du 23 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Tesla Model 3 : coup de frein de Consumer Reports, Elon Musk annonce une mise à jour OTA

Le magazine américain a passé en revue la dernière voiture électrique de Tesla : la Model 3. Si nos confrères lui trouvent de nombreuses qualités (autonomie, maniabilité, etc.), ils pointent du doigt un problème sur les distances de freinage.

« La distance d'arrêt de la Tesla est de 46 m à 96 km/h, bien pire que n'importe quelle voiture contemporaine que nous avons testée, et environ 2 m de plus que la distance avec un pick-up Ford F-150 ».

Fidèle à son habitude, Elon Musk a réagi rapidement sur Twitter : « Cela peut a priori être corrigé avec une mise à jour du firmware », qui devrait arriver dans quelques jours selon le PDG. « Nous pouvons améliorer la distance de freinage au-delà des préconisations initiales » ajoute-il.

Il explique ensuite que Consumer Reports dispose d'une voiture « early production » et que les versions actuelles ont reçu plusieurs améliorations. Il leur demande donc de tester la version de production actuelle. « Si Tesla peut mettre à jour les freins en OTA – une première dans l'industrie  nous serions ravis de retester notre Model 3 » déclare de son côté Jake Fisher, directeur des essais automobiles chez Consumer Reports, à Reuters.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La nouvelle mouture est maintenant prête à être testée, après un petit retard. Les utilisateurs intéressés sont d'ailleurs brossés dans le sens du poil, l’équipe expliquant l’importance des remontées de bugs. Ces corrections ne profiteront ainsi pas qu’à Fedora, mais à l’ensemble de la communauté Linux.

Fedora est pour rappel très axée sur la fraicheur des paquets et technologies embarqués. Elle avait été la première par exemple à se servir de Wayland comme serveur d’affichage par défaut, en lieu et place de X.org. Un pas que n’a toujours pas franchi Canonical dans Ubuntu en comparaison.

Fedora 31 introduit donc deux changements attendus : l’utilisation par défaut de Wayland par Firefox et les applications Qt. Une bascule initialement prévue pour Fedora 30, mais qu’un retard avait fait sortir de la « fenêtre de tir ».

La nouvelle Fedora embarque également GNOME 3.34 (sorti il y a moins d’une semaine) et Xfce 4.14. La compression des paquets RPM passe de xz à zstd, avec pour changement majeur une décompression beaucoup plus rapide, même si les paquets sont un peu plus longs à générer en contrepartie.

Fedora 31 abandonne également ses versions 32 bits. Désormais, qu’il s’agisse de Workstation ou de Server, seule la mouture x86_64 est proposée. La version i686 n’existe plus et ses dépôts ont été supprimés. Dans le cas d’une Fedora 30 en i686, aucun chemin de mise à jour ne sera proposé.

Les testeurs intéressés pourront récupérer les images ISO depuis le site officiel, en téléchargement direct ou Torrent. 

Copié dans le presse-papier !

Annoncés par Emmanuel Macron, ces fonds seront apportés par les banques, les mutualistes, les assurances.  

Le Président poursuit l’objectif de 25 « licornes » d’ici 2025. « Cette ambition numérique saura projeter notre pays pour un avenir au service des biens communs, d’une technologie soucieuse de servir le progrès, l’émancipation, la coopération, la justice sociale » assure le chef de l’État.

40 start-ups seront désignées. Parmi elles, Doctolib, Veepee, OVH ou encore BlaBlaCar et Deezer. « Des sociétés non cotées de la French tech qui ont le potentiel de devenir des champions européens voire mondiaux dans leur secteur » commente BFM Business.

Ce mouvement s'inscrit dans le sillage du rapport de Philippe Tibi, fait au ministre de l’Économie en juillet 2019. « Parmi les 372 licornes décomptées dans le monde à mi-juillet 2019, 182 sont américaines, 94 sont chinoises et seulement 45 sont européennes », regrettait l’auteur.  

« 5 milliards d’euros c’est significatif. Ça va attirer les capitaux étrangers, permettre à nos entreprises de lever des fonds le plus rapidement et facilement » assure cette fois Cédric O.

Pour le secrétaire d’État au Numérique, « la dernière introduction en bourse d’une entreprise technologique c’était 1996. Nous devons nous battre pour nos emplois et notre souveraineté, c’est pour cela que l’on veut faire émerger des leaders technologiques ».

