du 01 février 2019
Date

Choisir une autre édition

Transparence des publicités sur Facebook : Mozilla en appelle à la Commission européenne

Il y a deux jours, nous indiquions que Facebook avait procédé au blocage de plusieurs outils liés à la transparence des publicités politiques circulant sur son réseau social.

ProPublica, Mozilla et WhoTargetsMe notamment proposaient des extensions capables de récolter de nombreuses informations pour les offrir à l’utilisateur, notamment des critères de ciblage comme la couleur de peau, l’ethnie, les convictions religieuses et ainsi de suite. Des données extrêmement personnelles donc.

ProPublica avait déjà réagi en expliquant le danger d’une telle solution. L’éditeur y voyait essentiellement une volonté de préserver la première source de financement du réseau en permettant aux publicitaires de mener leur activité sans être inquiétés.

Mozilla réagit à son tour. Dans un message publié hier soir, le père de Firefox explique que sans ces informations, il se retrouve dans l’incapacité d’offrir aux citoyens européens la transparence nécessaire avant les élections prochaines.

Pour l’éditeur, le danger ne s’arrête pas là, puisque cette décision « empêche les développeurs, chercheurs ou organisations à développer des outils, connaissances critiques et recherches conçus pour éduquer et responsabiliser les utilisateurs, pour qu’ils comprennent et donc résistent aux campagnes ciblées de désinformation ».

Toujours selon l’éditeur, la « transparence ne peut pas uniquement reposer sur des termes avec lesquels les plus importantes et puissantes sociétés technologiques sont à l’aise ».

L’une des solutions a été déjà été exprimée par ProPublica : la base Ad Archive de Facebook et son API doivent être accessibles par tous et complétées. De trop nombreuses informations manquent – dont les critères précis de ciblage – et peu de pays y ont actuellement accès.

Mozilla a donc envoyé un courrier à la commissaire européenne à l'Économie et à la Société numériques, Mariya Gabriel. La société y rappelle les grandes lignes du problème, mais pointe surtout l’attitude d’un Facebook bien peu alignée avec le Code de bonnes pratiques contre la désinformation, signé en octobre 2018.

Elle ajoute que Facebook prévoit un outil supplémentaire lié à son archive en mars, avant les élections. Mais Mozilla ne pense pas que l’outil sera suffisant, loin s’en faut, tant les informations manquent actuellement. La sentence est simple : aucune chance qu’il réponde aux standards fixés par le Code.

Le message ne tombera sans doute pas dans l’oubli. Dans un rapport du 29 janvier, la Commission européenne notait les efforts de Facebook contre la désinformation. Elle relevait également deux angles d’amélioration.

La Commission attend ainsi de savoir comment Facebook compte déployer des « outils donnant davantage de moyens d'action aux consommateurs » et dynamiser « la coopération avec les vérificateurs de faits et les chercheurs dans l'ensemble de l'UE ». Le blocage des extensions vient de répondre en partie à ces interrogations.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Elles étaient utilisées sur un ordinateur des années 70 chargé de recevoir les ordres du président pour le lancement d'une attaque nucléaire, comme le rappelle Engadget

Désormais, l'armée américaine a changé son fusil d'épaule et les disquettes souples de 8" laissent leur place à une « solution de stockage numérique hautement sécurisé SSD » dans le Strategic Automated Command and Control System (SACCS).

Ce dernier est chargé d'envoyer des messages d'urgence aux centres de commandements et aux forces sur le terrain. Sa sécurité résiderait dans sa vieillesse :  « Vous ne pouvez pas pirater quelque chose qui n'a pas d'adresse IP. C'est un système tout à fait unique – il est vieux, mais très fiable » affirme le  lieutenant-colonel Jason Rossi à C4isrnet.

Copié dans le presse-papier !

Il s'est éteint vendredi, à l'âge de 62 ans. Les raisons ne sont pas précisées indique l'AFP, mais il était gravement malade depuis des mois et avait pris un congé pour raisons de santé en septembre. 

Avant d'arriver chez Oracle, il était passé par la direction de Hewlett-Packard et NCR Corporation. 

Larry Ellison (président du conseil d'administration) et Safra Catz (co-directeur général) continuent d'assurer leurs fonctions à la tête d'Oracle.  

Copié dans le presse-papier !

« L'action du Gouvernement est aujourd'hui trop peu lisible pour les citoyens: multiplicité d'émetteurs, manque de coordination entre les différentes initiatives de communication ministérielle, usage de jargon et de nombreux acronymes dans la communication grand public »

Voilà ce qu’indique une circulaire signée le 14 octobre dernier par le Premier ministre. Dorénavant, le SIG ou service d’information du gouvernement, verra son rôle renforcé et  centralisé. 

Il sera notamment chargé de « connaître l'état de l'opinion publique, dans les médias comme sur les réseaux sociaux », de « conseiller les ministères et opérateurs à ce sujet », d’ « identifier les messages-clés, puis préparer avec les ministères concernés les actions de communication les plus adaptées ».

Autres missions, « bâtir une stratégie de communication adaptée aux publics visés en évaluant, par exemple, la pertinence de la création de sites internet » et « réagir aux fausses informations fortement relayées sur internet ».

Enfin, il aura à veiller « à ce qu'une analyse de la performance des actions de communication soit menée au cas par cas », tout en garantissant « la cohérence de la « marque » gouvernementale ».

Surtout, les directions de la communication des ministères devront impérativement solliciter une autorisation du SIG lorsqu’elles envisagent de réaliser une étude d’opinion, une opération de communication ou encore refondre ou créer un site ou un compte sur les réseaux sociaux. 

Selon la circulaire, « un audit de l'IGA, l'IGF et l'IGAS de juillet 2018 relatif à la communication gouvernementale a établi la coexistence, dans la sphère gouvernementale, d'un ensemble disparate de près de 1 500 sites internet différents et de 1 800 comptes sur les réseaux sociaux ».

Copié dans le presse-papier !

Que les clients du récent iPhone 11 Pro se rassurent : s’ils possèdent la dernière version de l’application YouTube, ils peuvent dorénavant profiter du mode HDR et donc du rendu amélioré des couleurs sur l’écran OLED embarqué.

Le support du HDR par YouTube n’est pas nouveau sur iPhone. Il est apparu il y a deux ans pour accompagner l’iPhone X. Il faut cependant que l’application soit mise à jour à chaque nouveau téléphone.

Copié dans le presse-papier !

L’éditeur propose depuis mai dernier un kit de développement destiné aux infrastructures numériques impliquées dans le vote. Ce SDK, open source (licence MIT) et baptisé ElectionGuard, dispose maintenant d’un « bug bounty ».

Toute personne (grand public, étudiants, chercheurs…) trouvant une faille de sécurité dans ElectionGuard pourra donc empocher jusqu’à 15 000 dollars, selon la gravité de la découverte. Les détails devront bien entendu être fournis confidentiellement.