du 18 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Twitter publie les tweets de l'ingérence « russe » de 2016, plus de transparence dans les tweets signalés

Le réseau social publie les messages et données liés à l'ingérence russe présumée dans l'élection présidentielle de 2016 outre-Atlantique.

Cette publication n'a rien d'étonnant, les plateformes ayant déjà transmis de nombreuses données au Congrès américain. Cette mesure coûte peu à la société, les messages étant de toute manière publics.

Ces données incluent 3 841 comptes liés à l'Internet Research Agency (IRA), une « ferme à trolls » russe, et 778 autres comptes qui viendraient d'Iran.

« Nous continuerons notre combat contre les infâmes attaques contre l'intégrité de Twitter, en nous associant à la société civile, les autorités, nos pairs dans l'industrie et les chercheurs, pour améliorer notre compréhension collective des tentatives coordonnées d'interférer dans le débat public » ajoute la société.

Le calendrier n'est pas innocent, à quelques semaines des élections législatives de mi-mandat. C'est une épreuve du feu pour les grandes plateformes, après les tombereaux de critiques subies suite à l'élection présidentielle deux ans plus tôt. Ces entreprises discutent d'ailleurs pour déterminer la marche à suivre.

En parallèle, la plateforme améliore légèrement ses demandes de suppression de tweets. Il peut exiger d'un utilisateur qu'il supprime un message, s'ils violent ses règles. Désormais, un tweet supprimé de cette manière sera signalé comme tel pendant 14 jours, sur le tweet et le compte. Un tweet signalé sera aussi masqué, derrière un message dédié.

chargement Chargement des commentaires...