du 26 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Au Forum du développement chinois, le 24 mars à Pékin, il a jugé « affreuse » l'affaire Cambridge Analytica, du nom d'une société britannique de profilage d'électeurs, qui a récupéré les données de 50 millions d'internautes sans leur connaissance, via Facebook (voir notre analyse).

« La capacité pour n'importe qui de savoir ce que vous avez visité sur plusieurs années, qui sont vos contacts, qui sont leurs contacts, les choses que vous aimez ou détestez et chaque détail intime de votre vie... ne devrait pas exister, de mon point de vue » a-t-il tancé, se montrant encore comme un parangon de la vie privée. Un positionnement porteur pour le groupe.

Le patron d'Apple appelle donc à une régulation supplémentaire du secteur. Il ne lui restera sûrement plus qu'à joindre la parole aux actes. Par exemple dans le débat européen sur le futur règlement ePrivacy, honni du secteur publicitaire, ou dans l'application du Règlement général sur la protection des données (RGPD), appliqué le 25 mai.

Tim Cook d'Apple veut une vraie régulation sur les données personnelles
chargement Chargement des commentaires...