du 29 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Tracfin, la cellule du ministère de l'Économie et des finances chargée de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, vient de tirer la sonnette d'alarme au sujet des crypto-actifs dans son rapport annuel « Tendances et analyse des risques ».

Les ICO sont particulièrement dans le viseur de Tracfin, qui estime qu'elles « offrent de nombreuses possibilités en termes de blanchiment de capitaux comme en terme d'escroqueries ». Elles permettent en effet aux blanchisseurs de justifier de ses fonds en expliquant avoir financé un projet et avoir rentabilisé son investissement. « D'où l'importance de pouvoir vérifier au lancement de l'ICO l'origine des fonds des investisseurs », martèle l'autorité.

À défaut de pouvoir filtrer l'argent entrant dans ces projets, l'AMF de son côté propose de filtrer les ICO, avec un dispositif de certification des projets… sur la base du volontariat. Une ICO offrant suffisamment de garanties pour protéger les investisseurs pourrait ainsi recevoir un tampon de l'AMF certifiant qu'elle tient à peu près la route.

Tracfin s'alarme sur les cryptomonnaies et les ICO
chargement Chargement des commentaires...