du 27 août 2018
Date

Choisir une autre édition

Thunderbird 60 disponible : extensions indépendantes et nombreux changements

Sorti il y a un peu plus de deux semaines, Thunderbird 60 est clairement une version majeure, probablement la plus riche en nouveautés depuis que le client mail existe.

D’un point de vue technique, le logiciel fait déjà un bond, car il récupère de nombreux composants de Firefox, écrits en Rust, dont le nouveau moteur CSS apparu avec Quantum. L’interface évolue également, avec l’arrivée du thème Photon, lui aussi hérité des dernières versions de navigateur.

Côté fonctionnalités, la liste des nouveautés est longue : inclusion simplifiée de pièces jointes, réorganisation de ces dernières, meilleure gestion d’IMAP, support d’OAuth 2, thèmes Léger et Sombre, support des WebExtensions, notifications natives sous Linux, affichage du lieu dans le calendrier, suppression des destinataires via un bouton ou encore prise en charge d’U2F.

Quelques précisions tout de même. D’abord, il est impossible (pour le moment en tout cas) de mettre à jour la version 52. L’installation sera forcément neuve et donc parallèle. Ensuite, Thunderbird 60 abandonne Windows XP et Vista, réclamant Windows 7 au minimum.

Enfin, le lancement de cette version s’est accompagné d’une cassure dans les extensions. Il faut que ces dernières soient spécifiquement conçues pour Thunderbird 60 pour être considérées comme compatibles, même si une option permet de désactiver cette vérification. Les extensions n’ont alors aucune garantie de fonctionner correctement.

En outre, Thunderbird ne puise plus dans le catalogue de Firefox : il a désormais le sien. Cette indépendance répond à la volonté du Thunderbird Council de rendre indépendant tout ce qui touche au projet. Le nouveau catalogue est forcément moins fourni, même si des extensions connues comme Enigmail y sont déjà présentes.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La ville de Lannion va tester des capteurs de smartphones dans les rues pour suivre à la trace les trajets des piétons. Cette initiative est le fruit d’un partenariat avec la société Éco-compteur, spécialiste du recensement de flux de personnes. 

Une vingtaine de compteurs sera installée le long des rues, nous apprend le Télégramme. Ils capteront les données des téléphones passant dans leur spectre pour déterminer le nombre de piétons. « Une initiative aux allures orwelliennes, même si la société lannionaise garantit le total anonymat des données récoltées et l’aval de la CNIL pour la mise en place de son expérimentation » assurent nos confrères. 

De fait, le RGPD se passe généralement d’un quelconque feu vert de l’autorité de contrôle, puisque la logique du texte est celle de la responsabilité. La commission intervient davantage a posteriori, comme l’avait montré l’affaire Vectaury (tracage des individus à des fins publicitaires).

Il revient avant tout à chaque acteur, public et privé, qui souhaite collecter des données personnelles, de prendre les mesures adéquates pour les protéger, avec en aval le recueil du consentement des intéressés, quand le traitement n’est pas justifié sur l’autel de l’intérêt légitime.

La ville de Lannion espère pouvoir adapter sa politique d’aménagement, selon les résultats obtenus. 

Copié dans le presse-papier !

« Je considère qu’il doit y avoir un Conseil de l’ordre des journalistes, des journalistes entre eux, qui prennent des décisions et qui disent à l’État : "vous devez retirer l’agrément de tel ou tel "canard", mettre des avertissements" » a-t-il exposé dans une interview accordée à Reuters

À défaut, il indique que l’État « s’en chargera ». L’agrément en question permet aux sites de presse de bénéficier d’une TVA à taux réduit. Autant dire qu’un tel retrait et donc un retour à une TVA à taux plein signifie la mise à mort du titre, lorsque les marges sont réduites.  

En ligne de mire, des médias comme RT (Russia Today) ou Sputnik. « Aujourd’hui, sur YouTube, la chaîne qui a le plus de visibilité ce n’est pas BFM, ce n’est pas CNEWS, c’est RT ». Et selon Cédric O, « les Gilets jaunes ne s’informent que par RT ». 

Voilà quelques jours, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, plaidait pour sa part pour une pénalisation des infractions de presse, en clair un transfert de ces infractions de la loi de 1881 dans le Code pénal. Avec de lourdes conséquences déjà sur le terrain des procédures (comparution immédiate et prescription étendue à 6 ans s’agissant des délits). 

Copié dans le presse-papier !

À l’assemblée générale du Geste (Groupement des éditeurs de contenus et de services en ligne), la présidente de la CNIL a confirmé la révision à venir de la recommandation de décembre 2013 relative aux cookies et autres traceurs. 

« La recommandation de 2013 sera révisée et nous publierons nos nouvelles lignes directrices début juillet, rapporte le site Écran Mobile. Les médias auront alors 6 mois pour se mettre en conformité et nous n’excluons pas des contrôles pour vérifier qu’aucun cookie n’est déposé sans obtention explicite du consentement ».

Selon Marie-Laure Denis, « nous souhaitons par ailleurs discuter des modalités opérationnelles avec l’interprofession au cours de cette période. » 

Dans un précédent billet, le groupement qui rassemble TF1, Microsoft, Le Parisien, NextRadio, RTL, Laguardère, le Figaro… avait assuré que « le scroll et/ou le clic sur un élément de la page visitée, reste[ra] un mode valable d’expression du consentement, et ce jusqu’à juin 2020 ». 

Une affirmation en contrariété avec les recommandations du groupe de l’Article 29 de juillet 2018, selon laquelle « faire défiler ou naviguer sur un site Web ne répond pas à l'exigence d'une action claire et positive », tout simplement parce qu’un internaute peut rater ces alertes en faisant « défiler rapidement de grandes quantités de textes ». 

Copié dans le presse-papier !

Depuis mars, nous savions que l'ADLC examinerait la plateforme commune de France Télévisions, TF1 et M6. La Commission européenne expliquait alors qu'elle était « mieux placée pour étudier cette opération de concentration, au regard notamment de l'impact de cette opération sur le marché national ».

Le projet a été officiellement présenté à l'Autorité le 17 juin indique l'AFP suite à une information de la Lettre A. Si elle décide de mener une enquête rapide, elle dispose de 25 jours pour rendre son verdict. Un examen plus long est toujours possible si besoin. 

« L'Autorité devrait a priori voir ce projet d'un bon œil », ajoutent nos confrères.

Copié dans le presse-papier !

Depuis maintenant plus d'un an, la société essaye de récupérer la coiffe de ses fusées pour la réutiliser. Il s'agit pour rappel de la partie supérieure protégeant les satellites lors du décollage. Une fois dans le vide, elle se sépare en deux et retombe sur Terre.

Pour récupérer un des deux morceaux, SpaceX utilise un bateau Ms. Tree (anciennement Mr Steven) avec un grand filet. À la manière d'un joueur de baseball qui tente d'attraper la balle avant qu'elle ne touche le sol, Ms. Tree doit se placer juste sous la moitié de la coiffe pour la prendre dans ses filets avant qu'elle ne tombe dans l'eau salée.

Maintenant que cette opération a été réalisée avec succès, SpaceX va pouvoir l'étudier pour ensuite éventuellement la réutiliser. Comme pour le premier étage, la société ne donne aucune indication sur le coût de remise en état.