du 19 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Telegram résiste au blocage de 15 millions d'adresses IP par la Russie

C'est un « tapis de bombes » selon Kirill Martinov, du journal russe indépendant Novaïa Gazeta, cité par Le Monde. Le 17 avril, le fondateur du service de messagerie, Pavel Durov, a estimé que plus de 15 millions d'adresses IP avaient été bloquées par le Roskomnadzor, l'autorité russe des télécoms.

Elle cherche à barrer la route de Telegram, qui refuse de lui livrer les clés de chiffrement des conversations secrètes de ses membres. Il y a quelques jours, la justice a validé l'interdiction du service, qui mène depuis à un jeu du chat et de la souris avec les autorités russes.

Celles-ci bloquent de grandes plages d'adresses IP, mais Telegram continue de passer entre les gouttes, en changeant régulièrement d'adresses pour ses serveurs. La société berlinoise utilise d'ailleurs une technique complexe pour masquer ces informations. Bien inutilement, selon une analyse de Reflets.

La stratégie, dérivée du domain fronting, consiste à se cacher dans le trafic d'acteurs massifs comme Amazon ou Google, que la Russie n'est pas censée pouvoir bloquer sans faire tomber d'autres sites ou applications importants. Un récent changement du Google App Engine empêcherait désormais cette pratique.

Selon Le Monde, de nombreuses entreprises auraient d'ailleurs des difficultés ces derniers jours, sans que cela n'affecte grandement Telegram. Le pays réclamerait aussi la suppression de l'application de l'Apple App Store et du Google Play Store russes.

Durov appelle désormais à la résistance numérique. Son service, dont le marketing mise beaucoup sur la vie privée, gagne donc en crédibilité sur le sujet, quand bien même les conversations ne sont pas chiffrées de bout en bout par défaut, les ouvrant potentiellement à n'importe qui.

chargement Chargement des commentaires...