du 12 juin 2020
Date

Choisir une autre édition

StopCovid : captcha souverain, transparence sur le coût et indignation, Cédric O répond

Lors d'une visio-conférence diffusée par Telecom Valley, le secrétaire d'Etat au numérique a été interrogé sur plusieurs des points qui posent question autour de StopCovid, encore accusée récemment de récolter l'IP des utilisateurs, pour des besoins techniques. Ce, alors que l'application est régulièrement vantée comme anonyme, ce qui n'est pas le cas comme l'a répété la CNIL. Or, il s'agit d'une donnée à caractère personnel.

Concernant le captcha de Google « seul élément qui n'a pas été fait par nous », il aurait été choisi car « sur la version mobile, il n'y avait pas d'autres captcha qui existait et qui étaient capables d'encaisser le choc de plusieurs millions d'interactions ». Il est encapsulé dans une WebView « ce qui fait qu'on évite un certain nombre d'éléments et à priori on couvre la question du traçage, des données qui seraient chez Google » promet Cédric O.

Un travail est par contre bien en cours avec Orange pour une solution conçue par la société, qui pourrait être disponible d'ici la fin du mois. Ce sera peut-être « paradoxalement [...] la chose la plus importante » qui restera du projet après l'épidémie selon le secrétaire d'état. Il confirme que Microsoft n'est pas l'hébergeur de StopCovid, mais Outscale (filiale de Dassault Systèmes), et que rien n'a pour le moment été facturé.

« L'application n'a rien coûté dans sa phase de développement [...] l'état n'a pas payé un seul euro et nous n'avons passé aucun marché public. Nous sommes en train de le faire. [...] la priorité n'a effectivement pas été de remplir les Cerfa dans un moment où l'on voulait faire en sorte d'être prêts le plus vite possible pour avoir un outil dont on estimait qu'il était indispensable de manière sanitaire ». Mais il confirme que le processus de marché public est en cours et une transparence totale sur les coûts « poste par poste ».

Un point qui avait fait polémique il y a quelques jours face à des montants de plusieurs centaines de milliers d'euros par jour évoqués. « J'espère qu'on pourra le faire dès la semaine prochaine. » 

Il en profite pour « faire part d'une part d'indignation » suite à la saisine du parquet national financier (PNF). « On a toujours dit qu'on communiquerait sur le coût, [...] moi j'ai évoqué un chiffre, que j'ai volontairement largement majoré pour ne pas être déceptif au Sénat, à une question qui m'était posée ou quelqu'un me disais « ça va coûter des dizaines de millions d'euros » [...] je rappelle que le développement de l'application anglaise, c'est 4 millions de livres ».

Il dit ainsi trouver le procédé « méprisable, je le dis vraiment avec les mots. On a des entreprises qui sont venues gratuitement, qui ont travaillé comme des chiens pendant trois mois pour délivrer une solution sanitaire pour servir l'intérêt général. Une semaine plus tard, elles ont leur nom trainé en pâture dans la presse et une saisine du parquet national financier. Toutes les questions sont légitimes et il est normal que les gens sachent combien ça coûte, mais une semaine [...] je ne sais pas quoi leur dire à ces entreprises. [...] tout ce que l'on va gagner, c'est que la prochaine fois, Outscale et les autres ils nous diront « vous savez quoi, vous allez voir Apple et Google ».

chargement Chargement des commentaires...