du 16 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Twitter lie vérification des comptes et respect de ses règles

Un changement attendu pour le service : après réflexion, la vérification des comptes et le badge bleu qui en découle pourront être supprimés s’ils enfreignent les règles.

Le processus de vérification devait initialement montrer que la personne derrière le compte avait fourni les preuves de son identité. Avec le temps, la perception du fameux badge a changé : de simple « critère administratif », il est devenu l’estampille d’une approbation par Twitter, comme si l’entreprise marquait les comptes comme sources reconnues d’information. Une vraie légitimité.

Consciente de ce glissement, la société a récemment mis en pause son processus de vérification. Dans de nouveaux messages publiés cette nuit, elle ajoute qu’il est toujours en travaux, et que la révision tiendra compte de l’historique, donc du respect des règles.

En outre, certains comptes ont vu leur badge bleu supprimé, justement parce qu’ils enfreignaient le règlement. Comme le pointe USA Today, c’est le cas de plusieurs suprématistes blancs aux États-Unis, notamment Jason Kessler et Richard Spencer, qui ont (évidemment) fait part de leur mécontentement.

Twitter laisse donc des comptes qui ont violé ses règles actifs, mais ne permettra plus d'être sûr de la personne qui s'exprime. Un choix que certains jugeront plutôt étrange. La société a sans doute espéré pouvoir laisser sa communauté se gérer elle-même en fournissant un cadre adapté.

Mais la pression grandissante pour un minimum de modération a fini par l’emporter. Le caractère éminemment moral d’une partie des règles (notamment tout ce qui touche à l’incitation à la haine) devient ainsi aussi, sinon plus important que la seule vérification de l’identité.

Notez qu’on ne sait pas encore quand le processus rouvrira ses portes, Twitter n’ayant donné aucune information à ce sujet. Les travaux sont en cours.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Cette application disponible depuis une dizaine d'années vous permet de profiter d'un numéro de téléphone pour vos appels et SMS, avec une messagerie vocale.

Ce service n'est par contre disponible que pour les comptes Google personnels aux États-Unis et G Suite dans certaines régions.

Comme repéré par VentureBeat, il est désormais possible de demander à Siri de passer un appel ou d'envoyer un SMS via Google Voice. Pour le moment, Google Assistant ne peut toujours pas faire de même.

Copié dans le presse-papier !

L'Avicca se félicite de cette réouverture, demandée depuis deux ans et affirme que « la voie est donc entrouverte pour les 27 départements qui attendaient avec impatience cette annonce pour lancer la desserte en FTTH des 3 millions de foyers français qui étaient, jusqu’à aujourd’hui, exclus de toute perspective d’accompagnement par l’État ».

Pour son président Patrick Chaize, « il n’est pas indispensable de budgéter immédiatement les 600 millions d’euros nécessaire pour atteindre cet objectif [...] En revanche, les parlementaires devront impérativement se mobiliser dans le cadre du projet de loi de finances pour permettre à l’ensemble des premières demandes, prêtes à être déposées, d’être accompagnées ».

L'État ne pourrait en effet financer que 30 % des premiers dossiers. « S’il est bien confirmé que le reliquat du Plan France THD soit affecté à hauteur de 140 millions d’euros à l’atteinte de l’objectif du 100 % FTTH pour tous les Français, il convient donc de prévoir dans le cadre de la loi de finances d’une première autorisation de programme de 322 millions d’euros supplémentaires », explique l'Avicca.  

Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, une drôle d'histoire est remontée à la surface concernant les derniers smartphones de Samsung et leurs lecteurs d'empreintes digitales ultrasoniques.

Avec certains étuis et écrans de protection, la détection et la reconnaissance ne se passent pas correctement et il est ensuite possible de déverrouiller son smartphone avec d'autres doigts que ceux autorisés, comme l'explique la BBC.

Après avoir pointé du doigt des protections d'écran bas de gamme pendant un temps, Samsung a finalement reconnu le problème et annonce qu'il le corrigera avec une mise à jour, sans plus de précisions sur son fonctionnement. 

Suite à cette découverte, la banque coréenne KaKao Bank a demandé à ses clients de désactiver l'empreinte pour se connecter aux services, comme le rapportent nos confrères. D'autres pourraient suivre.

Copié dans le presse-papier !

Alors que les trois partenaires prévoyaient d'apporter 45 millions d'euros, il serait désormais question de 135 millions d'euros, selon La Lettre A.

Il faut dire que la concurrence sera rude pour la future plateforme de streaming. En plus de Netflix et d'Amazon Prime, elle devra faire face à Disney+, HBO Max, etc.

Nos confrères indiquent d'ailleurs que « des discussions ont eu lieu avec Disney sur une possible offre commune, mais n'ont pas abouti ».