du 24 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Le logiciel permettant de gérer des machines à distance propose désormais un module pour les NAS équipés du DSM 6 minimum. Il permet ainsi de contrôler son NAS directement depuis l'interface TeamViewer.

Il faut pour cela installer le « TeamViewer IoT Client for Synology » et l'associer à votre compte. Le NAS apparait alors dans Computers & Contacts. Rappelons tout de même que l'interface d'administration DSM dispose déjà d'une fonction de bureau à distance.

Les fichiers à télécharger (pour les NAS ARM et Intel) ainsi que des explications complémentaires sont disponibles par ici.

TeamViewer disponible pour les NAS Synology
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Il y a peu, on apprenait que l'ancienne productrice d'Assassin's Creed devenait vice présidente chez Google, sans trop savoir à quel titre. On se doutait néanmoins d'un lien avec l'arrivée du service de cloud gaming dévoilé hier soir : Stadia.

La conférence de presse de la GDC était l'occasion d'en apprendre un peu plus, puisqu'après avoir monté un studio pour Electronic Arts (quitté trois ans plus tard), elle fonde Stadia Games and Entertainment.

Google devient ainsi un éditeur de jeux vidéo à part entière, travaillant à des titres exclusifs pour sa plateforme et aidant les développeurs tiers à y proposer les leurs.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a diffusé hier soir de nouvelles builds dans les canaux rapide et lent. Elles ont en commun de ne presque rien changer, apportant seulement deux correctifs, dont un pénible qui pouvait bloquer l’installation des versions précédentes au sein de machines virtuelles.

Les notes de versions sont donc strictement les mêmes entre la build 18361 dans le canal rapide et la 18356.16 dans le canal lent.

Cependant, elles ont aussi en commun la liste des problèmes restant à résoudre. La mise à jour 1903 doit être finalisée ce mois-ci et il reste plusieurs soucis sérieux, comme les cartes X-Fi de Creative fonctionnant mal, des plantages système avec certains jeux utilisant des logiciels antitriche ou encore des lecteurs Realtek de cartes SD étant mal reconnus.

Ces éléments trainent dans les notes de version depuis des semaines. Il est probable que des associations soient en cours avec les entreprises concernées. On sait notamment que dans le cas des jeux, les titres eux-mêmes doivent être mis à jour.

Copié dans le presse-papier !

La société explique que ce nouveau tour de table a été réalisé auprès du fonds d’investissement General Atlantic, des investisseurs historiques (dont Bpifrance, Eurazeo, Kernel et Accel), de médecins et entrepreneurs allemands. Elle dépasse le milliard d'euros de valorisation, devenant ainsi une licorne.

Doctolib souhaite « accélérer la transformation numérique du système de santé », en commençant par l'Allemagne et la France. La société ne cache pas son ambition d'aller plus loin. Elle veut en effet « s’implanter dans de nouveaux pays », mais sans préciser lesquels.

« Nous investissons en priorité dans l’équipe. Nous allons doubler de taille dans les trois prochaines années et allons continuer à investir pour garantir le développement personnel de nos salariés. Nous sommes aujourd’hui 750 Doctolibers », explique Stanislas Niox-Chateau, cofondateur et président de Doctolib.

Copié dans le presse-papier !

Les bonnes nouvelles s'enchaînent pour la société qui souhaite proposer une couverture Internet globale à Internet via une constellation de plusieurs centaines de satellites.

Après avoir envoyé ses six premiers engins en orbite fin février, elle vient de boucler une levée de fonds de 1,25 milliard de dollars, comme l'indique la société. Depuis le lancement du projet en 2015, elle a ainsi collecté pas moins de 3,4 milliards de dollars.

SoftBank répond de nouveau présent à ce tour de table, en expliquant que « OneWeb a l'avantage du premier entrant et est en passe de devenir le plus grand réseau de communications réellement mondial ». Pour rappel, d'autres sont également sur les rangs pour déployer ce genre de service, notamment SpaceX.

Les Mexicains de Grupo Salinas, Qualcomm Technologies et le gouvernement du Rwanda sont parmi les investisseurs. La mise en service du réseau est prévue pour 2021. Une vingtaine de nouveaux lancements seront effectués d'ici fin 2020 pour arriver à une constellation de 650 satellites.

Copié dans le presse-papier !

Le Tor Project vient de publier la nouvelle version de son navigateur, qui n'apporte que des mises à jour mineures de ses composants, corrigeant quelques bugs. C'est désormais Firefox 60.6 ESR qui est utilisé comme base.

Mise à jour de routine également pour Tails, avec quelques correctifs et une mise à jour de Tor Browser en version 8.0.7, de Thunderbird en 65.1, du noyau Linux en 4.19.28.

Un nouveau microcode est utilisé pour les processeurs Intel, permettant d'éviter de nouvelles variantes de Meltdown/Spectre, mais aussi de L1TF.