du 09 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Twitter aimerait que tous les comptes soient vérifiés

Un changement profond se dessine chez Twitter. Dans un flux Periscope, Jack Dorsey, PDG de l'entreprise, a annoncé que l'équipe travaillait actuellement à laisser tout le monde faire vérifier son compte.

Techniquement, les demandes de vérifications sont ouvertes à tous depuis juillet 2016. Mais à moins que vous n'ayez des raisons valables d'obtenir le petit symbole bleu, vous serez déboutés.

Dorsey n'a pas donné beaucoup de détails, se contentant d'expliquer que Twitter ne devait pas se mettre en travers de la route de ceux qui voulaient prouver leur identité. Il s'agirait donc probablement d'un système automatisé, mais nous n'en savons pas davantage.

Twitter semble vouloir en finir avec l'image actuelle des comptes vérifiés : beaucoup pensent qu'ils sont avalisés par Twitter, et en quelque sorte « soutenus » par le réseau. D'où les problèmes éclatant quand des comptes certifiés appellent à la haine, comme on a pu le voir en novembre dernier, Twitter devant alors s'expliquer. La vérification doit donc redevenir une marque d'identité, et non de crédibilité.

De la même manière que les navigateurs font petit à petit du HTTPS une priorité et du HTTP une exception, Twitter rêve d'un réseau où la plupart des utilisateurs seraient vérifiés. Conséquence, les comptes non vérifiés deviendraient par réaction « suspicieux ». Ce qui pose la question de ceux qui ne veulent pas associer leur identité réelle à un pseudonyme, pour de bonnes raisons.

Dorsey ajoute tout de même que le changement n'est pas pour maintenant, car il resterait beaucoup de travail.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Vous pensiez l'outil complètement mis de côté ? Vous aviez tort. Cette nouvelle version, actuellement en test, lui ajoute quelques fonctionnalités.

C'est notamment le cas de la recherche/remplacement, qui garde en mémoire ses derniers paramètres, utilise le texte surligné pour son champ principal et propose un mode « wrap around » qui permet de prendre en compte l'ensemble du document.

Le zoom est également possible avec la molette ou la combinaison de la touche CTRL avec les touches + et -. Autre point intéressant : les numéros de ligne s'affichent désormais même lorsque le retour à la ligne est activé.

Microsoft précise que les performances ont été améliorées lors de l'ouverture de gros fichiers, CTRL + Retour permet d'effacer le mot précédent, la gestion du curseur a été peaufinée, ainsi que celle des lignes.

Mais cette mise à jour apporte également d'autres nouveautés à Windows 10. Ainsi, la lecture automatique peut être désactivée site par site dans Edge, dont la gestion des PDF a été améliorée.

L'accès à distance peut désormais se faire via la biométrie et Hello for Business et la connexion locale peut se faire via une interface web et des services compatibles. Un mode de connexion rapide est également mis en place pour les PC partagés entre différents comptes.

La liste complète des améliorations et correctifs est disponible par ici.

Copié dans le presse-papier !

L'association de start-ups et investisseurs a annoncé le partenariat dans un tweet. Elle est prévue pour son prochain « campus », un événement à destination des décideurs politiques.

En début d'année, France Digitale promettait des formations pour les parlementaires, qu'elle compte entre autres familiariser avec l'entrepreneuriat et le financement des start-ups.

Copié dans le presse-papier !

Si Google la lie à la mitigation des attaques de type Spectre, cette fonctionnalité est en préparation depuis bien longtemps comme nous l'évoquions début décembre.

Les premiers travaux sur le sujet datent ainsi de 2015, et les premiers tests de Chrome 63. L'idée est de disposer d'une meilleure séparation des éléments au sein d'une page, ce qui n'est pas sans poser quelques problèmes.

C'est notamment le cas pour la consommation en mémoire, qui peut grimper de 10 à 20 % selon les cas. L'arrivée de Spectre aura donc sans doute accéléré le processus et motivé les équipes à mettre cet aspect de côté.

Après des essais sur une portion d'utilisateurs dans Chrome 66, la version 67 généralise le procédé à 99 % d'entre eux, le 1% restant permettant de continuer d'améliorer le dispositif. La prochaine étape concerne le mobile, où rien de tel n'est mis en place.

Chrome 68 ouvrira la porte à une activation manuelle, avant sans doute une généralisation là aussi quelques mois plus tard si tout se passe bien.

Copié dans le presse-papier !

En avril, le réseau social promettait un partenariat avec des chercheurs pour étudier les fake news. L'organisation est désormais officielle : Social Science One.

Sa première mission est d'étudier un pétaoctet de données de partage et de métadonnées. Il contient l'ensemble des URL cliquées et partagées par les membres de Facebook, soit deux millions par semaine, et potentiellement 30 milliards de lignes au total.

Les métadonnées incluent les pays, l'âge du membre ou encore son affiliation idéologique, en plus d'informations précises comme la position dans le flux d'actualités, le nombre de partages, de J'aime, etc.

Le but est de construire des ensembles cohérents de données, par un groupe de scientifiques triés sur le volet, avec l'aide du Social Science Research Council. TechCrunch prend l'exemple imaginaire de publications dans la semaine du référendum sur le Brexit.

La documentation de chaque ensemble de données sera accompagné d'appels à propositions de projets de recherche. Ceux choisis pourront obtenir un financement, les données, sans restriction sur les articles produits.

D'autres sujets sont dans les cartons, comme la polarisation des élections, la publicité politiques et l'engagement civique.

Copié dans le presse-papier !

Le navigateur qui se focalise sur le respect de la vie privée peut désormais être protégé par la biométrie dans les appareils d'Apple. Plusieurs fonctionnalités ont été ajoutées au passage.

Ainsi, un moteur de recherche au sein de la page est maintenant disponible dans le menu. Le partage de lien est également simplifié sous Android, avec la gestion via un appui long pour le copier dans le presse-papier.

Enfin, les KEY2 de BlackBerry sont maintenant livrés par défaut avec ce navigateur au sein de Locker.