Une remarque dégommée par Me Archambault : « euh, et @GroupeIliad introduite en 2004, et @AlticeFrance en 2014, ce sont des limonadiers ? La France est le rare pays où les box, présentes dans tous les foyers et élément essentiel de la souveraineté, sont maîtrisées de A à Z par les opérateurs ».

Copié dans le presse-papier !

La valse des annonces des conférences continue avec OnePlus qui dévoilera la prochaine évolution de son smartphone jeudi 26 septembre, comme l'indique The Verge.

Dans le même temps, le patron de la société Pete Lau a dévoilé une photo de l'arrière du smartphone, qui dispose désormais d'un rond noir à l'intérieur duquel se trouvent trois capteurs. Ils seraient de 16 Mpixels (17 mm), 48 Mpixels (26 mm) et 12 Mpixels (51 mm) selon le compte Twitter Ishan Agarwal.

Pour le reste, les rumeurs indiquent un écran à 90 Hz et un SoC Snapdragon 855+.

Copié dans le presse-papier !

Le Département de la Justice vient de lancer une action contre le livre d’Edward Snowden, révèle notamment Ars Technica. L’ouvrage sort demain et a bénéficié d’une grande campagne médiatique.

Le ministère n’entend pas interdire sa sortie. Plus insidieusement, il réclame le reversement des recettes de Permanent Records (ou Mémoires Vives, en France). Pourquoi ? Le DoJ reproche à Snowden d’avoir violé l’accord de confidentialité passé avec la CIA et la NSA.

Celui-ci lui imposait de soumettre, préalablement à toute publication, les contenus qu’il envisageait de diffuser. « Snowden a sciemment, délibérément et volontairement violé cet accord » expose la plainte. 

En clair, l’auteur aurait dû procéder à ces formalités, attendre l’accord des autorités, pour ensuite transmettre son ouvrage aux éditeurs à charge pour lui de le commercialiser.

Snowden va continuer « à s’enrichir injustement en bénéfices, avances, redevances et autres avantages résultant de la publication non autorisée de son livre » reprochent les autorités. 

Elles réclament au passage un gel des avoirs détenus par Macmillan, son éditeur aux États-Unis.

« Si seulement le ministère était aussi préoccupé par les violations commises par les programmes de surveillance de masse du gouvernement que par cette volonté de s’attaquer aux mémoires de celui qui a alerté le public » commente Freedom of Press chez The Verge

Copié dans le presse-papier !

Chose promise, chose due : Valve a publié hier soir dans le canal bêta de Steam la nouvelle bibliothèque, pensée pour mettre l’accent sur les informations qu’un joueur est censé vouloir en priorité.

Sont donc mis en avant les dernières actualités des titres, plus particulièrement les mises à jour, un onglet pour les évènements à venir, la diffusion sur Twitch, la révision des pages des éditeurs et de la présentation des DLC, une liste de souhaits plus complète ou encore un programme séparé pour des fonctions expérimentales.

Le plus gros changement au lancement du nouveau client est la vue principale sur la bibliothèque, résumant les jeux récemment joués, leurs informations et tout ce qui va avec. Une grande partie de cette grille est composée d’Étagères personnalisables.

Les jeux non installés font apparaître une flèche en bas à gauche de leur vignette pour déclencher l’opération. En revanche, ceux installés n’affichent pas tous le gros bouton vert de lancement, uniquement le dernier titre joué. Étrangement, il faut se rendre soit dans la fiche pour le lancer, soit l’exécuter via un clic droit sur la vignette.

Le client présente également deux nouvelles options dédiées aux performances. La première permet de déclarer sa connexion comme lente, auquel cas Steam ne charge plus automatiquement certains contenus, notamment ceux créés par la communauté et visibles depuis la page d’un jeu. L’autre coupe certains effets visuels dans le client, notamment les flous et reflets.

La recherche fait un vrai bond en avant, avec l’ajout de nombreux filtres auparavant inexistants. On peut ainsi trier par nombre de joueurs, fonctions particulières, compatibilité matérielle, catégorie, etc.

Globalement, la nouvelle interface sera une affaire de goût. Ceux qui espéraient cependant une modernisation et une clarification seront sans doute déçus. La concentration d’informations est encore plus importante et l’esthétique globale n’évolue guère. Certains risquent de se sentir un peu à l’étroit, surtout s’ils possèdent de nombreux titres.

Pour tester la bêta, il faut se rendre dans les options du client (Afficher > Paramètres) puis, dans l’onglet Compte (le premier), changer pour « Steam Beta Update » dans le menu correspondant. Le programme peut être quitté à tout moment.