du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Alors que Firefox 57 est disponible depuis hier, les équipes de Tor Browser ont mis à jour leur navigateur. Il s'agit surtout de corriger des failles de sécurité considérées comme importantes.

Pour cela, Firefox ESR a été mis à jour en version 52.5, faisant passer Tor à la version 0.3.1.8 pour l'occasion. Quelques bugs ont été corrigés au passage comme le précisent les notes de version.

Tor Browser 7.0.10 : mise à jour de sécurité
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, le patron de News Corp (New York Post, Wall Street Journal…) réclame le paiement de frais de transport par le réseau social pour ses titres et ceux qu'il estime de confiance. Il prône ainsi un modèle proche de celui des sociétés du câble.

« Facebook et Google ont popularisé les sources d'actualité grossières par leurs algorithmes, profitables à ces plateformes mais douteuses par nature » déclare le magnat des médias.

Le communiqué suit l'annonce par Facebook de la sélection de médias de confiance par les internautes eux-mêmes, après l'essai en demi-teinte de la vérification des actualités avec des médias partenaires.

Ce dossier n'est pas fondamentalement nouveau. Nombre de médias européens réclament à Google Actualités une rémunération pour la reprise de leurs contenus, au titre du droit voisin. Cette requête semble d'ailleurs entendue dans le cadre de la révision du droit d'auteur en Europe.

Copié dans le presse-papier !

Une dizaine de départements sont concernés par cette réorganisation. Pour rappel, elle a été mise en place afin de libérer la bande des 700 MHz pour les opérateurs de téléphonie mobile et la 4G. Comme nous l’avons déjà expliqué, il suffit de relancer une recherche des chaînes pour retrouver les éventuelles disparues.

L'ANFR note par contre que, « sur la zone de Dax, il existe un risque de perte des chaînes locales et sélection du programme "France 3 Toulouse" au détriment du "France 3 Bayonne" ». Il faudra alors passer par une recherche manuelle.

Tous les détails de cette troisième phases sont disponibles ici.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant affirme qu'il est « le premier au monde à franchir le cap des 512 Go de capacité dans une carte microSDXC ». Elle est certifiée Video Speed Class 10, ce qui signifie que les débits sont de 10 Mo/s au minimum en écriture. De son côté, le constructeur ajoute qu'elle peut grimper jusqu'à 80 Mo/s.

La carte microSDXC de 512 Go sera disponible en février, pour un prix qui n'a pas été précisé. La fiche produit (avec assez peu de détails techniques) se trouve par ici.

Copié dans le presse-papier !

Il y a un peu moins de deux semaines, Intel annonçait se pencher sur les cas de reboots intempestifs (principalement avec des processeurs des générations Broadwell et Haswell) suite à l'installation du correctif. La semaine dernière, le fondeur parvenait à reproduire le souci et cherchait une solution.

Dans un nouveau billet de blog, la société explique avoir identifié la « cause profonde » et commencé à déployer un nouveau correctif, mais uniquement à des partenaires triés sur le volet pour le moment. Elle demande à ces derniers de le tester afin de le valider, avant de le déployer à plus grande échelle le cas échéant.

Plus surprenant, Intel « recommande que les équipementiers, fournisseurs de services cloud, fabricants de systèmes,  fournisseurs de logiciels et utilisateurs finaux arrêtent le déploiement des correctifs actuels, car ils risquent d'entraîner des redémarrages plus importants que prévu et d'autres comportements imprévisibles ». De nouvelles informations seront publiées au cours de la semaine promet l'entreprise.

Dans un échange de messages publics avec un développeur d'Amazon, Linus Torvalds s'en prend vertement à Intel et à ses patchs qu'il qualifie, entre autres sobriquets, de « poubelle ». On rappellera que ce n'est pas la première fois que le père du noyau Linux s'en prend au fondeur sur sa communication autour des failles Meltdown/Spectre.

Copié dans le presse-papier !

Après trois jours de blocage partiel, les deux chambres du Congrès américain ont finalement trouvé un terrain d'entente sur le budget. Les conséquences ont été nombreuses outre-Atlantique, avec la fermeture temporaire de certains services jugés non essentiels.

Cette pause a contraint SpaceX à reporter son essai de mise à feu statique des 27 moteurs de sa fusée Falcon Heavy. « Nous gardons l'espoir que le Congrès résolve rapidement ses différends et remettra nos partenaires de l'US Air Force et de la NASA à leur travail dès que possible » expliquait hier John Taylor (responsable de la communication de SpaceX) à nos confrères de Space.com.

Maintenant que la situation est débloquée, il reste à attendre une nouvelle date pour les essais et surtout le lancement, qui ne cesse d'être retardé depuis plusieurs années.