du 09 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Au début de l'année, la société envoyait dans l'espace deux satellites maison (Microsat-2a et Microsat-2b). Il s'agissait des premières pierres de sa future constellation Starlink.

Par la suite, il est prévu d'envoyer plus de 4 400 satellites sur des dizaines d'orbites entre 1 110 et 1 325 km d'altitude. Dans un document envoyé à la FCC, SpaceX change encore ses plans pour finalement placer 1 584 satellites à seulement 550 km d'altitude. Selon la société, cette orbite dispose de plusieurs avantages.

Tout d'abord, il y a moins de risques de rencontrer des débris (qui sont plus rapidement brûlés dans l'atmosphère), le temps d'un aller/retour pour un signal est plus court réduisant ainsi la latence et les risques sont réduits en cas de problème avec un des satellites.

En contrepartie, les satellites devront dépenser plus d'énergie pour rester sur leur orbite à cause des forces d'attraction.

Rappelons enfin que SpaceX prévoit ensuite d'envoyer une autre salve de plusieurs milliers de satellites sur des orbites très basses entre 335 et 345 km, soit en dessous de la Station spatiale internationale à environ 400 km.

Starlink : SpaceX revoit une partie de ses plans et vise des satellites en orbite à 550 km
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Neuf mois après la dernière mise à jour, le boîtier multimédia de la Freebox Révolution passe en mouture 1.3.14. Les notes de version tiennent en deux lignes avec l'ajout des applications Aktu Free et Qobuz sur la page d’accueil.

Pour rappel, Aktu Free était initialement disponible en PDF, mais a été arrêté au début de l'année pour arriver directement dans les box de l'opérateur. Comme toujours, il suffit de redémarrer le boîtier Player pour en profiter des nouveautés.

Copié dans le presse-papier !

Les deux failles n’en finissent plus de produire des rejetons. L’équipe originale de chercheurs revient à la charge avec sept nouvelles variantes affectant séparément ou ensemble Intel, AMD et ARM.

Elles portent des noms aussi poétiques que Meltdown-PK, Spectre-PHT-CA-OP ou Spectre-BTB-SA-OP. Comme les vulnérabilités « mères », elles exploitent toutes des faiblesses dans les exécutions spéculatives.

Rappelons que ces dernières sont un mécanisme des processeurs modernes. Leur pipeline contient alors des instructions dont le processeur « devine » qu’elles seront exécutées, selon des probabilités. Quand le système a besoin de ces exécutions, le processeur les lui offre ainsi plus rapidement.

Meltdown et Spectre ont prouvé que ce mécanisme d’amélioration des performances contenait des faiblesses inhérentes. Les nouvelles failles ont été communiquées à Intel, AMD et ARM, qui travaillent tous sur des correctifs. L’utilisateur doit donc se préparer à de nouveaux patchs.

Les chercheurs ont en outre une série de prototypes d’exploitation (proofs of concept), mais ils ne les publieront pas tant que les correctifs n’auront pas été largement diffusés. Ils n’ont été communiqués de manière confidentielle qu’aux trois entreprises concernés.

Copié dans le presse-papier !

26 nouvelles langues sont désormais proposées pour ce service, basé sur les données de Have I been pwned, lancé en juin dernier.

La fondation met également en place le service de notification testé par le passé mais désormais intégré à son navigateur. Il va être déployé progressivement dans les semaines qui viennent.

Il affichera une notification lorsque vous visiterez un site dont les données ont été dérobées, vous permettant de tester votre adresse e-mail. Vous pouvez bien entendu choisir de ne pas le faire et de ne plus voir ces alertes.

Mozilla détaille sa politique d'information des utilisateurs par ici. Les éditeurs de sites concernés peuvent ainsi savoir quand leur domaine sera mis en avant de la sorte ou non.

Copié dans le presse-papier !

Hier, Iliad publiait ses résultats du troisième trimestre 2018. C'était aussi le jour où se terminaient les différentes offres promotionnelles de l'opérateur sur le marché français.

Sans surprise, celles-ci ont été prolongées, tant sur le fixe que sur le mobile. Mais Free a décidé d'être taquin et d'indiquer qu'elles prendront fin le 20 novembre, soit dans un peu moins d'une semaine.

Certains ont évoqué le lancement de la nouvelle Freebox à cette date, une information non confirmée par le directeur général de Free lorsqu'il a été interrogé sur le sujet. Un lecteur nous a indiqué que cette information lui aurait été confirmée par le service client.

Un lancement si proche peut paraître étonnant, tant le FAI nous a habitué à des périodes de teasing et autres jeux du chat et de la souris en amont de ses conférence de presse. Mais les retards à répétition de sa nouvelle box peuvent avoir changé la donne.

Une chose est sûre (ou presque), ce sera avant Noël. Mais si le Free doit lancer sa nouvelle box mardi, il fera parvenir les invitations à la presse dans la journée ou d'ici demain. Nous devrions donc rapidement être fixés.

Copié dans le presse-papier !

Lors d'une conférence à Barcelone, Dexter Goei, PDG d'Altice USA, a appelé ses confrères outre-Atlantique à s'intéresser au regroupement entre services fixes et mobile dans les télécoms aux États-Unis.

« Je crois fortement en la convergence fixe-mobile [...] et le marché américain est le seul à ne pas avoir vu une telle consolidation », a-t-il ainsi déclaré. Faut-il y voir une piste quant à d'éventuelles acquisitions du groupe dans le futur, ou un indice sur une participation aux enchères autour des fréquences 5G aux États-Unis ?