 dollars, avec une disponibilité prévue pour le 21 décembre. Il faudra par contre attendre janvier 2019 pour l'Archer AX11000.

Copié dans le presse-papier !

Partie de la Terre en septembre 2016, la sonde se trouve désormais à moins de 20 km de son objectif. Durant la phase d'approche, les instruments scientifiques étaient braqués sur l'astéroïde pour commencer les mesures.

Les analystes ont révélé « la présence de molécules contenant des atomes d’oxygène et d’hydrogène liés, appelées "hydroxyles" », affirme l'agence spatiale. « L’équipe soupçonne que ces hydroxyles se trouvent un peu partout sur l’astéroïde dans des minéraux argileux contenant de l’eau, signifiant qu’à un moment donné les matériaux rocheux de Bénou ont interagi avec l’eau », ajoute-t-elle.

Bénou est trop petit pour avoir de l'eau liquide en quantité, mais laisse penser qu'il s'agit d'un fragment d'un corps bien plus gros sur lequel se trouvait de l'eau. La prochaine étape est maintenant de récupérer un échantillon sur place et de le ramener sur Terre, en 2023 si tout va bien.

Copié dans le presse-papier !

Verizon a lancé un nouveau plan de départs volontaires dans le but de réduire ses coûts fixes en prévision de ses prochains investissements dans son réseau 5G, rapporte Reuters.

Ce plan concernera environ 10 400 employés sur un total de 152 300. Les volontaires pourront prétendre au versement de leur salaire jusqu'à 60 semaines après leur départ (soit environ 14 mois), une prime et divers avantages en fonction de leur ancienneté.

Copié dans le presse-papier !

En septembre 2013, la NASA annonçait fièrement que la sonde Voyager 1 était le « premier objet fabriqué par l'homme » à s'y aventurer. Le passage de cette frontière théorique aurait eu lieu en août 2012.

Cette année au début du mois d'octobre, l'agence spatiale mesurait « une augmentation d’environ 5 % du taux de rayons cosmiques » arrivant sur Voyager 2, des données similaires à celles de Voyager 1 avant son passage de l'héliopause.

Pour la NASA, c'est désormais officiel : Voyager 2 se trouve à plus de 18 milliards de kilomètres et a « pénétré dans l'espace interstellaire ». Détail intéressant : « Voyager 2 est doté d'un instrument fonctionnel qui fournira des observations inédites sur la nature de cette porte vers l'espace interstellaire ». À l’heure actuelle, ces données mettent environ 16h40 à nous parvenir.

Cette fois encore, l'annonce de l'agence spatiale ne devrait pas faire l'unanimité. Pour rappel, certains spécialistes affirmaient en 2013 que la sonde Voyager 1 n'était pas sortie « du champ d'influence du soleil » et qu'il faudrait encore attendre 30 000 ou 40 000 ans.