du 14 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Deux ans après avoir racheté Curse, notamment en vue de mettre la main sur son application de gestion des mods et add-ons de jeux, Twitch vient de se séparer de la branche médias de Curse. L'heureux acquéreur n'est autre que Fandom, à qui appartiennent Wikia et ses 300 000 sites dédiés à diverses communautés.

Pour Fandom, le principal intérêt de cette acquisition tient dans les 2 200 wikis de Gamepedia qui viendront compléter les siens. L'entreprise met la main au passage sur divers sites spécialisés dans les jeux vidéos, tels que MMO-Champion, FUThead, ou encore D&D Beyond qui parlera surtout aux amateurs de jeux de rôle. L'ensemble de ces sites revendiquent plus de 20 millions de visiteurs uniques mensuels.

Fandom récupère également l'ensemble des personnels de ces sites. Les utilisateurs eux, semblent déjà s'inquiéter du risque que Fandom fasse baisser la qualité des médias qu'ils fréquentent.

Twitch revend Curse Media à Fandom
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Ubisoft a dévoilé hier soir ses résultats pour le troisième trimestre de son exercice 2018-2019. « Ubisoft a délivré une solide performance au cours d’un trimestre, comme attendu, particulièrement concurrentiel », résume Yves Guillemot, fondateur et PDG d'Ubisoft.

Dans la pratique, avec un chiffre d'affaires de 605,8 millions d'euros au troisième trimestre, l'éditeur est tombé pile dans ses prévisions. Ceci grâce à Assassin's Creed Odyssey qui s'est classé parmi les dix meilleures ventes de 2018, tout comme Far Cry 5.

Sur les neuf premiers mois de l'exercice, les revenus atteignent 1,36 milliard d'euros, en hausse de 13,5 % sur un an. Un score permis par la hausse des ventes dématérialisées (898 millions d'euros, en hausse de 34 %) et de la vente de contenus additionnels et de publicité (444 millions d'euros, en hausse de 39 %).

On notera enfin que contrairement à Activision Blizzard, l'éditeur ne profite pas de l'annonce de ce trimestre record pour s'engager dans des licenciements à grande échelle. Comme quoi, tout n'est peut être finalement pas si pourri dans l'industrie vidéoludique.   

Copié dans le presse-papier !

Voilà un mouvement que l’on n’attendait pas : plutôt que de publier une première build de la branche 19H2 (pour la seconde mise à jour semestrielle de 2019), Microsoft a fourni hier soir une préversion pour la branche 20H1. Soit celle qui devrait aboutir à l’April 2020 Update, si l'éditeur garde la nomenclature actuelle.

Cette build 18836 est réservée aux testeurs qui se sont inscrits dans le canal Skip Ahead, qui permet de sauter la branche de développement en cours pour se concentrer sur la suivante.

Microsoft n’explique pas son choix. Il pourrait exprimer un prochain recentrage des canaux de distribution avec des builds 19H1 dans le canal lent et des 19H2 dans le canal rapide. Mais il reste encore au moins un bon mois de test avant la version finale de la 19H1, soit l’April 2019 Update.

Quant à cette préversion 18836, elle n’apporte en elle-même aucune nouveauté, uniquement des corrections de bugs. Une situation habituelle, les premières builds d’une nouvelle branche n’ayant jamais d’apports significatifs.

Mais quelles que soient les explications, on reste bien sur un comportement nouveau. Après tout, l’April 2019 Update n’est pas terminée, on ne sait rien de la branche 19H2 mais une build 20H1 est disponible.

La conférence Build en mai serait une bonne occasion d’éclaircir la situation. À tout le moins, on peut tabler sur des prévisions à long terme : peut-être la version 20H1 doit-elle accueillir d’importantes nouveautés qui nécessiteront des tests poussés sur une plus longue période.

Notez que Microsoft publie habituellement les nouvelles préversions du canal rapide le vendredi soir. Il se pourrait donc que les testeurs en aient une nouvelle ce soir, qui embarquerait alors les mêmes correctifs que la 18836.

Copié dans le presse-papier !

En juillet dernier, la société roubaisienne a lancé une nouvelle offre baptisée Cloud Web. Il s'agit d'un mélange entre Public Cloud et hébergement Web classique avec, selon OVH, « la liberté de configuration d’un serveur isolé, la rapidité d’un disque SSD, la simplicité d’un hébergement managé ».

