du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

En mal de liquidités, Toshiba continue de céder les activités qui ne lui sont pas indispensables. Dernière opération en date, la vente de 95 % des parts de Toshiba Visual Solutions (TVS), sa branche dédiée à la production de téléviseurs.

Elle est récupérée par le chinois Hisense pour 12,9 milliards de yens, soit un peu moins de 100 millions d’euros. Selon cet accord, Hisense pourra utiliser commercialement la marque Toshiba pendant les 40 prochaines années pour vendre des téléviseurs, et ce partout dans le monde.

L’entreprise précise que l’opération devrait être finalisée d’ici février 2018.

Toshiba cède ses télévisions au chinois Hisense
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Jusqu'à présent, l'outil ne proposant qu'une seule traduction pour une requête, même si elle pouvait avoir des versions masculine et féminine.

Le traducteur automatique reproduisait « par inadvertance des préjugés sexistes déjà existants », reconnaît le moteur de recherche. Il faisait pencher la balance vers le masculin pour des mots comme « strong » et « doctor », tandis que le féminin était privilégié pour « nurse » ou « beautiful ». Désormais, Google traduction proposera une déclinaison masculine et une féminine pour un mot comme « surgeon ».

Cette nouvelle politique est en place pour l'anglais vers le français, l'italien, le portugais et l'espagnol. Il en est de même pour le turc vers l'anglais. Le géant du Net prévoit de la déployer sur ses applications mobiles (Android et iOS), ainsi que sur l'autocomplétion.

Copié dans le presse-papier !

Le président équatorien Lenín Moreno accentue la pression sur le fondateur de Wikileaks pour qu’il quitte son ambassade londonienne, qu’il occupe depuis 2012, rapporte Associated Press. Le Royaume-Uni lui aurait donné assez de garanties qu’Assange ne soit pas extradé et condamné à mort à sa sortie.

Il l’a révélé dans un entretien radio, hier, pointant des mois de travail diplomatique avec le Royaume-Uni. « La voie est libre pour M. Assange de décider de partir », a-t-il estimé, cité par AP. Il ne compte pas officiellement le forcer à sortir, même si les juristes d’Assange prépareraient déjà la suite.

Les relations se sont dégradées cette année avec l’Équateur. L’ambassade a coupé la connexion Internet d’Assange après des commentaires politiques, qui violeraient les termes de leur accord. Ce dernier, naturalisé équatorien l’an dernier, a porté plainte contre ses hôtes.

Copié dans le presse-papier !

Le but est toujours le même : vous proposer un tour d'horizon des actualités les plus importantes de la journée en fonction de vos centres d'intérêt.

Le géant du Net explique avoir travaillé avec The Associated Press, Hollywood Reporter, Universo Online et South China Morning Post (entre autres) pour adapter l'intelligence artificielle de Google Actualités au service de son assistant vocal.

La présentation commence par un résumé sur des sujets qui vous tiennent à cœur, puis continue avec un plus long format. Vous pouvez évidemment contrôler le déroulé des informations à la voix (suivant, précédent, stop).

Google précise avoir développé un format ouvert afin de laisser d'autres organismes proposer leurs actualités. Pour le moment, les actualités audio ne sont disponibles qu'en anglais et aux États-Unis.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant vient d'annoncer une nouvelle série de machines équipées des dernières connectiques et normes actuelles. Elle comprend trois NAS : les TVS-472XT, TVS-672XT et TVS-872XT.

Le premier est animé par un processeur Intel Pentium G5400T, le deuxième un Core i3-8100T et le dernier un Core i5-8400T, avec respectivement 4, 8 et 16 Go de DDR4 (extensibles jusqu'à 32 Go). Les habitués de la marque l'auront deviné, les NAS proposent respectivement quatre, six et huit emplacements, un port réseau RJ45 à 10 Gb/s (série « X ») et du Thunderbolt 3 (série « T »).

Quatre USB 3.1 Gen 2 (10 Gb/s) sont présents, dont deux avec un connecteur USB Type-C, deux emplacements M.2 NVMe, une sortie vidéo HDMI 2.0 (4K UHD à 60 Hz) et deux emplacements PCIe (x16 et x4), le premier est par contre occupé par une carte Thunderbolt. Tous les détails des caractéristiques techniques sont disponibles par ici.

La disponibilité serait immédiate, mais QNAP ne donne cette fois encore aucun prix. Au Royaume-Uni, le revendeur Span vend le TVS-472XT (quatre baies, Pentium Gold G5400T) à 1 400 euros, contre 1 830 euros pour le TVS-672XT et 2 250 euros pour le TVS-872XT.

Copié dans le presse-papier !

Damien Collins, le parlementaire en charge de l’enquête sur les « fake news » et l’affaire Cambridge Analytica outre-Manche, a tiré un boulet de canon. Le 5 décembre, il a mis en ligne un document compilant des communications internes à Facebook.

Face au refus de Mark Zuckerberg d’être auditionné, le Parlement a sauté sur une occasion fin novembre, la visite du patron de Six4Three, une société en conflit ouvert avec le réseau social. Une visite à son hôtel a permis de récupérer une masse de documents internes à Facebook versées au procès.

Facebook a immédiatement demandé aux parlementaires de lui restituer ces messages, sans les diffuser, estimant qu’ils sont protégés par une décision de la Cour supérieure de San Mateo, responsable du procès. Une demande ignorée ici.

Damien Collins relève six points principaux :

  • Après le siphonage abusif de données d’amis par des sociétés (en premier lieu Cambridge Analytica), Facebook avait restreint cet accès pour les applications… sauf une liste blanche de partenaires qui aurait encore pu se passer du consentement des internautes concernés, ce qui resterait à confirmer.
  • L’accès aux données des amis aurait été une motivation importante dans la « Platform 3.0 » de Facebook, qui l’aurait valorisé. « L’idée de lier l’accès aux données d’amis à la valeur financière des relations avec les développeurs est une constante de ces documents. »
  • Les échanges de données avec les développeurs auraient aussi été importants dans la « Platform 3.0 » de Facebook.
  • Sur Android, face au tollé causé par l’accès possible aux métadonnées d’appels et de SMS, le réseau social aurait voulu cacher cet accès à la mise à jour de son application.
  • Facebook aurait exploité son réseau privé virtuel (VPN) Onavo pour obtenir des statistiques d’utilisation des mobinautes, sans qu’ils ne le sachent forcément.
  • Facebook aurait refusé l’accès à des données à des applications concurrentes, contribuant à leur échec, selon Damien Collins.

Nous aurons sûrement l’occasion de revenir plus en détail sur ces documents.