du 24 janvier 2020
Date

Choisir une autre édition

Stéphane Richard : « contre l'exclusion de Huawei », mais en faveur de règles claires

Cette ligne de conduite n’est pas surprenante de la part du patron d’Orange puisqu’il l’avait déjà tenue devant la Commission des affaires économiques du Sénat il y a un mois seulement (notre compte rendu).

Il rappelait en effet que, « en France, tout ce qui est cœur de réseau ne se fait pas avec Huawei, ni avec aucun Chinois, ce sont des fournisseurs américains en l’occurrence ». Il ajoutait : « Les questions de sécurité des données sont plus sensibles sur les cœurs de réseau. Nous estimons – nous ce n’est pas Orange mais toute l’industrie mondiale – qu’elle n’existe absolument pas sur la partie radio ».

Il étayait son propos : « Cette espèce de mythe de "j’ai une antenne qui a été fabriquée en Chine donc il doit y avoir un micro dessus qui fait que toutes mes conversations sont écoutées quelque part au parti communiste chinois" est une foutaise totale ».

Stéphane Richard est pour la mise en place de règles au niveau européen, mais elles ne doivent pas conduire à un veto de facto de Huawei : cela « irait à l'encontre des intérêts de l'Union européenne et causerait des problèmes majeurs à la plupart des opérateurs de l'UE », rapporte Reuters.

chargement Chargement des commentaires...