Deux nouveaux paliers sont désormais disponibles : Cloud Web 2 et 3. La différence se fait principalement sur le nombre de vCores (1 ou 2), la quantité de mémoire vive (2, 4 ou 8 Go) et de stockage (10, 25 ou 65 Go de SSD).

Cloud Web 3 (qui dispose de deux vCores) permet aussi « d'activer deux environnements d'exécution simultanés en même temps et d'activer simultanément des langages de codage tels que PHP et Node.js ». Tous les détails sont disponibles par ici.

Voici les tarifs actuels : 11,99 euros pour Cloud Web 1, 22,79 euros pour Cloud Web 2 et 40,79 euros pour Cloud Web 3. Chaque offre peut, selon les estimations d'OVH, accueillir environ 100, 200 ou 300 visiteurs en simultanés.

Copié dans le presse-papier !

Opera a dévoilé hier soir les « secrets » de son projet R3, pour Reborn 3. Après un Opera Touch très bien noté dans les boutiques Google Play et App Store, l’éditeur s’attaque cette fois à l’interface.

Le tour des nouveautés est cependant vite fait. Opera explique sa philosophie : nettoyer le contenant au profit du contenu, supprimer les lignes, fournir une interface la plus propre possible pour se faire oublier. Et fournir bien sûr deux thèmes, un clair et un sombre.

Le résultat n’est pas sans rappeler Edge, dans les deux variantes. Il est vrai que la nouvelle interface d’Opera est discrète, peut-être trop, tant elle semble par moment perdre en substance. Bon point, le bouton d’accès aux réglages visuels principaux a quitté le Speed Dial pour se placer à droite de la barre d’adresse.

La différence se voit en fait surtout quand la barre latérale gauche est affichée. Quand on la désactive, on se retrouve surtout avec une navigateur plus classique qui ne fait plus guère la différence. Reste le sentiment d’un ensemble résolument moderne, qui trouvera son public, particulièrement en version sombre.

Notez que ce minimalisme très prononcé ne se fait pas au détriment des fonctions. Cette première version pour développeurs inclut d’ailleurs le Crypto Wallet déjà disponible dans Opera pour Android. Il permet pour rappel de stocker ses cryptomonnaies, même si seul l’Ethereum est pris en compte pour l’instant.

Les utilisateurs n’auront pas longtemps à attendre pour voir cette interface sans passer par la mouture de test. Elle débarquera dans Opera 59, prévu pour le mois prochain.

Copié dans le presse-papier !

La bibliothèque Bootstrap, open source et dédiée à tout ce qui touche au design de sites et applications, vient de paraître en version 4.3. On y trouve plusieurs nouveautés importantes, l’équipe en profitant pour annoncer des décisions radicales sur la future mouture 5.0.

On trouve plusieurs nouveaux utilitaires internes, notamment .stretched-link qui permet d’affecter automatiquement à une ancre la taille de son plus proche parent position: relative. On note aussi plusieurs améliorations, comme l’utilisation de null pendant la compilation CSS pour les variables héritant leur valeur d’autres éléments.

Le plus gros apport de Bootstrap 4.3 reste cependant l’arrivée des tailles de polices « responsive ». Dans ce mode, la taille est automatiquement calculée en fonction des dimensions de la surface d’affichage. Par exemple, un smartphone ou une fenêtre de navigateur que l’on redimensionne.

Toutes les propriétés font-size ont donc été basculées vers le mixin @include font-size(), la configuration Stylelint bloquant l’utilisation de l’ancienne propriété. Le mode responsive est cependant désactivé par défaut, et il faudra basculer la variable booléenne $enable-responsive-font-sizes pour l’obtenir.

En marge de cette annonce, l’équipe en a fait plusieurs autres sur Bootstrap 5.0, en préparation et a priori déjà bien avancé. Elle confirme par exemple le passage de Jekyll à Hugo pour tout ce qui touche à la documentation.

Bootstrap 5.0 abandonnera également jQuery au profit du classique JavaScript. La pull request est d’ailleurs presque prête. Il s’agit surtout selon l’équipe de se débarrasser de sa dernière grosse dépendance côté client. Elle promet des détails supplémentaires prochainement.