du 05 février 2020
Date

Choisir une autre édition

Tinder et Google visés par une enquête de la CNIL irlandaise

Après avoir reçu plusieurs plaintes venues d’utilisateurs européens, la Data Protection Commission, équivalente irlandaise de notre CNIL, lance une enquête sur Match Group, l’éditeur de Tinder. En cause : la transparence des traitements et le respect des demandes relatives aux droits des personnes concernées. 

Hier toujours, elle a annoncé une enquête concernant cette fois les données de géolocalisation englouties par Google. « [Nous] avons reçu plusieurs plaintes de diverses associations de consommateurs à travers l’Europe où des inquiétudes sont exprimées ».  Les questions soulevées visent cette fois la légalité et la transparence du traitement. 

En tant qu’autorité-chef de file, elle va déterminer si Google « dispose d'une base juridique valide pour traiter ces données et si l’entreprise respecte ses obligations en tant que responsable de traitement ». 

Pour mémoire, une autorité-chef de file peut être désignée lorsqu’un traitement est transfrontalier ou s’il peut affecter sensiblement des personnes physiques dans plusieurs États membres. Ce mécanisme de guichet unique, prévu par le RGPD, permet de centraliser les opérations de contrôle, en relation avec les autres « CNIL ». Notamment afin d’éviter les interprétations contradictoires entre les États membres.

chargement Chargement des commentaires...