du 05 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Si vous êtes habitué à TeamViewer sur Linux, la nouvelle version devrait clairement vous contenter. Principale nouveauté, l'abandon de Wine au profit d'une application native, avec une interface en Qt.

Le paquet, disponible en DEB ou en RPM, est en 64 bits et ne contient donc plus aucune dépendance 32 bits. Un premier support de Wayland est même présent, mais seulement pour les flux sortants pour l'instant.

Toutes les fonctions principales des éditions Windows et Mac sont présentes, y compris la liste Ordinateurs & Contacts, qui permet de garder sous la main les connexions fréquentes. Elle apparaît d'ailleurs quand l'utilisateur clique sur l'icône du « tray ».

Attention cependant, il ne s'agit actuellement que d'une préversion, donc sujette à d'éventuels bugs.

TeamViewer 13 pour Linux fait le grand saut du natif
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Lancé l'été dernier, le service d'aide au recrutement de G Suite a droit à une mise à jour : « En intégrant Google AI, Hire réduit désormais les tâches répétitives et chronophages en des interactions en un clic ».

Voici quelques-unes des nouveautés : proposer automatiquement des suggestions de salles et horaires pour des entretiens avec des candidats, mettre en évidence certains mots clés dans les CV (et ainsi éviter le Ctrl+F répétitif) et lancer des appels en un clic avec un enregistrement automatique de la conversation.

Copié dans le presse-papier !

La nouvelle mouture du réseau social libre (et concurrent de Twitter) s'enrichit à nouveau de fonctionnalités bienvenues.

La première permet d'éditer des messages publiés, ou plutôt de les supprimer pour proposer à nouveau le même texte, prêt à être modifié. Comme l'indiquent les développeurs, la fonction est identique à celle de l'extension Better Tweetdeck.

Mastodon propose également une option pour masquer les contacts que vous suivez et qui vous suivent. L'équipe est consciente que ces personnes ont elles-mêmes des profils pouvant vous référencer, mais la collecte de données n'en reste pas moins plus complexe.

Les filtres de langue ont aussi été améliorés. Les utilisateurs peuvent désormais sélectionner la langue utilisée dans un menu, court-circuitant alors la détection automatique. Dans les préférences, l'opt-out est devenu un opt-in, l'utilisateur devant cocher les cases des langues qu'il souhaite voir apparaître dans ses toots.

Enfin, Mastodon permet de renseigner son compte Twitter pour se livrer à une comparaison des listes de contacts. Ceux trouvés dans Twitter et ayant un équivalent sur Mastodon sont affichés, un bouton « Suivre tous » étant même proposé. La nouvelle version propose en outre de personnaliser les liens d'invitation

Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, la plateforme de jeux vidéo lançait en bêta une refonte majeure de son service de discussion, s'inspirant très fortement de Discord. Elle enchaine désormais avec une bêta de pages pour les créateurs et éditeurs.

Il s'agit de profils pour chaque développeur ou éditeur, avec la liste de leurs jeux et la possibilité de les suivre, pour être averti des lancements. Chaque « créateur » doit configurer sa propre page, avec une URL manuelle et une organisation personnalisable des jeux.

Copié dans le presse-papier !

Il est articulé autour d'une plaque en aluminium courbée et équipé de switchs Gateron (Brown, Blue ou Red).

Le fabricant mise sur le prix pour essayer de se démarquer : 69,99 euros. Il est d'ores et déjà disponible chez Materiel.net (switchs Red uniquement pour le moment) et en précommande chez Top Achat.

Aux États-Unis et au Canada, une version spéciale (CK552) avec « une plaque supérieure courbée en aluminium brossé noir » sera proposée par Best Buy et Staples pour 79,99 dollars à partir du 26 juin.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, le fabricant a dévoilé hier son smartphone quasiment sans bordure et dépourvu d'encoche. À  ce petit jeu, il fait d'ailleurs mieux que Vivo avec 93,8 % de la face avant occupé par l'écran du Find X (6,42 pouces), contre 91,24 % pour le Nex (6,59 pouces).

Pour arriver à ce résultat, Oppo reprend la même technique que Vivo : des capteurs en façade rétractables. Cette fois-ci, c'est tout un bandeau occupant la largeur du smartphone qui sort en haut. Il comprend notamment le capteur de 25 Mpx en façade, avec système de reconnaissance en 3D pour déverrouiller le smartphone avec votre visage.

Selon le fabricant, ce système peut s'ouvrir et se fermer en 0,5 seconde, ce que semble confirmer The Verge. Le système se doit d'ailleurs d'être efficace puisque le smartphone n'intègre pas de capteur d'empreintes, misant donc uniquement sur la reconnaissance faciale.

Pour le reste, il est question d'un Snapdragon 845 avec 8 Go de mémoire vive et jusqu'à 256 Go de stockage. Il dispose d'une batterie de 3 730 mAh avec le système de charge VOOC (pas le Super VOOC donc). Deux capteurs optiques de 16 et 20 Mpx sont présents à l'arrière, mais il n'est pas fait mention du zoom 5x développée par la marque.

Le smartphone Find X est annoncé à 999 euros avec 256 Go de stockage. Si ce n'est pas assez cher, une version réalisée en collaboration avec Lamborghini est proposée à 1 699 euros avec 512 Go, un dos en fibre de carbone et le système de charge encore plus rapide Super VOOC. Android 8.1 est aux commandes dans les deux cas.

Cette conférence (au Louvre à Paris) était également l'occasion pour le fabricant d'annoncer officiellement son arrivée en Europe, dans quatre pays pour commencer : France, Italie, Espagne et Pays-Bas. D'autres suivront. Pour rappel, il y a tout juste un mois, Xiaomi débarquait en France, après l'Espagne et avant d'autres pays sur le vieux continent.