En mal de liquidités, Toshiba continue de céder les activités qui ne lui sont pas indispensables. Dernière opération en date, la vente de 95 % des parts de Toshiba Visual Solutions (TVS), sa branche dédiée à la production de téléviseurs.

Elle est récupérée par le chinois Hisense pour 12,9 milliards de yens, soit un peu moins de 100 millions d’euros. Selon cet accord, Hisense pourra utiliser commercialement la marque Toshiba pendant les 40 prochaines années pour vendre des téléviseurs, et ce partout dans le monde.

L’entreprise précise que l’opération devrait être finalisée d’ici février 2018.

Toshiba cède ses télévisions au chinois Hisense
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Cinq mois après avoir lancé ses « Friends », une aide (payante) entre voisins en partenariat avec la plateforme Mila, l'opérateur revient avec un nouveau service mettant l'accent sur le côté communautaire.

Cette fois, le réseau social spécialisé dans le partage d'expérience Howtank est partenaire de l'opération. Il s'agit d'un chat communautaire permettant d'« échanger avec d’autres clients, mais aussi de futurs clients qui souhaitent votre avis sur les produits et services de Bouygues Telecom ». L'équipe de l'opérateur sera également présente dans le salon de discussion.

« C’est sans engagement ni obligation : vous participez si vous en avez envie et quand vous le souhaitez » précise Bouygues Telecom.

Copié dans le presse-papier !

Dans le monde d'Uber, tout ce qui n'est pas un 5/5 est une mauvaise note. Or, dans l'esprit d'un passager, une prestation correcte mais sans plus peut mériter un 4 voir un 3, sans qu'il ne voie cela comme un gros problème.

Pour remédier à cela, la plateforme prévoit une mise à jour de son système de notation, rapporte Mashable. Si un passager veut mettre une note inférieure à 5 lors d'une course, il devra la justifier.

Cela permettra d'un côté à Uber de transmettre les commentaires des clients aux chauffeurs pour qu'ils s'améliorent, ou encore de filtrer les notes données pour de mauvaises raisons (bouchons, conditions météo etc.).

Copié dans le presse-papier !

Comme l'indiquait notre Team Bons Plans, GOG a lancé hier ses promotions pour le Black Friday, avec jusqu'à 90 % de remise. Aujourd'hui, c'est Steam qui devrait suivre, aux environs de 19h si tout se passe comme d'habitude.

Le détail des offres n'est pas encore connu, mais de nombreuses promotions devraient être proposées, et renouvelées chaque jour. C'est généralement l'occasion pour certains de faire des bonnes affaires.

Bien évidemment, notre équipe est à l'affût des offres, n'hésitez donc pas à la suivre via son flux RSS, Twitter ou encore nos newsletters.

Copié dans le presse-papier !

En février, Facebook annonçait des mesures visant à interdire les publicités discriminantes dans certains domaines comme le logement, l'emploi et les emprunts bancaires. Ainsi, il ne devait plus être possible de sponsoriser des contenus pour la location d'un appartement ne ciblant que des personnes d'une certaine ethnie, ou même en excluant des religions.

ProPublica a pourtant fait le test dernièrement, pour s'en assurer, et les résultats sont loin des attentes. Nos confrères ont publié des annonces en précisant à l'algorithme de Facebook de ne pas les montrer aux afro-américains, aux mères d'enfants en primaire, aux personnes intéressées par les fauteuils roulants, aux juifs, aux expatriés d'Argentine ou encore aux personnes parlant espagnol. Toutes ces annonces ont été validées en moins de trois minutes.

Une seule annonce a mis 22 minutes avant d'être acceptée en ligne, elle excluait les personnes intéressées par l'Islam, l'Islam sunnite et l'Islam chiite. L'exclusion géographique reste aussi possible.

Une publicité a ainsi pu être placée pour une maison en ne ciblant que certains quartiers de Brooklyn ou la population est au moins composée de 50 % de personnes « blanches et non-hispaniques ». La publicité a été validée instantanément, l'interface de Facebook signalant que « votre sélection d'audience est géniale ».

Copié dans le presse-papier !

ECM, l'un des derniers grands labels qui n'avaient pas cédé aux sirènes du streaming musical, a finalement déposé les armes et rendu son catalogue disponible sur Apple Music, Spotify et d'autres services, à travers un accord passé avec Universal Music.

Jusqu'ici le label était réfractaire à cette méthode, au regard de son attachement à la qualité sonore, rapportent Les Échos. Finalement, ce serait le piratage de ses œuvres qui aurait donné le coup de grâce et poussé l'entreprise à opter pour ce nouveau mode de diffusion.

« Bien que nos médiums préférés restent les CD et les LP, notre priorité absolue est que la musique soit entendue », signale ECM.