du 24 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Thomson mise sur le « PC dans le cloud » avec son Neo Cloudbook

Alors que des services comme Shadow mettent en avant le streaming dans le domaine du jeu vidéo, cette solution gagne du terrain en entreprise et aiguise les appétits.

C'est notamment le cas de Thomson (Group SFIT), qui s'est lancé récemment dans le secteur des PC à prix mini vendus comme « Made in France » (mais qui sont bien entendu basés sur des composants qui n'ont rien de français).

La société vient ainsi d'annoncer son Neo CloudBook « le premier notebook au monde 100 % Cloud », vidéo à l'appui. Si certains peuvent se moquer de la communication un peu ratée et des arguments franchement mal travaillés, l'offre mérite que l'on s'y attarde.

En effet, la marque nous a confirmé ces derniers jours qu'elle proposait pour 459 euros un modèle Neo 14 avec un an d'abonnement à un service permettant d'utiliser un PC « dans le cloud ». Cette machine virtuelle est composée de deux cœurs Xeon, de 8 Go de mémoire et de 480 Go de stockage, le tout sous Windows 10.

Une solution bien plus efficace que le processeur Intel Atom Z3735F intégré au portable « local » , accompagné de 2 Go de mémoire et 32 Go d'eMMC.

La société nous a confirmé que les données étaient stockées dans les datacenters d'Ikoula à Reims, que la liaison passait par un VPN et qu'elle travaillait avec Bimbox pour la mise en place de son service de « PC dans le cloud ».

On a par contre du mal à comprendre le tarif affiché puisqu'un Neo14 de Thomson est proposé pour 150 euros environ, l'année supplémentaire du service en ligne nous étant annoncée à 199 euros. D'où vient le surcoût de 100 euros ? La société nous a expliqué que cela venait du tarif public de la machine (199 euros) et du coût des licences Windows.

Nous aurons l'occasion de revenir plus en détails sur cette offre d'ici peu.

chargement Chargement des commentaires...