du 12 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Uber et Waymo trouvent un accord avant le verdict de leur procès

Nous ne saurons jamais à qui la justice américaine aurait donné raison dans le procès fleuve opposant Uber à Waymo. Pour rappel, la filiale de Google accuse le spécialiste des VTC d'avoir embauché l'un de ses ex-ingénieurs, qui ne serait pas venu les mains vides, mais avec de nombreux secrets industriels.

Initialement, Waymo réclamait un milliard de dollars pour mettre fin aux poursuites. Une somme qu'Uber, alors présidée par Travis Kalanick, refusait de payer. Plus tôt cette semaine, l'entreprise est allée aux devants de son adversaire du moment pour lui faire une autre proposition : 500 millions de dollars en échange de l'arrêt des poursuites, et d'une licence sur les technologies de Waymo.

Finalement, l'accord signé par les deux entreprises est d'un montant moindre, 245 millions de dollars versés en actions Uber. Une réduction justifiée par le fait que Waymo souhaitait garder ses secrets industriels pour elle.

Dans un billet de blog, Dara Khosrowshahi, l'actuel PDG d'Uber, confirme l'information et présente une forme d'excuse publique envers la maison mère de Waymo, Alphabet. « À nos amis d'Alphabet : nous sommes partenaires, vous êtes un investisseur important d'Uber, et nous partageons une croyance profonde dans le pouvoir de la technologie pour rendre le monde meilleur. Évidemment, nous sommes aussi des concurrents. Et même si nous ne sommes pas d'accord sur tout ce qui se passera, nous sommes d'accord sur le fait que l'acquisition d'Otto par Uber aurait pu, et dû être gérée autrement ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après les partenariats avec les éditeurs et autres émissions, la filiale de Mediawan annonce deux nouveaux projets.

La première concerne la série Dragonslayer666 dont elle a acquis les droits de diffusion (3 saisons) pour les territoires francophones. « Énorme succès d’audience en Finlande, son pays d’origine, elle nous plonge dans l’univers des fans d’esport » promet le groupe, qui ne détaille pas où et comment elle sera diffusée.

« La série montre l’ascension des sports électroniques et le parcours du combattant que doivent affronter les passionnés qui veulent devenir des pro gamers, dans un univers où la compétition est très exigeante à tous les niveaux » précise le communiqué. Des invités sont aussi prévus, comme le commentateur de la chaîne, Kevin « Broken » Georges qui apparaîtra dans un épisode de la saison 2.

Il est aussi question d'un documentaire de 52 minutes, « Inside Vitality », cette fois produit par AB Productions. Il est présenté comme « une immersion totale, pour le meilleur et pour le pire ». On suit cette fois le quotidien d'une équipe pendant la Call of Duty World League (CWL). Pour rappel, Groupe AB est l'un des partenaires d'Activision Blizzard et de la CWL.

La société indique également travailler « à développer des synergies en termes de promotion et de marketing afin notamment d’organiser des événements et des compétitions d'esport en France ».

Copié dans le presse-papier !

La société, rachetée récemment par Microsoft, propose depuis peu deux importants nouveaux produits. Le premier, GitHub for Unity, permet aux développeurs de jeux d'utiliser Git sans placer toutes leurs ressources en ligne, un vrai problème lorsque l'on parle de textures, de vidéos ou de sons.

GitHub for Unity peut s'installer sur site et fonctionne avec n'importe quel serveur Git. Un client LFS y est présent, autorisant le stockage des données sur une machine dédiée et séparée. Les fichiers y résidant apparaissent dans dans le dépôt sous forme d'empreintes (hash).

La plupart des flux Git sont gérés depuis Unity via des boutons ajoutés pour l'occasion. Les fichiers sont verrouillés au besoin et la ligne de commande est également disponible. GitHub for Unity pèse un petit 1,5 Mo et est fourni gratuitement. Son code est open source, sous licence MIT.

Dans la foulée, GitHub Education récupère les versions Enterprise et Business du service pour les inclure dans un programme à destination des universités. Gratuite, l'offre concerne tous les établissements, sans restriction de taille ou de spécialité.

Le nouveau programme intègre le Student Developer Pack lancé en 2014 et contenant des outils pour les étudiants, GitHub Classroom pour la gestion centralisée par les enseignants et les ressources des Campus Experts.

Les établissements intéressés pourront visiter le site de la nouvelle offre pour s'inscrire et déployer les outils.

Copié dans le presse-papier !

Au MWC de Barcelone, Archos misait sur la diversification comme relai de croissance (lire notre compte rendu). En plus d'une trottinette électrique sous Android, nous avions pu apercevoir un portefeuille hardware de crypto-monnaie Safe-T mini, basé sur la solution logicielle Trezor.

Aujourd'hui, le fabricant mise sur un nouveau « buzz word » : la blockchain. Il annonce ainsi un partenariat avec Liberty, « précurseur en matière de confidentialité et de sécurité au service des Internautes », et éditeur de la solution AIM.

Elle comprend un navigateur Liberty Browser « repensé et redéveloppé pour la confidentialité et la sécurité, et un écosystème vertueux avec les annonceurs ». « Les Internautes partagent anonymement leurs données avec des marques affiliées qu’ils choisissent et sont rémunérés en crypto monnaie AIM » explique Archos. Ils sont « ciblés tout en restant paradoxalement complètement non identifiables par les annonceurs » affirme Archos.

Une sélection de tablettes et de smartphones du fabricant avec la solution AIM de Liberty préchargée sera disponible à partir du quatrième trimestre en Europe. Bien évidemment, la crypto-monnaie récupérée pourra être stockée sur le Safe-T mini, dont la disponibilité est prévue « très prochainement », sans plus de détail.

Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, la plateforme de jeux vidéo lançait en bêta une refonte majeure de son service de discussion, s'inspirant très fortement de Discord. Elle enchaine désormais avec une bêta de pages pour les créateurs et éditeurs.

Il s'agit de profils pour chaque développeur ou éditeur, avec la liste de leurs jeux et la possibilité de les suivre, pour être averti des lancements. Chaque « créateur » doit configurer sa propre page, avec une URL manuelle et une organisation personnalisable des jeux.

Copié dans le presse-papier !

Lancé l'été dernier, le service d'aide au recrutement de G Suite a droit à une mise à jour : « En intégrant Google AI, Hire réduit désormais les tâches répétitives et chronophages en des interactions en un clic ».

Voici quelques-unes des nouveautés : proposer automatiquement des suggestions de salles et horaires pour des entretiens avec des candidats, mettre en évidence certains mots clés dans les CV (et ainsi éviter le Ctrl+F répétitif) et lancer des appels en un clic avec un enregistrement automatique de la conversation.