du 26 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Au printemps dernier, une faille était découverte dans la puce Tegra de NVIDIA, équipant la Switch. Durant la séquence de démarrage, il était possible de générer un dépassement de mémoire tampon.

La mise à jour 6.2.0 sortie la semaine dernière apportait justement un correctif. Sous des dehors « d’améliorations pour la stabilité générale du système » permettant « d’améliorer l’expérience utilisateur », Nintendo tente donc de contourner la vulnérabilité.

Malheureusement, cette dernière est inscrite dans la puce Tegra qui ne peut être mise à jour. Nintendo a beau revoir la chaîne du Secure Boot, la scène du jailbreaking attendait visiblement le correctif de pied ferme.

Les nouvelles protections ont en effet été cassées en très peu de temps. Le hacker elmirorac a ainsi annoncé samedi sur Twitter que la version 6.2.0 du système était « cracked ». Le tout en quelques jours, illustrant pour Nintendo toute la problématique de cette faille.

Notez que la mise à jour 6.2.0 est obligatoire pour se connecter et accéder aux services. Rappelons par ailleurs que les consoles détectées par Nintendo comme modifiées sont bannies de ces mêmes services.

Switch : la mise à jour 6.2.0 déjà « craquée »
chargement Chargement des commentaires...