du 01 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Tesla et la SEC : 40 millions de dollars d'amende, Elon Musk va quitter la présidence mais reste DG

Dans une série de tweets début août, Elon Musk envisageait de sortir Tesla de bourse, un projet officiellement abandonné fin août. Le gendarme boursier américain, la SEC (Securities and Exchange Commission), avait alors très rapidement ouvert une enquête.

La semaine dernière, la commission passait la seconde. Elle accusait Elon Musk « de fraude et demandait qu’il soit interdit de fonctions dirigeantes dans une société cotée », une « mesure injustifiée » pour le dirigeant.

Un accord a très rapidement été trouvé entre les deux parties et rendu public samedi. Elon Musk et Tesla doivent payer 20 millions de dollars d'amende chacun (soit 40 millions au total).

De plus, Elon Musk devra abandonner son poste de président du conseil d’administration dans les 45 jours, et ne pourra pas le reprendre avant trois ans. Il reste tout de même directeur général (DG). Tesla devra en outre désigner deux nouveaux administrateurs indépendants.

« L’ensemble des mesures annoncées aujourd’hui sont faites pour répondre aux actes reprochés en renforçant la gouvernance d’entreprise de Tesla et la supervision, afin de protéger les investisseurs » explique Stephanie Avakian, codirectrice à la SEC.

Pour le président de la SEC Joseph Clayton, cet accord amiable « est dans le meilleur intérêt de nos marchés et de nos investisseurs, y compris les actionnaires de Tesla ». « Le fait qu’il puisse rester directeur général est primordial pour le groupe » indique un spécialiste du secteur à Reuters. Ni Tesla ni Elon Musk « n'ont eu à reconnaître une quelconque culpabilité » précisent nos confrères.

Depuis la fin de la semaine dernière (et les accusations de la SEC), le cours de l'action Tesla a baissé de près de 15 % passant de près de 310 à environ 265 dollars.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En ce 22 mars, deux éléments indispensables à notre vie sont à l'honneur. Le CNRS en profite pour mettre en ligne des articles de recherche sur divers questions autour du sommeil : « Pourquoi dormons-nous ? Que se passe-t-il alors dans notre corps ? D’où viennent les rêves ? ».

Comme chaque année, l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance – une association de loi 1901 fondée en 2000 sous l’impulsion de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil – se mobilise évidemment pour cette 19e journée du sommeil.

De son côté, la journée mondiale de l'eau est elle reconnue par les Nations Unies. Elle est célébrée depuis 1992 et placée cette année sous le thème : « Ne laisser personne de côté ».

Pour l'ONU c'est l'occasion de rappeler que « 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d'eau potable chez elles ». L'Organisation indique aussi que, depuis 2010, elle a reconnu que « le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit de l'homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l'exercice de tous les droits de l'homme ».

Copié dans le presse-papier !

L'éditeur profite de la GDC (Game Developers Conference) pour dévoiler la nouvelle interface qui sera déployée dans le courant de l'année. Ce n'est pas une surprise puisque les travaux avaient été annoncés à la mi-janvier.

La page d'accueil intègre évidemment des miniatures des jeux auxquels vous avez récemment joué, mais aussi ceux ayant été récemment mis à jour et la liste de vos amis sur la droite. Un curseur permet de modifier la taille des miniatures des jeux de votre bibliothèque pour en afficher plus ou moins.

Les pages individuelles des jeux ont aussi été retouchées pour mieux mettre en avant les nouveautés le concernant et d'éventuels événements comme des diffusions en direct.

Valve n'a pas donné de date, mais une bêta devrait arriver cet été selon PCGamer.

Copié dans le presse-papier !

Après le rover baptisé Rosalind Franklin, c'est au tour de la plateforme d'atterrissage d'avoir un petit nom : Kazachok, un choix fait par les Russes de Roscosmos. L'agence spatiale européenne explique qu'il signifie « petit cosaque » et qu'il s'agit d'une danse folklorique.

La plateforme est également arrivée à Turin, en Italie. Pour rappel, ExoMars 2020 est une initiative conjointe de l'ESA et de l'agence spatiale russe. Le lancement est prévu pour juillet 2020. Si tout se passe bien, une fois sur le sol martien, le rover quittera sa plateforme pour aller explorer la surface.

Copié dans le presse-papier !

Après un énième retard annoncé début février par la NASA, le premier lancement de la capsule CST-100 (Crew Space Transportation) Starliner de Boeing était programmé pour avril. Selon des sources de Reuters, il faudra finalement attendre le mois d'août.

Pour rappel, cette capsule est prévue pour envoyer des humains dans l'espace et sur la Station spatiale internationale. Ce premier vol test sera par contre inhabité. La capsule Crew Dragon de SpaceX a pour sa part réussi cette première étape avec succès.

Ce décalage de trois mois entraine aussi un même glissement de la date du premier lancement habité. Il est désormais prévu pour novembre, au lieu d'août. Interrogé par nos confrères, un porte-parole de Boeing a refusé de commenter.