du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Interviewé par La Gazette des communes, le secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi a annoncé que « les décrets [de la loi Lemaire] sortiront dans les prochaines semaines, ou mois ».

Des déclarations pour le moins surprenantes quand on sait que l’un de ces textes, relatif à l’exception de « text & data mining », est officiellement suspendu.

Tous les décrets de la loi Numérique « dans les prochaines semaines, ou mois »
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le fabricant vient d'annoncer une nouvelle série de machines équipées des dernières connectiques et normes actuelles. Elle comprend trois NAS : les TVS-472XT, TVS-672XT et TVS-872XT.

Le premier est animé par un processeur Intel Pentium G5400T, le deuxième un Core i3-8100T et le dernier un Core i5-8400T, avec respectivement 4, 8 et 16 Go de DDR4 (extensibles jusqu'à 32 Go). Les habitués de la marque l'auront deviné, les NAS proposent respectivement quatre, six et huit emplacements, un port réseau RJ45 à 10 Gb/s (série « X ») et du Thunderbolt 3 (série « T »).

Quatre USB 3.1 Gen 2 (10 Gb/s) sont présents, dont deux avec un connecteur USB Type-C, deux emplacements M.2 NVMe, une sortie vidéo HDMI 2.0 (4K UHD à 60 Hz) et deux emplacements PCIe (x16 et x4), le premier est par contre occupé par une carte Thunderbolt. Tous les détails des caractéristiques techniques sont disponibles par ici.

La disponibilité serait immédiate, mais QNAP ne donne cette fois encore aucun prix. Au Royaume-Uni, le revendeur Span vend le TVS-472XT (quatre baies, Pentium Gold G5400T) à 1 400 euros, contre 1 830 euros pour le TVS-672XT et 2 250 euros pour le TVS-872XT.

Copié dans le presse-papier !

Depuis qu'Apple a lancé son application fin septembre, plusieurs applications ont sauté le pas des raccourcis d'iOS 12 (avec Siri). Aujourd'hui, c'est au tour de Deezer de sauter le pas.

Trois instructions sont pour le moment annoncées : « Dis Siri, joue mon Flow », « Dis Siri, joue mes Coups de cœur » et « Dis Siri, joue ma musique en aléatoire ». D'autres commandes seront disponibles au début de l'année 2019.

Les raccourcis Siri sont disponibles de manière globale, sur iOS et watchOS. Ils seront prochainement disponibles sur CarPlay, HomePod et AirPods. Pour en profiter, il faut disposer de la dernière version de l'application (7.0.0 actuellement).

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a confirmé hier soir l’abandon de son propre moteur EdgeHTML et la bascule vers Chromium, qui faisait l'objet d'une forte rumeur depuis quelques jours.

La prochaine évolution majeure d’Edge fera donc du navigateur de Redmond une nouvelle variante de Chrome. À l’instar cependant d’Opera et Vivaldi, il y a de fortes chances que Microsoft se choisisse une direction bien particulière. La mise à jour pourrait même être « transparente » puisque l’interface et les fonctions peuvent rester théoriquement en l’état.

L’éditeur liste plusieurs conséquences intéressantes. Il participera ainsi de manière active au projet Chromium, ne faisant que confirmer l’implication récente sur la version ARM64. En outre, ce futur Edge – dont la date d’arrivée n’est pas connue – pourra être utilisé sur Windows 7 et 8.1, une version macOS étant même prévue.

Microsoft promet également des mises à jour plus régulières de son navigateur. Ce qui pourrait traduire une vieille promesse finalement jamais accomplie. Edge a du mal à lutter sur ce terrain avec des versions majeures dépendantes des évolutions semestrielles de Windows 10, là où les concurrents publient de nouvelles moutures toutes les six semaines en moyenne. À voir si Microsoft compte se servir de son Windows Store.

La première préversion de ce nouvel Edge sera proposée début 2019. Il est probable que la version finale sortira au printemps.

Notez que nous reviendrons sur cette annonce plus tard dans la journée, car ses conséquences sont multiples.

Copié dans le presse-papier !

C'est en tout cas ce qu'affirme Brad Sams dans une vidéo consacrée au projet Scarlett, qui serait prévu pour un lancement en 2020.

Une période où l'avenir des médias physiques face à la montée en puissance du streaming sera une question cruciale pour les géants du secteur, qui devront faire les bons choix.

Microsoft continuerait de son côté à utiliser les puces d'AMD, notamment des processeurs basés sur la génération Zen 2 qui sera mise sur le marché PC cette année, et un GPU de prochaine génération (sans doute Navi). Le tout serait capable de faire tourner des jeux en 4K à 60 images par seconde, en attendant que le projet xCloud vienne prendre le relais.

Si la rumeur devait se confirmer, on pourrait notamment se pencher sur le nombre de cœurs CPU utilisés et l'organisation de la puce, en raison du design annoncé pour EPYC, à savoir des chiplets autour d'un die contenant toutes les E/S.

D'ici là, un modèle sans lecteur optique serait prévu, plutôt au début de l'année prochaine, misant sur l'achat dématérialisé qui serait simplifié.

Copié dans le presse-papier !

Damien Collins, le parlementaire en charge de l’enquête sur les « fake news » et l’affaire Cambridge Analytica outre-Manche, a tiré un boulet de canon. Le 5 décembre, il a mis en ligne un document compilant des communications internes à Facebook.

Face au refus de Mark Zuckerberg d’être auditionné, le Parlement a sauté sur une occasion fin novembre, la visite du patron de Six4Three, une société en conflit ouvert avec le réseau social. Une visite à son hôtel a permis de récupérer une masse de documents internes à Facebook versées au procès.

Facebook a immédiatement demandé aux parlementaires de lui restituer ces messages, sans les diffuser, estimant qu’ils sont protégés par une décision de la Cour supérieure de San Mateo, responsable du procès. Une demande ignorée ici.

Damien Collins relève six points principaux :

  • Après le siphonage abusif de données d’amis par des sociétés (en premier lieu Cambridge Analytica), Facebook avait restreint cet accès pour les applications… sauf une liste blanche de partenaires qui aurait encore pu se passer du consentement des internautes concernés, ce qui resterait à confirmer.
  • L’accès aux données des amis aurait été une motivation importante dans la « Platform 3.0 » de Facebook, qui l’aurait valorisé. « L’idée de lier l’accès aux données d’amis à la valeur financière des relations avec les développeurs est une constante de ces documents. »
  • Les échanges de données avec les développeurs auraient aussi été importants dans la « Platform 3.0 » de Facebook.
  • Sur Android, face au tollé causé par l’accès possible aux métadonnées d’appels et de SMS, le réseau social aurait voulu cacher cet accès à la mise à jour de son application.
  • Facebook aurait exploité son réseau privé virtuel (VPN) Onavo pour obtenir des statistiques d’utilisation des mobinautes, sans qu’ils ne le sachent forcément.
  • Facebook aurait refusé l’accès à des données à des applications concurrentes, contribuant à leur échec, selon Damien Collins.

Nous aurons sûrement l’occasion de revenir plus en détail sur ces documents.