du 21 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Twitter ne protège pas les femmes, selon Amnesty International

Dans un rapport « Toxic Twitter », l'ONG livre les résultats d'une étude de 16 mois au Royaume-Uni et aux États-Unis, comprenant des entretiens avec 86 femmes.

« L'étude souligne l'expérience particulière de violence et d'outrage subie sur Twitter par les femmes de couleur, de minorités ethniques ou religieuses, lesbiennes, bisexuelles ou transgenres (comme les personnes non-binaires) et les femmes avec un handicap » écrit Amnesty.

Selon l'organisation, le réseau social ne prend pas les mesures appropriées sur le sujet, alors que son format encouragerait les réactions rapides et massives. De quoi condamner ces femmes au silence ou à la censure, pour Amnesty.

Elle réclame donc des actions rapides de Twitter, en premier lieu l'application cohérente de ses règles de modération. Elle demande aussi que Twitter partage des exemples d'abus qu'il ne tolère pas et des statistiques sur sa rapidité d'action. Ces mesures doivent, bien sûr, être en accord avec les règles internationales sur les droits humains.

Début mars, Twitter a promis d'agir sur la question, en demandant l'avis des internautes sur la marche à suivre pour un climat plus serein.

chargement Chargement des commentaires...