du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Ubuntu 18.04 proposera un mode « Installation minimale »

L’installeur d’Ubuntu, nommé Ubiquity, proposera avec la prochaine révision du système une nouvelle option : l’installation minimale. La case à cocher sera disponible dans la même fenêtre demandant à l’utilisateur s’il souhaite des codecs supplémentaires.

La fonction fait exactement ce qu’elle dit : elle installe une configuration minimale. Plus précisément, la base du système, l’environnement graphique, un navigateur et quelques outils. Et c’est tout. Environ 80 paquets sont alors supprimés, parmi lesquels Thunderbird, Transmission, Rythmbox, LibreOffice, Cheese ou encore Shotwell.

Pour Canonical, il est clair que la plupart des utilisateurs n’auront pas envie de ce mode. Il est proposé pour ceux qui souhaitent contrôler finement ce qu’ils installent ensuite, ou encore quand l'espace disque est limité. Mais l’éditeur prévient que le gain reste relatif : 3,5 Go, à comparer aux 4 Go en moyenne d’une installation classique.

Cette solution est donc de type opt-in et ne sera d’ailleurs présente que dans Ubuntu 18.04. L’idée est ensuite de se débarrasser d’Ubiquity au profit de Subiquity, qui doit proposer le même type de fonctionnalité.

Pour rappel, Ubuntu 18.04 est prévu pour avril.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Lors de la conférence RSA la semaine dernière, Google et Microsoft ont effectué des démonstrations sur ce nouveau standard (voir notre analyse).

Pour rappel, il permet une authentification forte à travers la biométrie ou une clé de sécurité, afin d'éviter l'utilisation d'un mot de passe dans la majorité des cas. PCMag rapporte que deux démonstrations ont été effectuées à travers un achat en ligne via PayPal.

Dans le premier cas, un appareil Android permettait la connexion via le lecteur d'empreinte digitale sous Chrome. Dans le second, un PC faisait de même depuis le navigateur Edge et la reconnaissance faciale Windows Hello.

De quoi largement simplifier les parcours, que ce soit pour un paiement ou la connexion à différents sites au quotidien. L'intégration aux navigateurs sera ainsi un élément clé. Le tout devrait d'ailleurs montrer ses effets une fois que l'API Web Payments se sera elle aussi généralisée.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, les régions d'Annecy, Lons-le-Saunier et Mâcon sont concernées par ce changement des fréquences. Le but est pour rappel de libérer la bande des 700 MHz pour les opérateurs de téléphonie mobile.

Comme nous l’avons déjà expliqué, il suffit de relancer une recherche des chaînes pour retrouver les éventuelles disparues. Tous les détails de cette cinquième phase sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

Elle explique que ce projet de loi « garantira un niveau élevé de protection [dans toute l'Union européenne] des lanceurs d'alerte qui signalent des violations du droit de l'Union européenne ».

Plusieurs pistes sont dévoilées. Tout d'abord, l'instauration de canaux sûrs permettant des signalements aussi bien en interne que vers les autorités compétentes, le grand public et les médias. Ensuite, une protection contre le licenciement, la rétrogradation et d'autres formes de représailles. Enfin, obliger les autorités nationales à informer les citoyens et à former les pouvoirs publics à l'accompagnement des lanceurs d'alerte.

La Commision souhaite ainsi une uniformisation des règles, rappelant que la protection actuellement accordée aux lanceurs d'alerte est « fragmentée et inégale » dans l'UE. Pour le moment, « seuls dix États membres de l'UE assurent une pleine protection des lanceurs d'alerte. Dans les autres États, la protection accordée est partielle et ne s'applique qu'à des secteurs ou catégories de travailleurs spécifiques ».

Avant d'entrer en vigueur, ce texte doit encore être validé par le Parlement européen et le Conseil, avec des discussions qui s'annoncent tendues.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant vient en effet d'annoncer que cet écran, à la définition de 7 680 x 4 320 pixels, sera commercialisé à partir de la fin du mois en Europe. Il ne s'agit pas d'une télévision puisqu'il est dépourvu de tuner TNT.

Il prend en charge les technologies HLG et HDR10, et affiche une luminosité de 1 000 nits. L'écran dispose de huit connecteurs HDMI : « quatre ports 2K/4K standard et quatre connexions HDMI parallèles réservées à l’entrée 8K groupée » explique le fabricant.

Reste maintenant à attendre l'arrivée en masse de contenus 8K...

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant explique que son Vortex W25 « est le premier ordinateur de bureau de 2,5 litres au monde à intégrer une carte graphique Nvidia Quadro P5200 », couplé à un Core i7 de 8ème génération. Des Quadro P4200 et P3200 sont également disponibles.

La machine dispose de deux emplacements pour des SSD et d'un autre pour un disque dur de 2,5 pouces. Du Wi-Fi 802.11ac, du Bluetooth 5, de l'USB 3.0 et un port Thunderbolt 3 sont également présents.

La gamme de portables WE (15,6 ou 17,3 pouces) propose désormais des Xeon en plus des Core i7, avec là encore une carte graphique Quadro de NVIDIA (P3200, P2000 ou P1000 suivant les modèles).

De son côté, le WT75 de 17,3 pouces « intègre un processeur Intel Xeon de 8ème génération habituellement trouvé sur les ordinateurs de bureau, garant d'une amélioration des performances de 50 % » affirme le fabricant. La sécurité est mise en avant avec la certification Windows Hello (reconnaissance faciale), un lecteur de cartes Smartcard et Intel Authenticate. Comme sur le Vortex W25, une Quadro Px200 est de la partie.

Enfin, le WS63 de 15,6 pouces « offre un équilibre parfait entre performances et mobilité » selon le fabricant. Le portable pèse moins de 1,9 kg avec un Core i7 de 8ème génération et, là encore, une Quadro P4200, P3200 ou P2000 de NVIDIA.

Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles par ici. Les tarifs et disponibilités ne sont pas encore précisés, dommage.