du 30 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

T-Mobile et Sprint annoncent leur fusion, sur fond de 5G

L'histoire dure depuis des mois (si ce n'est des années) entre les deux opérateurs, respectivement troisième et quatrième sur le marché américain. Alors qu'ils avaient annoncé la fin des discussions en novembre dernier, voilà qu'ils annoncent un « accord définitif » pour leur fusion (ici et ).

Les modalités sont les suivantes : un taux d'échange fixe de 0,10256 action T-Mobile pour chaque action Sprint ou l'équivalent de 9,75 actions Sprint pour chaque action T-Mobile.

Sprint est ainsi valorisé à 59 milliards de dollars et 145 milliards pour la nouvelle entité, qui sera baptisée T-Mobile. Cette dernière s'attend à des synergies de plus de 6 milliards de dollars et promet de créer « des milliers » d'emplois aux États-Unis.

Grâce à cette union des forces, « le nouveau T-Mobile aura la capacité du réseau de créer rapidement un réseau 5G national » affirme le communiqué. Il rappelle aussi « qu'aucune des deux entreprises ne peut créer à elle seule un réseau national 5G ayant l'envergure et la profondeur nécessaires ». La guerre promet donc d'être serrée avec AT&T et Verizon, les deux géants américains.

La nouvelle société aura deux sièges : Bellevue (Washington) et Overland Park (Kansas). Le patron sera John Legere, l'actuel PDG de T-Mobile. De son côté, Mike Sievert (T-Mobile) sera directeur de l'exploitation de la nouvelle entitée.

Les conseils d'administration des deux opérateurs ont approuvé cette transaction, mais il faut encore attendre l'approbation (éventuellement sous conditions) des autorités compétentes. La finalisation est attendue au plus tard pour le premier semestre 2019.

Une fois le rapprochement terminé, Deutsche Telekom détiendra 42 % du nouveau T-Mobile, 27 % pour SoftBank, tandis que les 31 % restant sont détenus par le public.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nouvelle version pour la messagerie Telegram, qui s’occupe une fois de plus des groupes en priorité. Leur gestion s’assouplit avec la disparition du concept de « supergroupe », puisque chaque groupe classique peut désormais devenir public.

La taille maximale d’un groupe est par ailleurs doublée, pouvant embarquer 200 000 personnes. Plusieurs administrateurs peuvent être choisis, avec des droits différents, l’historique permanent est activable dans n’importe quel groupe et il est possible de bloquer l’envoi de certains types de fichiers.

Pour le reste, on trouve une barre de recherche réaménagée, l’annulation d’une suppression de messages ou d’historique si l’on réagit dans les 5 secondes, un affichage plus rapide pour les aperçus des médias partagés, de nouvelles animations pour l’envoi et la réception des fichiers, ou encore la possibilité de trier les contacts par ordre alphabétique (plutôt que par dernière connexion).

La nouvelle mouture 5.2 est disponible est disponible pour Android et iOS en même temps. Notez qu’une version 1.5.8 a été diffusée pour la branche Desktop du client, notamment afin de reprendre les nouveautés liées aux groupes.

Copié dans le presse-papier !

L’autorité néerlandaise de la sécurité routière (RDW) vient d'annoncer que la voiture électrique est désormais autorisée à circuler sur les routes européennes, comme l'explique Bloomberg. Selon nos confrères, les livraisons devraient débuter dès le mois de février.

La Model 3 est actuellement annoncée à partir de 53 500 euros (incluant 6 000 euros de bonus écologique) pour la version avec « batterie grande autonomie », mais sans le pilote automatique (ajoutez 5 300 euros).

Cette autorisation intervient alors qu'Elon Musk a annoncé son intention de licencier 7 % des effectifs de la société, entraînant une baisse de plus de 13 % du cours de l'action. But de l'opération : réduire les coûts et réussir à être durablement bénéficiaire. Pour cette dernière étape, Tesla compte beaucoup s'appuyer sur la Model 3.

Copié dans le presse-papier !

Une nouvelle date a été fixée pour le déploiement de la mise à jour Constantinople de la blockchain Ethereum. Le rendez-vous est pris pour le bloc numéro 7 280 000, qui devrait apparaître aux alentours du 27 février.

L'EIP 1283, qui devait permettre à certaines transactions de coûter moins cher, et dans laquelle le bug a été découvert, ne sera par contre pas de la partie. Vitalik Buterin, créateur de la blockchain Ethereum, a visiblement préféré un déploiement rapide de la mise à jour, quitte à repousser certains de ses éléments à une date ultérieure. Cela laissera le temps aux développeurs de l'EIP 1283 de revoir leur copie tranquillement.

Malgré le retard pris par Constantinople, les travaux sur les  prochaines mises à jour (Casper, Sharding, Serenity…) se poursuivent dans les temps, assure Vitalik Buterin.

Copié dans le presse-papier !

DJI, le principal acteur sur le marché des drones a révélé avoir découvert un système mis en place par certains de ses employés afin de détourner une partie de l'argent versé aux fournisseurs de l'entreprise. Ces employés gonflaient le prix des pièces achetées par la société et encaissaient la différence.

Au total, ce sont environ 150 millions de dollars qui auraient ainsi été détournés, et ce au profit de quelques dizaines d'employés, licenciés depuis. DJI assure mettre en place de nouvelles procédures afin que ce genre d'incident ne se reproduise pas et annonce coopérer avec les autorités.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir rejeté officiellement une demande similaire en octobre 2017, la société a finalement décidé de proposer cette possibilité à ses utilisateurs, comme l'explique Thurrot.

Un changement de position qui intervient plusieurs mois après l'affaire autour de R. Kelly ayant entraîné le retrait de ses morceaux des listes de lecture de Spotify. « Même si nous ne croyons pas en la censure pour le comportement d'un artiste ou créateur, nous voulons que nos décisions éditoriales reflètent nos valeurs », expliquait alors la société.

Prochainement, n'importe qui pourra donc décider de bloquer un artiste, quelles qu'en soient les raisons. La lecture de ses chansons n'est alors plus possible et elles ne sont également plus diffusées dans les listes de lecture.

Cette fonctionnalité est pour le moment en test auprès de certains utilisateurs et tout le monde ne peut pas en profiter. La plateforme de streaming n'a pas encore communiqué officiellement sur le sujet.