du 26 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Dans la journée d'hier, les liens vers plusieurs sites, notamment d'information, ont été marqués comme « potentiellement dangereux » par Twitter (voir ici ou ). C'était le cas de Next INpact.

Les sites concernés n'avaient aucune explication, aucun point de contact, seulement la possibilité de remplir un formulaire pour indiquer que la publication d'un lien était impossible.

Finalement, le souci concernait des services de diffusion automatisée comme Dlvr.it, qui avaient été bloqués par Twitter. Ils sont en général utilisés pour publier des contenus issus d'un flux RSS.

Une affaire rapidement résolue, mais qui montre à quel point les plateformes peuvent parfois bloquer sans pédagogie et avec très peu de recours possibles, même en cas d'erreur de leur part.

Comme souvent dans ce genre de cas, le compte Twitter France est d'ailleurs totalement resté muet.

Twitter a considéré des liens vers des sites de presse comme potentiellement dangereux
chargement Chargement des commentaires...